75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Pandémie #1 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 18 février 2019 à 14h00

Rappelez-vous de votre classe verte !

Green Class est une des grosses nouveautés BD franco-belge de ce début d'année. Sortie chez Le Lombard vendredi 15 février, ce premier tome a des allures de comics US indé. Dessiné par  David Tako et scénarisé par Jérôme Hamon (Yokozuna, Nils, Mitsuo…), ce volet initial est très prometteur. L'éditeur a bien senti ce potentiel en soignant particulièrement l'emballage, en plus d'un cahier graphique de cinq pages, la couverture revêt une texture granuleuse très particulière vert sombre et qui évoque la peau de certains personnages de notre histoire. 

Rappelez-vous de votre classe verte

Nos héros vont s'en souvenir eux, c'est sûr. Tout commence ainsi dans les marais de Louisiane. Une bande d'adolescents canadiens a été traînée en voyage par monsieur Denis leur éducateur. Pas de réseau, pas de console, de la randonnée dans la chaleur humide et étouffante de la végétation locale... le calvaire ! Ça râle, ça traîne. Des ados donc ! Mais c'est le retour à la civilisation qui va s'avérer le plus pénible. Sans contact avec l'extérieur depuis plusieurs jours, ils ne savent pas que ce qui avait commencé comme un virus localisé est devenu une pandémie foudroyante. Seules les non contaminés sont autorisés par l’armée a quitté les lieux. Un immense mur est déjà en construction autour de la zone dite de quarantaine.

Mais Noah semble contaminé. Ce jeune homme est le meilleur ami que tout le monde aimerait avoir : gentil et dévoué. C’est pour cela que sa sœur Naïa et ses amis n’hésitent pas longtemps à rester auprès de lui quitte à risquer leur vie. Voilà ainsi embarqué 6 ados dans une zone fermée où les contaminés cohabitent violemment avec les survivants qui n’ont pu ou voulu partir. Lucas est l’intello charismatique du groupe, c’est lui qui a convaincu tout le monde de rester mais il va falloir assumer les conséquences de cette décision. Linda a une vie compliquée entre une mère alcoolique et un père absent et a peu de raison de vouloir retourner à son quotidien. Beth, au contraire, est une urbaine jusqu’au bout des ongles et a déjà souffert de la ballade dans le Bayou. Sato, sous son air perpétuellement blasé, a suivi par loyauté. Mais ils ne réalisent pas encore ce qui les attend.

S’ils ont tout d’une groupe d’adolescents ordinaires jusqu’à qu’ils décident de rester dans la zone contaminée, ils vont se révéler dans les épreuves et dans ce lieu dangereux à l’écart de tout contrôle, de toute loi autre que la nature humaine.

Si on ne fait que les découvrir dans ce premier tome, on sent tout le potentiel qui se dégage de ces différentes individualités. Crédibles, ces personnages sont prêts à porter une histoire entre Seuls et The Walking Dead. Mais la fin du volume dévoile un aspect très différent des histoires de zombies habituelles. J’attends impatiemment de voir ce que les auteurs vont en faire.

Le dessin de David Tako valorisé par la colorisation suit parfaitement le rythme de l'histoire, sa tension et le stress montant des personnages. Le découpage est efficace et soutient le rythme de la narration de Jérôme Hamon. Le scénario est plutôt riche pour un premier volume et laisse présager une intrigue bien plus complexe que prévue. 

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Pandémie #1 [2019]

Nathalie Z.
91

Green Class est une excellente surprise de ce début d'année en BD franco-belge. Fraiche et esthétique, cette histoire de pandémie verte entre Seuls et The Walking Dead séduira les amateurs du genre. La bande d'adolescents loin des stéréotypes est crédible et on ne peut s'empêcher d'espérer qu'elle survivra dans une zone fermée par un immense mur et dans laquelle cohabitent des créatures impressionnantes et des survivants prêts à tout. Avec un scénario de Jérôme Hamon  plutôt riche pour un premier tome et un dessin juste superbe de David Tako, Le Lombard choisit d'éditer une BD aux allures de comics indé comme on les aime. 

On a aimé

  • Une histoire faussement classique et des ados réalistes
  • Un dessin très esthétique et des couleurs qui le valorisent
  • Découpage et rythme dynamique
  • Tout public contrairement à Walking Dead

On a moins bien aimé

  • Il va falloir attendre la suite
  • Il faut aimer les histoires de zombies et de monstroplantes

Acheter la Bande Dessinée Green Class : Pandémie #1 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Green Class : Pandémie #1 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+