75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : La Forêt des Araignées Tristes [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 1 juillet 2019 à 09h00

Un univers prenant mais trop peu d'araignées tristes

La Forêt des Araignées Tristes est un premier roman et pourtant c’est avec un style maitrisé et une écriture envoutante que Colin Heine nous emporte dans son univers poétique et violent. Publié dans la collection 3 souhaits d’Actu SF, cet ouvrage ravira les fans de steampunk urbain. Urbain oui car il y a finalement peu de forêt dans l’histoire…  

Dans une Europe alternative de la Belle Epoque où l’on se déplace en gargouille, la vape, une sorte de brume épaisse aux propriétés énergétiques extraordinaires a recouvert les paysages. En Galle, les villes sont épargnées et construites en hauteur. Mais la vape gagne chaque jour du terrain et recèle nombre de mystères.

Bastien est paléontologue et s’intéresse à ce que l’on trouve dans la vape. Il étudie les créatures qui en sortent. Avec son haut de forme et ses manières, il est le gentleman typique qui anime les discussions dans les salons.  Ernest, un explorateur de la Compagnie qui exploite certaines richesses de la vape lui ramène de temps en temps des spécimens rares. Courageux, il connait la réalité des dangers de la vape. Agathe est le chien de garde de Bastien et elle révèlera toute sa valeur quand son maître sera menacé. Car Bastien voit son destin basculé suite à ce qui semblait être un accident. Lors d’une foire, il accepte de monter comme d’autres cobayes dans un prototype d’engin volant télécommandé. Mais la machine volante est ciblée par un individu et sa gargouille qui le pulvérise. Les morts sont nombreux et Bastien a bien de la chance d’en réchapper. Il se retrouve mêlé petit à petit à une affaire d’espionnage impliquant la Germanie et menacé par un assassin issu d’une étrange société secrète. De son côté, le dernier voyage d’Ernest dans la vape s’est mal passé suite à la présence d’un invité de la compagnie inconscient des risques et dont la mission secrète aura des conséquences. Le rythme s’accélère et la vie de nos héros est en jeu.

Dans ce monde qui ne laisse plus de place aux humains, il est très intéressant de découvrir l’origine de la vape, cette brume mystérieuse est la conséquence de choix humains qui résonne en nous, habitants d’un XXIème siècle pollué. Des romans avec une brume étrange et glauque, il en existe d’autres comme l’excellent Chevauche-brumes en dark fantasy, mais la force de La Forêt des Araignées Tristes c’est la cohérence de son univers : le brouillard a du sens, il n’est pas juste là en prétexte. Pourtant en deuxième partie de roman l’intrigue devient un peu fouillis et on se perd dans l’histoire. L’univers est riche et passionnant, l’intrigue moins réussie. Côté personnages, L’assassin est très bien écrit, avec une humanité pleine de défaut et un passif intéressant. Agathe la gouvernante est un personnage féminin grande gueule aussi agaçant qu’attachant. Parfois horripilante, il faut reconnaitre qu’elle compense la mollesse de son maître. Agathe est un personnage dense dont le rôle renforce l’idée que Bastien n’est pas à la hauteur des enjeux du roman.

 

La conclusion de à propos du Roman : La Forêt des Araignées Tristes [2019]

Nathalie Z.
84

Pépite de l’imaginaire 2019 annonce le bandeau qui recouvre une sublime couverture : titre mérité pour une œuvre originale différente de ce qui sort habituellement en steampunk grâce à une poésie et une écriture qualitative. Manque seulement un peu de forêt et d’araignées, on aurait adoré voir plus sous la vape. La partie consacrée à l’expédition d’Ernest dans les Vaineterres est clairement le meilleur passage du roman, plus sombre qu’un Jules Verne mais prometteur quant aux secrets de la brume. Pourtant ce n’est pas le cœur du roman, ce que laissait présager la couverture verdâtre et effrayante à souhait de Dogan Otzel. Colin Heine signe ici un bon premier roman riche d'un univers bien construit. 

On a aimé

  • Un univers cohérent et riche
  • Des personnages secondaires bien écrits dont une confrérie d'assassins
  • Des secrets passionants

On a moins bien aimé

  • Une intrigue un peu fouillie sur la fin

Acheter le Roman La Forêt des Araignées Tristes [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Forêt des Araignées Tristes [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+