75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Jusqu'au coeur du soleil #1 [1985], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 20 mai 2008 à 13h52

Plongée solaire

"-Malakai, es-tu prête? Jacob ignora les faibles ronflements des moteurs et des soupapes de son cocon de métal. Il demeura immobile. L'eau clapotait doucement contre le museau bulbeux de on cétacé mécanique, tandis qu'il attendait une réponse..."
Après le Contact avec le reste l'univers, il s'est avéré que les hommes étaient un peuple à part. Non seulement aucune race patronne ne semblait les avoir élevés au rang de race sapience, mais ils avaient aussi commencé à élever eux-mêmes deux races à l'intelligence. Inconcevable, impardonnable! Les jeunes loups étaient un cas extrêmement rare dans l'histoire de l'univers des Galactiques. Mais puisque le mal était fait, il a bien fallu accepter l'humanité comme l'un des patrons, au même titre que des races existant depuis des centaines de millions d'années. Non sans rancoeur ni jalousie parmi la communauté. Ainsi, ils furent tolérés. Sur Terre, des endroits furent aménagés pour accueillir les délégations extra-terrestres, ce qui provoqua des réactions épidermiques comme enthousiasmées. Deux communautés extrémistes émergèrent. C'est dans ce contexte que Jacob Demwa est convoqué par son ami ET sur une base de Mercure, où l'on semble avoir détecté des signes d'une race solaire, celle-là même qui aurait élevé les hommes. Au coeur du soleil se trouve la réponse...
Si Marée Stellaire est le chef d'oeuvre de David Brin, il a certainement contribué à la notoriété de l'auteur américain, lui adjugeant les prix convoités du Hugo, du Locus et du Nebula. Un triplé que très peu d'auteurs ont obtenu: Larry Niven pour l'anneau-monde, Isaac Asimov pour les dieux eux-mêmes sont les seuls autres à l'avoir fait. Ont suivi Elévation qui a reçu le Locus, et le cycle rédemption. Mais le roman initiateur de tout ceci est jusqu'au coeur du soleil, enfin réédité chez Gallimard, collection Folio SF. Alors si la peur de lire un roman de jeunesse (car c'est là le premier texte publié par David Brin) vous prend, détendez-vous, mettez vous à l'aise car c'est un très bon roman de jeunesse.
Dans ce roman, David Brin semble déjà posséder les ficelles pour écrire, il semble être rompu à l'exercice et posséder un sens du rythme et des rebondissements scénaristiques. Certes, ce roman a (déjà?) presque trente ans, ce qui laisserait supposer un vieillissement prématuré, dû aux avancées technologiques. Force est de constater que la réponse est non. Il n'a pas prise de rides, seulement dans la mesure où l'on ne compare pas ce roman à la dernière génération d'oeuvres du new space opéra, écrites il y a moins de quinze ans. La lecture en est forcément agréable, par sa fluidité, par son introduction en douceur dans l'univers, par la sobriété du nombre de races décrites, et par son scénario rien moins qu'astucieux. Il utilise avec brio les rebondissements, même s'ils ne sont pas à tomber par terre, à la manière d'un écrivain chevronné. Sur le fond, on en revient encore à la question fondamentale de l'évolution vers l'intelligence. On ne sait encore pas aujourd'hui quel facteur a été primordial dans l'apparition de l'homme moderne. C'est une évolution relativement rapide pour une race, quand on constate que d'autres (le dauphin, l'orque) auraient pu transcender encore plus facilement ce stade de la sapience. Et pourtant, ils n'ont pas pu (ou su) passer le cap. Pourquoi ? Comment? A-t-on reçu Le coup de pouce décisif, salvateur et extérieur ? L'idée n'est pas si farfelue, la question mérite réflexion.

La conclusion de à propos du Roman : Jusqu'au coeur du soleil #1 [1985]

Manu B.
75

Premier volet de la saga Elévation, jusqu'au coeur du soleil est un space opéra avec déjà de grandes qualités, tant sur le plan scénaristique que sur celui du rythme. Il est l'annonciateur d'une histoire passionnante, dont Marée Stellaire reste le bijou du cycle.

Acheter le Roman Jusqu'au coeur du soleil en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jusqu'au coeur du soleil sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Marée Stellaire

  • Voir la critique de Redemption 1 : Rédemption
    75

    Redemption 1 Critique du roman par Manu B.

    Rédemption : Redemption est le dernier des cycles dans l'univers de Marée Stellaire, dont le premier volet (rédemption 1: le monde de l'oubli) …
    Temps de lecture : 1 mn 55

  • Voir la critique de Elévation 2 : La suite
    90

    Elévation 2 Critique du roman par Manu B.

    La suite : Deuxième partie d'Elévation, David Brin s'exprime avec talent sur ce thème de l'élévation des races sapiens. Un roman haut en coul…
    Temps de lecture : 1 mn 18

  • Voir la critique de Elévation 1 : Le space opera dans sa plus pure tradition !
    85

    Elévation 1 Critique du roman par Manu B.

    Le space opera dans sa plus pure tradition ! : Cette première partie d'Elevation tient ses promesses, à savoir qu'elle continue dans le sillage de Marée Stellaire avec brio. L'i…
    Temps de lecture : 2 mn 9

  • Voir la critique de Marée Stellaire : La fuite du Streaker
    95

    Marée Stellaire Critique du roman par Manu B.

    La fuite du Streaker : Marée Stellaire est le premier roman de science fiction que j'ai lu d'où mon jugement de coeur. Mais au-delà de cet aspect, ce rom…
    Temps de lecture : 4 mn 43