75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

L'équipe des Ombres d'Esteren s'explique sur la politique éditoriale

Publié il y a 2 ans par Vincent L.

Que réserve l'avenir de la gamme...

Nombre de personnes (nous y compris) ont été quelque peu destabilisés par la politique éditoriale du jeu de rôle Les Ombres d'Esteren. Entre le très attendu livre des secrets sans cesse repoussé, la fin de la campagne Dearg (ainsi que l'édition collector) en retard sur les prévisions, et une édition US qui semble primer sur l'édition française, il est vrai que ces derniers mois nous ont laissé dans l'expectative. Ceci étant dit, ces craintes exprimées par une partie de la communauté trouvent aujourd'hui quelques éléments de réponses via trois articles (bientôt quatre) écrits par Nelyhann, coordinateur de la gamme, sur le blog officiel du jeu.

L'histoire du jeu y est reprise dans les grande ligne, mais sous un éclairage relativement nouveau, car de ce passé découle les difficultés actuelles de l'équipe. Extraits choisis : « Rétrospectivement, je pense que nous n'avions pas vraiment envisagé sérieusement la gamme au-delà de la sortie du Livre 1. Depuis le départ j'ai eu de grandes ambitions pour notre projet - mais soyons réalistes : elles étaient déconnectées de la réalité des lois du marché, du temps de production, etc. [...] Le premier constat en 2011 est que nous avions très largement sous-estimé le travail pour venir à bout du Livre des Secrets. [...] Si on prend en compte notre soin du détail, publier un tel bloc aurait demandé que l'on s'y consacre pleinement plusieurs années. Après tout, le Livre 1 avait nécessité 4 ans de développement. Même si Secrets était bien avancé sur bien des points, je ne pouvais que constater la distance qui restait à parcourir pour aboutir à un livre fini, dans les standards de qualité du Livre 1.

​Mais un nouveau problème émergea rapidement : nous n’avions plus rien à sortir dans l’immédiat. Le Livre des Secrets, toujours en travaux, promettait une gestation encore plus lente que celle du livre de base. Même combat pour la campagne Dearg. [...] Les quatre premières publications de la gamme s’appuyaient sur des contenus plus ou moins entamés au fil des six premières années de vie du projet. Et nous arrivions au bout de ces réserves. Clairement, ça commençait à sentir le sapin. Sans nouvelle publication, les revenus de l’éditeur allait s’amenuiser et il deviendrait difficile de continuer à financer la suite des opérations, Esteren Tour y compris.  »


L'article éclaire de cette façon nombre de points de mécontentement et d'interrogations de la communauté, sans oublier, bien sur, de traiter de l'édition américaine : « Nous étions en décembre, encore sonné par le succès de la version américaine mais sans aucune sortie en France. Année étrange et qui changeait toutes nos perspectives. Car très rapidement, notre vieux rêve reprenait de la vigueur : vivre du jeu de rôle en France était finalement peut-être possible ? ».

C'est en effet bien de la professionnalisation de l'équipe dont il est petit à petit question au fil des articles, une professionnalisation à la fois voulue et contrainte : « Au fil des mois, une équation complexe était en train de se mettre en place : l'activité se développait fortement (avec une masse de travail à l'avenant) sans que la structure puisse grandir (embaucher pour se consacrer davantage au projet et absorber le boulot). En clair, la pression est brutalement montée. Il y a une différence certaine entre mener un projet associatif dans son coin et devoir gérer des ventes engendrant des dizaines de milliers de dollars et impliquant des centaines de backers soucieux de recevoir leurs contreparties. Gérer tout cela en parallèle d'un autre métier peut rapidement devenir épuisant (euphémisme) ».

Il manque encore la dernière partie de ces articles, consacré à l'année 2014 et à la suite des évènements. En tout cas, cela permet d'obtenir un éclairage intéressant sur les choix éditoriaux d'Agate RPG et des concepteurs, et sur certaines "maladresses" qui leur sont aujourd'hui reprochées (y compris par nous). On a donc hâte de lire la suite et la fin de ces passionnants articles.

Première partie : 2010-2011
Deuxième partie : 2012
Troisième partie : 2013

En même temps, profitez en pour faire le tour du nouveau blog officiel, plein de nouvelles catégories qui annoncent foule d'informations intéressantes.

Consulter la source de l'article

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »