75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du livre : Jack l'éventreur, les morts [2018], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 17 décembre 2018 à 09h00

Le saigneur des bas fonds

Jack l’éventreur, les morts de Julien Bétan et  André-François Ruaud appartient à la même collection d’essais chez Helios que le Sorcières ! de Julie Proust Tanguy et Vampires ! d’Elisabeth Campos et Richard D. Nolane. Comme les autres ouvrages de la collection, ce livre est une analyse d’un thème qui a conquis l’imaginaire. En effet, Jack l’éventreur est plus qu’un tueur londonien du XIXème siècle, il est un mythe, l’archétype du serial killer et sa présence dans la littérature, la BD et le cinéma montre qu’il fait partie d’un folklore occidental moderne. Le but de cette recherche n’est donc pas de révéler une énième théorie sur l’identité de Jack mais de montrer à quel point ce sujet d’étude a confondu réalité et imaginaire.

Des crimes bien réels mais un meurtrier imaginaire

Avant Jack l’éventreur, l’Angleterre a connu des criminels étranges comme le Spring Heeled Jack (Jack aux chevilles à ressorts) qui traumatisa les ménagères de Limehouse, un quartier pauvre de Londres en 1838. Déjà ce surnom de Jack. Diminutif traditionnel  de John, Jack est également le terme générique pour les garçons, les hommes, les mecs, les maris, les mâles. Il est connoté négativement avec une notion de petitesse et il sert un peu à tout désigner (Jack’o’lantern, Jack sprat…). Dans les contes anglo-saxons, il est associé à la ruse.  Avec un nom pareil, comment ne pas devenir une légende…

Londres, la criminalité et la lutte contre le crime

Après une description et un historique du quartier d’East End, le bout du monde pour les Londoniens bien nés, le livre développe aussi la Londres victorienne emplies de vapeurs, de voitures à cheval, de messieurs à chapeaux et le néo-gothisme lié à cette esthétique. Ces deux chapitres sont tout simplement passionnants, un plongeon dans la noirceur et le fog londonien. Cette étude aborde ensuite l’histoire des forces de l’ordre londonienne du Moyen-Age à l’époque de jack : constables, runners, bobbies et détectives. Criminologie, criminalistique, pas facile d’enquêter sur un tueur en série aux prémices de la police scientifique.

1888, l’enfer s’ouvre sous l’East End

Mis à part ses victimes, personne n’a vu le fameux Jack. Mais en cette terrible et sanglante année, il incarne les hantises de toute une époque, l’ultime perversion d’une ère victorienne réprimant toute sexualité. Cet ouvrage décrypte chacun des crimes qui a entaché l’East End, concentration de la pauvreté la plus abjecte, reprend les faits en détail et ajoute à la liste des femmes assassinées une nouvelle victime probable, Emma Smith. C’est clair, détaillé et très prenant. Toutefois, puisqu’il s’agit de crimes extrêmement violents, je déconseille la lecture au moins de seize ans même si le thème peut être attractif. Le livre rappelle les suspects potentiels et l’impossibilité réelle d’accuser un seul individu. Seul Sherlock Holmes aurait pu résoudre une telle enquête… et seul Lestrade était dispo ! la littérature se chargera de missionner Holmes de cette enquête avec plus ou moins de succès.

Jack est immortel

Si l’affaire de Whitechapel est si extraordinaire voire magique, c’est aussi parce qu’elle prend place dans une époque empreint de spiritisme et de goût pour l’occultisme. Tout le monde a un avis sur l’identité du  meurtrier et si la mort de Mary Jane Kelly est considérée comme le dernier des meurtres canoniques, les alertes ultérieures continuèrent plus d’un an. La psychose était encore palpable et nous ne saurons jamais comment Jack a disparu. Il était apparu dans un contexte noir et désespéré, il réapparait pendant le Blitz qui frappe Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Preuve qu’il est encore dans les esprits… Spring Heeled Jack réapparaitra aussi entre 1938 et 1945 mais à Boston puis quelques années plus tard au Texas.  En 1978, des lettres signées Jack l’éventreur assurant que les meurtres vont continuer, arrivent entre les mains de la police anglaise… Il rôde, il est toujours parmi nous. Il n’a d’autre nom que meurtre.

 

La conclusion de à propos du Livre : Jack l'éventreur, les morts [2018]

Nathalie Z.
89

Jack l'éventreur est un personnage mythique, le criminel le plus célèbre, le premier serial killer à défrayer la chronique, produit d'une époque sombre et catalyseur de toutes les peurs. Cet ouvrage analyse ce phénomène, le stupéfiant paradoxe entre une série de crimes atroces et bien réels et le meurtrier fictif, fantasmé devenu mythe. Ce livre détaillé au style fluide démontre comment jack l'éventreur hante l'imaginaire côtoyant parfois la route de Sherlock Holmes, intégrant la fiction policière en littérature comme au cinéma. 130 ans après les assassinats, Jack est encore synonyme de terreur abjecte. Plongez dans la Londres victorienne à sa rencontre...

On a aimé

  • Passionnant
  • Complet et original daans son approche du mythe de l'eventreur
  • Pas un énième bouquin pour nous annoncer la vérité vraie sur ce tueur

On a moins bien aimé

  • Une analyse assez érudite et sanglante pour la déconseiller aux moins de 16 ans.

Acheter le Livre Jack l'éventreur, les morts [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jack l'éventreur, les morts [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jack L'Eventreur