75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Tooth and Nail [2009], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 20 novembre 2008 à 15h17

Des cannibales à l'hopital

Philadephia, dans un futur proche. Le monde tel que nous le connaissons a disparu. Frappée par une grave crise énergétique, la civilisation a implosé. Une catastrophe qui a annihilé toute forme d'autorité et toute organisation politique, et plonger le monde dans une anarchie qui a fait des millions de victimes. Les survivants de cette apocalypse économique se sont regroupés en petites communautés éparses; comme celle de Darwin, un leader sage et pacifiste, croyant encore que l'humanité, tel le Phénix renaissant de ses cendres, pourrait ressortir grandie du chaos... Jusqu'au jour où l'arrivée d'une jeune femme, Néon, va tout changer...


Tooth & Nail reprend les thèmes généraux du célèbre film post-apo de George Miller, Mad Max 2. Ainsi, l'on a affaire à un monde tombé dans la barbarie suite à la pénurie de pétrole; une communauté de gens pacifistes essayant de s'organiser pour survivre; et une horde de criminels parasites qui ne vivent que de pillage et de vol. En plus de cela, le réalisateur Mark Young rajoute un élément thématique horrifique, à savoir le cannibalisme. Ainsi, réunie sous l'attention bienveillante de Darwin, leur leader à la fois spirituel et administratif, une poignée d'hommes et de femmes va se retrouver assiégé dans leur refuge (un hôpital) par une bande de féroces "vikings" post-apo; les Rovers.
Pas grand chose de très original, donc, dans ce script qui nous en rappelle tant d'autres (notamment les post-apo spaghettis des années 80) et pas même le twist - finalement assez prévisible -, qui survient en milieu de métrage, ne parviendra à nous surprendre. Par contre, il en est tout autrement du traitement, que j'ai jugé comme très intéressant. Dans un premier temps, j'ai en effet été heureux de constater que Mark Young avait écarté les techniques de prises de vue modernes, à grand renforts de caméra-épaule et de plans subjectifs nauséeux, pour adopter une technique plus classique, baignant dans une photographie à la fois sombre et précise (certains plans me rappelant grandement le cinéma de John Carpenter). Gagnant en lisibilité, les comédiens peuvent ainsi donner plus d'envergure à leurs personnages, d'autant plus que Mark Young s'attarde sur leurs sentiments à partir de séquences d'exposition posées et riches en champ contre-champ.

La réalisation démontre sa solidité notamment dans la deuxième partie - la plus violente - au cours de laquelle les Rovers massacrent les occupants de l'hôpital. Et elle touche vraiment la démesure dans son final, lors du processus de vengeance de Dakota. Une dernière partie qui aurait pu être ridicule mais qui - grâce à une mise en scène efficace, une violence graphique soutenue et la terrible performance de Nicole DuPort, carrément méconnaissable - s'avère finalement très réussie, à la fois hargneuse et doté d'un climax saisissant.
Le métrage n'est cependant pas exempt de défauts, la plupart étant dus à la faiblesse du budget alloué. Ainsi, l'on nous parle de plusieurs dizaines de rovers cannibales, et l'on n'en verra finalement qu'une poignée. Les stars du film, Robert Carradine et Michael Madsen n'y font finalement qu'une apparition éclair, et seul Vinnie Jones se voit attribuer un traitement de faveur.On peut également trouver le final un peu "facile". En effet, si la ruse de Dakota est un élément narratif plutôt original et donc inattendu, elle transforme la croisade de la jeune femme en une promenade de santé un peu frustrante.

La conclusion de à propos du Film : Tooth and Nail [2009]

Nicolas L.
60

Film indépendant faisant partie de la (toujours intéressante) sélection de l'After Dark Fest, Tooth & Nail est un thriller post-apocalyptique de bonne facture. Nettement moins friqué que le Doomsday de Neil Marshall - un peu plus de 4 millions de dollars -, le film de Mark Young n'en est pas pour autant inintéressant, avec une réalisation solide et des comédiens crédibles. Il est dommage que la trame générale soit si convenue, en effet, le film aurait beaucoup gagné en interet en étant doté d'un scénario un peu plus original.

Que faut-il en retenir ?

  • Réalisation solide
  • Interprétation consciencieuse
  • Bonne atmosphère post-apo

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario trop convenu

Acheter le Film (non sorti en salles françaises) Tooth and Nail en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tooth and Nail sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+