75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Razal #2 [2010], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le jeudi 27 mai 2010 à 10h20

Une suite à couper le souffle

En février 2009, j’interviewais David Sala, l’auteur et dessinateur de One of Us, et il me confiait alors que pour le tome 2, il fallait s’attendre « à une montée en puissance ». Et je ne pensais pas à l’époque qu’il avait à ce point raison.

- La Bande Annonce du Tome 2 -

Oubliez tout ce que j’ai pu dire sur le tome 1 (Aldis). Si l’auteur a débuté par un premier récit qui manquait un peu de maturité, on ne peut pas en dire autant de sa suite. « Destiné à un public jeune » ? Vraiment ? Avais-je tort à ce point ? Sans l’ombre d’un doute. Car avec Razal, titre du second tome, on entre directement dans le cœur du sujet. Le sang coule à flot, les sentiments sont mis à rude épreuve et l’intrigue commence enfin à prendre forme. Si la première aventure nous avait fait découvrir le personnage principal, Aldis, en détail, sans trop s’avancer sur le scénario de la série, la seconde nous permet surtout de mettre en lumière les capacités du jeune homme. Car si One of us est présente sur SciFi-Universe, c’est bien parce qu’il y a un peu de fantastique à l’intérieur.


Et c’est le cas, puisque le héros dispose d’un pouvoir bien particulier, il peut entrer au plus profond d’un être pour réussir à lui parler et à connaitre ses pensées les plus intimes. C’est un bien pour un mal puisqu’il peut aussi utiliser ce don afin de faire le mal. David Sala s’est également appliqué à raconter le passé de cet étudiant un peu paumé avec la mort de son père puis la dépression de sa mère, remontant jusqu’à leur rencontre, tout en enfouissant le lecteur au sein de ses rêves. Ce tome 2 est très intrigant dans le sens où ils opposent plusieurs histoires, plusieurs époques même, afin d’y coller différents récits et nous permettre d’avancer dans le scénario. Un scénario qui baigne d’ailleurs dans une ambiance futuriste fidèlement retranscrite par un dessin des plus fascinants. Les scènes les plus importantes sont mises en couleurs de manière épatante et sont vraiment superbes. On en prend plein la vue, c’est un vrai régal visuel.

Aldis rêve tout particulièrement de Razal, un homme charismatique qui est à l’origine d’un mouvement révolutionnaire contre le pouvoir en place. Pour se faire entendre, ses partisans n’hésitent pas à mettre en place des actions destructrices. Ce type à l’allure inquiétante hante le sommeil de notre ami et nous fait rapidement comprendre qu’il ne lui veut aucun bien. Et cette relation est très intéressante, car elle pose les premières pierres d’un édifice scénaristique très recherché et surtout gigantesque. À la vue du cliffhanger de la fin du tome 2, on a du mal à imaginer qu'il faudra patienter jusqu'à l'année prochaine pour connaitre la suite. La façon dont l’auteur s’intéresse à ses personnages à ses dialogues est véritablement quelque chose d’épatant. On vit littéralement l’action qui se déroule au sein des pages de cette BD, elle est soutenue, prenante, passionnante même, jamais elle ne s’essouffle.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Razal #2 [2010]

Sylvain T.
100

Résolument plus adulte, ce nouveau chapitre dans la série est en tout point supérieur à Aldis. Si vous cherchiez une bande dessinée d’exception en 2010, il semble que nous l’ayons trouvé pour vous. Du bonheur jusqu’à la dernière goute d’un sang remarquablement mis en scène.

Acheter la Bande Dessinée Razal en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Razal sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de One of us

  • Voir la critique de Aldis : Al-Dis moi que c’est bien !
    85

    Aldis Critique de la bande dessinée par Sylvain T.

    Al-Dis moi que c’est bien ! : Destiné à un public jeune (16/25ans), One of us - Aldis est pourtant doté d’un scénario complexe, mais qui est à la fois facile à …
    Temps de lecture : 3 mn 30