75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Docteur Mengel #1 [2011], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 23 décembre 2012 à 14h17

Le secret de l'ordre noir

Océan atlantique, 1945. L’équipage d’un U-Boot accomplissant une mission classée top secret est secoué par une série de morts inexpliquées.
Amérique du Sud, 1951. Une expédition de l’institut géographique tombe sur un vieux sous-marin allemand, planté en plein milieu de la forêt Amazonienne.
Venise, 2059. Deux assassinats aux modus operandi similaires et un attentat meurtrier mettent la police locale en alerte.

Après l’excellente série Tanâtos, qui nous entraînait dans un univers policier rétro évoquant les romans de Norbert Jacques et du duo Pierre Souvestre/Marcel Allain, Jean-Yves Delitte nous revient avec un autre cycle tout aussi ambitieux. Ici, c’est le mythe de l’ordre noir nazi et ses expériences occultes qu’il récupère pour construire un scénario se déroulant (pour le moment) sur trois époques. Un exercice d’équilibriste difficile, apte à désorienter le lecteur par son absence de personnage principal, ses enjeux mal définis et ses changements d’atmosphère (dans le cas présent ; le thriller horrifique, l’aventure exotique et le polar futuriste). Heureusement, Jean-Yves Delitte sait user de son sens du découpage narratif et la bascule entre les différentes sous intrigues se font sans heurts, voire même avec élégance grâce à la présence d’habiles cliffhangers.

Dans ce premier tome baptisé Docteur Mengel, s’il est aisé de déterminer le lien qui relie deux des séries d’évènements, le mystère demeure en ce qui concerne ceux qui se déroulent dans une Venise futuriste. C’est très intriguant, donc le pari est réussi. Jean-Yves Delitte, comme pour Tanâtos, parvient à rendre son histoire crédible grâce à son trait réaliste, presque industriel (la double page 26-27), et son sens du détail. On apprécie tout particulièrement sa vision d’une Venise périodiquement asséchée via la construction d’un barrage et sillonnée par des engins high-tech. Le mélange d’archaïsme architectural et d’éléments de SF est ici très séduisant. Enfin, les planches consacrées aux évènements se déroulant dans l’U-Boot affichent un temps efficace aspect gore.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Docteur Mengel #1 [2011]

Nicolas L.
85

S’il n’est pas encore possible de juger de la qualité de l’intrigue, force est de dire que la lecture de ce premier tome de U-Boot nous laisse espérer de très bonnes choses. Ici, encore une fois, Jean-Yves Delitte nous offre une œuvre s’appuyant sur un trait très réaliste et détaillé et un scénario à trames multiples (thriller horrifique, aventure exotique, polar futuriste) entretenant le mystère.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario intéressant
  • Un trait réaliste très efficace
  • Un bon découpage
  • La vision d’une Venise futuriste

Que faut-il oublier ?

  • Un album d’introduction
  • Pas de personnage principal

Acheter la Bande Dessinée Docteur Mengel en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Docteur Mengel sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de U-Boot