75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : L'expérience interdite [2017], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 29 mars 2018 à 14h00

Normal activity...

C'est ce qui s'appelle une belle arnaque ! Depuis la mise en chantier de cette nouvelle version de L'expérience interdite, la production a beaucoup communiqué sur le fait qu'il s'agissait d'une suite, et Kiefer Sutherland, qui fait une grosse apparition dans le film, a même confirmé à de nombreuses reprises qu'il reprenait le rôle qu'il tenait dans l'original. Et bien non ! En dépit de cette campagne promotionnelle bien putassière, cette Expérience Interdite version 2017 est simplement un remake, et Kiefer Sutherland y interprète un tout autre personnage. Il faut bien reconnaître que la surprise a été franchement désagréable, et a forcément impacté de manière négative le ressenti que j'ai eu en regardant ce film. Autant le dire d'entrée de jeu...

Ce qui est d'autant plus dommage, c'est qu'un remake de L'expérience interdite n'avait à la base rien de délirant. Certes, le film de Joel Schumacher est toujours très apprécié par la ribambelles de gamins qui l'a découvert à l'époque (et dont je fais parti, j'avoue), mais objectivement, il faut bien reconnaître que le long-métrage était très loin d'être parfait. L'expérience interdite, c'était un bon point de départ, une mise en scène soignée et efficace, un casting charismatique (Kiefer Sutherland, Kevin Bacon, Julia Roberts, Oliver Platt, William Baldwin), mais c'était également un scénario qui ne réussissait pas à tenir la route sur la longueur, s'enfonçant dans une grosse médiocrité au fur et à mesure de son déroulé jusqu'à un final bien dégoulinant de bons sentiments.

L'exercice du remake avait donc du sens : reprendre l'idée de base de l'original (plutôt chouette), le premier acte (somme tout réussi), puis corriger tous les défauts de la suite pour transformer le gloubi-boulga de guimauve écoeurante en vrai film de frousse. A priori, rien de bien compliqué, ni au scénario, ni à la mise en scène ; quand au soin esthétique à apporter au film, le budget confortable de vingt millions de dollars permettait d'être confiant quant à la qualité du résultat final (c'est certes un poil moins que pour le film original, mais L'expérience interdite, ce sont surtout des scènes avec cinq gus dans une cave). Et pourtant, le film échoue lamentablement sur tous les tableaux, ne parvenant qu'à faire se dire au spectateur « finalement, il n'était pas si mal le premier film ».


Oh mon dieu, je joue mal même sur les photos !

Au scénario, Ben Ripley (Source Code... mais aussi La Mutante 3 et La Mutante 4: Renaissance) n'a visiblement rien retenu des leçons du premier film, et a même sensiblement effacé les quelques éléments un peu border line. Le personnage principal (Ellen Page, qui reprend la fonction de Kiefer Sutherland) est par exemple ici affligé d'un deuil qu'elle n'arrive pas à dépasser ; un bon gros cliché made in Hollywood qui retire toute la saveur qu'avait ce protagoniste dans l'original (qui était ambitieux, sans limites, un petit peu taré). Outre le fait que ce changement rende ce personnage incohérent (on savait pourquoi Nelson Wright laissait continuer l'expérience, on ne comprend pas pourquoi Courtney Jenaipasdenom en fait de même), elle traduit clairement le parti-pris du film : L'expérience interdite v2017 doit être un divertissement propre et lisse.

C'est d'autant plus dommage que c'était ce côté un peu glauque qui avait fait son petit effet en 1990, Kiefer Sutherland poursuivi par le gamin qu'il a tué ou Julia Roberts et ses visions malsaine de son père, ça avait un peu de gueule. Là, tout est plat et planplan, est qui plus est incohérent. Dans l'original, ce que les médecins rapportaient de la mort avaient une logique et une cohérence qui était tenue jusqu'au bout (quitte à ce que ce soit juste un feu de paille un peu pêté, comme pour l'histoire de Kevin Bacon). Ici, rien n'a de sens, rien n'explique les agressions dont sont victimes les médecins, à tel point que l'argument ultime du "démon" est débalé dans la première heure de film pour évacuer d'un revers de la main toutes ces questions futiles de vraisemblance.

Le scénario se contente donc de dérouler un film de fantôme basique. L'expérience interdite en question en devient presque ridiculement inutile dans la mesure où elle ne sert à rien d'autre qu'à justifier les apparitions et puis... c'est tout. Alors outre une petite surprise au milieu du film (que, je le reconnais, je n'avais pas vu venir), l'articulation des scènes est convenue et le spectateur a toujours quinze coups d'avance sur ces personnages bêtes à bouffer du foin (un comble pour des médecins !). On s'ennuie donc ferme devant ce qui nous est raconté, avec en plus la désagréable impression de revoir une énième série B sans imagination, un produit calibré "tout public" incapable de faire peur, incapables de rivaliser avec les tréfonds les plus obscurs de chez Blumhouse (même Lazarus Effect est plus réussi, c'est dire !)


Tu crois que c'est la fin de notre carrière ?

Les choses auraient toutefois pu être un poil meilleure si le film avait bien été réalisé. Certes, vu la qualité du scénario, on n'aurait jamais pu dépasser le stade de la série B sympatoche, mais tout de même, avec un peu d'application, le frisson aurait pu être au rendez-vous (comme dans le film original me direz-vous). Mais non. Niels Arden Oplev (la trilogie danoise Millenium, ainsi que l'excellent épisode pilote de Mr Robot) se contente juste de faire un pauvre Ring-like comme on en a vu des centaines. Les jump-scare sont légions, les utilisations des silences sont bidons, les lumières n'arrêtent pas de clignotter,... Franchement, pour avoir peur devant cette Expérience interdite, il faut n'avoir jamais vu de films d'horreur de sa vie, et être très très impressionnable.

Le reste du long-étrage est également loin d'être convaincant : le rythme est décousu, les scènes sont montées n'importe comment,... La direction artistique fait également peine à voir tant le film baigne dans une esthétique de téléfilm 90's très pauvre dans laquelle les décors ne sont jamais mis en valeur (si Joel Schumacher en faisait presque trop avec son hôpital gothique rempli de statues cheloues, Niels Arden Oplev a quant à lui décidé d'opter pour la sobriété ultime en filmant l'hôpital de Grey's Anatomy). Alors certes, c'est propre - on n'est pas dans le vieille série Z fauchée, c'est un fait - mais le tout manque sérieusement de chaleur et de caractère, et rien ne parvient à donner à L'Expérience interdite un semblant d'identité.

Un mot pour terminer sur les comédiens, l'un des gros points forts de l'original. Et bien ce n'est pas terrible du tout non plus. D'une manière générale, le casting manque sérieusement de charisme. Ellen Page, actrice au demeurant sympathique, semble complètement perdue dans ce film, quant à Diego Luna, outre son mulet dégueulasse, il incarne paresseusement un personnage sans grand intérêt (l'équivalent d'Oliver Platt dans l'original, déjà pas le personnage le plus mémorable). Le reste du casting est complètement interchangeable et oubliable (à leur décharge, reconnaissons qu'ils n'ont pas grand chose à jouer). Quant à Kiefer Sutherland, du haut de ses trois scènes et de son personnage sans importance, il n'a pas grand chose à faire sinon essayer d'oublier qu'on lui a mis sur le crane une péruque immonde...

La conclusion de à propos du Film : L'expérience interdite [2017]

Vincent L.
20

Il n'y a pas grand chose à retirer de ce remake inutile et sans intérêt de L'expérience interdite. Pourtant, l'original était loin d'être insurpassable, et il y avait moyen de réussir l'exercice du remake pour proposer quelque chose de plus abouti. En l'état, L'expérience interdite v2017 est juste un produit qui cherche le consensus mou en ne prenant jamais de risque, bref, le genre de film qui ne va intéresser personne, qu'il s'agisse des fans de l'original ou de ceux qui veulent juste se payer une séance frisson.

Que faut-il en retenir ?

  • Une petite surprise dans le déroulé (mais juste une...).

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario calibré et incohérent,
  • Des effets de peur tellement viellots qu'ils sont moisis,
  • Une esthétique fade et sans identité,
  • Des comédiens absent qui n'ont pas grand chose à jouer,
  • Une campagne promotionnelle mensongère pour appater le gogo nostalgique.

Acheter le Film Flatliners : L'expérience interdite [2017] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Flatliners : L'expérience interdite [2017] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+