75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Excession [1998], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le samedi 25 mars 2006 à 08h33

La singularité

"Un peu plus de cent jours après le début de sa quarantième année de révolution, Dajeil Gelian reçut, dans sa tour isolée dominant la mer, un avatar du gros vaisseau qui était sa demeure..."
Quelque part dans l'espace profond surgit une aberration, un objet qui se joue des lois de la physique. Un objet que les Intelligences Artificielles de la Culture ont bien du mal à appréhender. D'autant plus que les Affronteurs, dont l'ambition n'a d'égal que la terreur qu'ils font régner ont aussi remarqué ce non-objet physique ou objet non-physique...
Qautrième volet de la saga de la Culture, Iain M Banks nous emmène dans le monde fermé, réservé aux memebres, des Intelligences Artificielles. Il est vrai que les précédents romans s'attachaient plus particulièrement aux hommes, à leurs tourments, et la tragédie de leur situation face à l'énorme machine, la société de la Culture. Or comme on l'avait vu dans l'homme des jeux ou bien l'usage des armes, il faut bien que quelqu'un tire les ficelles de cette société qui grignote, pacifique (quoique), anarchiste, ludique (a priori) pour les hommes. Ce sont elles. Elles, je veux bien sûr parler des machines pensantes, les automates ou ordinateurs évolués, très évolués: les IA.
Cette fois, Iain M Banks nous envoie en plein dans leur terrain de jeux. C'est pourquoi ce n'est pas dans un environnement connu, avec des repères, que nous sommes parachutés dans le fabuleux monde des IA. Or Banks est un auteur extraordinaire et il réussit à nous montrer ce monde par les "yeux" (celui de HAL9000, par exemple) des IA, leur monde. On est bluffé car ces dialogues qui sont échangés à des vitesses inimaginables sont parfois incompréhensibles. Question de point de vue, bien entendu. Et l'humour, assez fréquent, nous échappe. Le plus visible est bien entendu le nom des vaisseaux qui, dans le feu de l'action, compris dans un phrase tournée d'une certaine manière, hors contexte, sont jubilatoires. Nous ne sommes que des humains réfléchissant ou lisant à une certaine vitesse, et ce livre, ce pavé de 630 pages en poche ne prendrait que quelques minutes à une IA pour le compiler et traiter les informations. Ce livre ne nous serait il pas destiné ?
Ce livre est parfois long, lent, inaccessible, humoristique sans le paraître sur un sujet qui pourrait ne pas intéresser les humains mais il passionnerait et ferait glousser une Intelligence Artificielle. C'est l'ironie de la chose. Du Banks tout craché.

La conclusion de à propos du Roman : Excession [1998]

Manu B.
85

Excession est un livre où le second degré est légion. Iain M banks nous écrit un nouveau volet qui s'inscrit dans l'univers de ce qu'on peut qualifier de saga de la Culture. Ce roman est tout de même atypique puisqu'il met en avant les Intelligences Artificielles, dont l'humour n'est peut-être pas de notre compréhension, nous, pauvres mortels...

Acheter le Roman Excession en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Excession sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Cycle de la Culture

  • Voir la critique de Les Enfers virtuels : L'usage des armes virtuelles (import)
    85

    Les Enfers virtuels Critique du roman par Manu B.

    L'usage des armes virtuelles (import) : Si Surface details n'a pas l'étincelle d'autres volets du Cycle de la Culture (Une forme de guerre, l'Usage des armes, l'Homme des…
    Temps de lecture : 5 mn 44

  • Voir la critique de Trames : Strates (import)
    85

    Trames Critique du roman par Manu B.

    Strates (import) : Pour conclure, Trames n'est pas le meilleur roman de la Culture, et pourtant c'est celui qui nous plonge le plus dans les rouages …
    Temps de lecture : 5 mn 17

  • Voir la critique de Inversions : Inversions
    75

    Inversions Critique du roman par Manu B.

    Inversions : Roman étonnant dans le cycle de la Culture, il n'y a vraiment que ce livre qui nous mène de l'autre côté de la barrière Culturienn…
    Temps de lecture : 2 mn 32

  • Voir la critique de le Sens du vent : Encore magnifique !
    95

    le Sens du vent Critique du roman par Manu B.

    Encore magnifique ! : Dans le cadre de la Culture, Iain M Banks nous refait le coup de maître, après les réussites de Une forme de guerre et l'usage des…
    Temps de lecture : 2 mn 51

  • Voir la critique de l'Usage des armes : Extraordinaire !
    95

    l'Usage des armes Critique du roman par Manu B.

    Extraordinaire ! : Après l'homme des jeux et une forme de guerre, Iain M Banks nous signe un petit chef d'oeuvre. Grosse claque que ce roman: pour sa…
    Temps de lecture : 3 mn 12

  • Voir la critique de Une forme de guerre : Magnifique et épique !
    95

    Une forme de guerre Critique du roman par Manu B.

    Magnifique et épique ! : Une forme de guerre est un roman où l'aventure se mêle au tragique, où le combat d'un homme contre la Culture ne semble être qu'un…
    Temps de lecture : 4 mn 49

  • Voir la critique de l'Homme des jeux : Le jeu de la Culture
    95

    l'Homme des jeux Critique du roman par Manu B.

    Le jeu de la Culture : Voici donc un roman qui a un peu de mal à démarrer, le temps que la société de la Culture se mette en place et puis on se prend vi…
    Temps de lecture : 3 mn 31