75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Drapeau noir [2018], par Christophe H.

Avis critique rédigé par Christophe H. le samedi 12 janvier 2019 à 09h00

Sous le vent et sous les flots.

Depuis novembre dernier, Bragelonne propose le premier roman officiel du jeu de rôle 7ème MerDrapeau Noir.​

7e Mer est un jeu de rôle se déroulant principalement en Théah, un continent fictif ressemblant à l'Europe fin renaissance, dans laquelle intrigues politiques, religieuses et sorcelleries sont présentes, le tout servi par les codes du cape et épée. Ce jeu est une création de John Wick. La première édition fut publiée à partir de 1999, et depuis 2017, le Studio Agate propose la VF de la seconde édition. À ce jour, le livre de base et premier supplément, Nations Pirates, sont parus. Ces deux ouvrages ont été décortiqués ici et . Pour davantage d’informations, je vous conseille d’y jeter un œil.

Drapeau Noir est signé par l’auteur du jeu lui-même. Il paraît avant les futurs suppléments de la gamme (Héros & Scélérats ainsi que les deux volumes des Nations de Théah (et, on espère, une campagne ou un recueil d’aventures, chose qui manque cruellement actuellement).

​Que penser de ce Drapeau Noir ? A qui s’adresse-t-il ? Néophytes ou anciens aventuriers de 7e Mer ? Lecteur curieux ou fan du jeu ?

« Thomas St. Claire était le fléau des Sept Mers. Une brute implacable qui pillait chacun des ports de la Théah, et au-delà. Mais quelque chose lui est arrivé, en mer. À présent, il traque ceux qui s’en prennent aux plus faibles. Qu’est-ce qui a transformé l’un des plus célèbres pirates de la Théah en formidable héros ? Voici l’histoire de l’évolution d’un homme… et de son improbable rédemption. »

Comme le laisse deviner la présentation de l’ouvrage, nous allons suivre la vie de Thomas St Clair, un des pirates les plus célèbres et craint des mers de Théah.

La première chose qui surprend, dès les premières pages du prologue, est le nombre de fois où le nom du héros est cité. Durant l’entame du livre, es répétitions de « St Clair »  doivent être équivalent au nombre de phrases. Si cet effet s’estompe au fur et à mesure que l’histoire avance, cela permet d'avoir dès le départ un avant-goût du style littéraire qui nous attend : léger, voire vraiment simpliste. Et tant qu’à être dans les points qui m'ont rendu la lecture difficile, j’en profite pour aborder ce qui est pour moi le plus gros point négatif du livre : le découpage des chapitres. En effet, l’histoire fait sans cesse des retours en arrière (flash-back diraient certains), ce qui a tendance à faire perdre le fil du récit principal (donc à énerver). Plusieurs périodes de la vie de St Clair sont abordées, mais chacune est interrompue pour en intercaler d’autres qui sont, elles-mêmes, entrecoupées, créant ainsi une sorte d'énorme foutoir dans la chronologie qui rend les personnages secondaires anodins.

Passé ces quelques points, le roman parvient à tout de même susciter un intérêt. Déjà, le livre est écrit par l'auteur du jeu, l’univers est donc bien respecté. Le ton est très proche de ce à quoi tendent les parties de 7e mer, avec notamment un style très cinématographique et des séquences d’actions courtes et très visuelles.Ceux qui connaissent cet univers pourront même y trouver quelques lieux ou personnages pour agrémenter leurs aventures. Les nouveaux venus auront, quant à eux, un aperçu du monde dépeint par John Wick, même si la piraterie n’est qu’une petite partie des possibilités qui y sont offertes. Le tout est néanmoins très léger, ce qui me fait dire que ce roman peut aisément prétendre à la catégorie « livre pop-corn » pour public peu exigeant.

La conclusion de à propos du Roman : Drapeau noir [2018]

Christophe H.
45

John Wick signe ici un roman peu convaincant, autant dans le style que dans l’histoire. Il y a peu de choses à en tirer pour ceux qui connaissent déjà l’univers, quant aux autres, ce n’est clairement pas par ce biais qu’ils passeront vers le jeu de rôle.

On a aimé

  • Respect de l’univers
  • Le ton proche des parties du jeu

On a moins bien aimé

  • Style limité
  • Chronologie désordonnée, on s’y perd
  • Personnages secondaires anecdotiques
  • N’apporte pas grand-chose 

Acheter le Roman 7ème mer : Drapeau noir [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de 7ème mer : Drapeau noir [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 7ème mer