75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du livre-jeu : La planète rebelle #18 [1985], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 25 mai 2019 à 14h00

Planète interdite...

Les Défis Fantastiques et le space opera, ça n'a pas été un mariage très convaincant jusqu'ici. La galaxie tragique était bien nul, et Le mercenaire de l'espace avait réussi l'exploit d'être encore pire. Du coup, en ouvrant La planète rebelle, on n'est pas du tout rassuré quant à l'intérêt de ce que l'on s'apprête à jouer, et ce d'autant plus que le livre est l'oeuvre d'une nouvelle équipe créatrice qui n'a jamais fait ses preuves (Robin Waterfield à l'écriture, Gary Mayes aux illustrations). Et au final, sans être totalement raté, La planète rebelle s'avère être une nouvelle déception, car bien qu'indéniablement plus qualitatif que les précédents essais, cet opus ne peut pas non plus être considéré comme une franche réussite.

En fait, La planète rebelle, c'est un peu l'histoire d'un crash aérien : on commence haut, puis au fur et à mesure de la traversée, on perd de l'altitude jusqu'au final qui nous fait heurter violemment le bitume. Ainsi, l'introduction pose les bases d'un futur certes pas très original, mais tout de même un minimum construit. L'univers est correctement décrit, des antagonistes aux planètes que l'on traversera, et la mission proposée au joueur a le mérite d'être simple mais efficace (on n'est pas là pour faire du tricot, on va juste libérer l'humanité de ses chaînes). Le récit s'installe donc sous les meilleurs auspices et promettent une aventure digne de ce nom.

Et puis, au fur et à mesure, les choses vont se faire de plus en plus médiocres. L'introduction est en effet impeccable, et la visite de la première planète confère une liberté appréciable. Les descriptions sont soignées, les premières rencontres posent un univers cohérent et le style d'écriture amène au tout une bonne ambiance. Certes, le tout ne sort jamais des clichés, mais qu'importe, le plaisir est bel et bien là, on joue une aventure aux dimensions intergalactiques. À ce moment, j'étais d'ailleurs convaincu que la malédiction était levée et qu'il est possible d'avoir un bon space opera dans les Défis Fantastiques

Malheureusement, arrivé à la deuxième planète, ça commence à sentir le sapin. Rapidement, on se rend compte que l'on commence a être enfermé : plus de choix random, plus de cul de sacs mortels, peu de vrais chemins pour s'en sortir. C'est également à partir de ce moment que les paragraphes vont se faire plus courts. Arrivés à la troisième planète, on se croirait dans du pur Ian Livingstone : on est dans un toboggan avec un seul chemin, des pan t'es mort, des ennemis monstrueusement forts. Quand à l'ultime planète, c'est bâclé en dix paragraphes, plus douze misérables lignes pour la fin. Oui, défintivement, l'avion s'est craché et La planète rebelle laisse un vieil arrière goût d'amertume dans la bouche...

La conclusion de à propos du Livre-jeu : La planète rebelle #18 [1985]

Vincent L.
50

La planète rebelle commençait bien. Dans sa première moitié, ce LDVELH s'avère soigné, prenant, intelligent, bien conçu, tant de qualités qui font aisément oublier une aventure finalement assez convenue. Et puis, petit à petit, on sent que tout devient bâclé : les textes se font plus courts, les idées sont moins bien traitées, les choix deviennent accessoires, on retombe dans les travers habituels des Défis Fantastiques de l'époque : un one true path, des choix random, une difficulté mal dosée... Dommage, on aurait pu avoir un vrai bon space opera dans la série...

On a aimé

  • Classique mais solide (au début),
  • La qualité d'écriture (au début),
  • Les vrais choix proposés (au début),
  • Une difficulté bien dosée (au début).

On a moins bien aimé

  • Cliché et sans intérêt (à la fin),
  • Torché à la va-vite (à la fin),
  • Un vrai dirigisme (à la fin),
  • Une difficulté mal dosée (à la fin).

Acheter le Livre-jeu Défis Fantastiques : La planète rebelle #18 [1985] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Défis Fantastiques : La planète rebelle #18 [1985] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+