75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Delta #3 [2008], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 25 mars 2008 à 07h26

L’espace, l’ultime frontière ?

Bien voilà, la matière fantôme de Douay et Fléchard arrive à sa conclusion. Et à la question : que pensez de ce triptyque aux allures très ambitieuses ? La première réponse qui me vient à l’esprit est : pas facile !
Pour rappel, « Matière Fantôme » constitue 3 ouvrages aux histoires et protagonistes totalement différents. Pourtant, une fois les 3 tomes réunis, nous y voyons bien une forme de jonction. Dans cet ouvrage nommé logiquement « Delta », le scénariste nous plonge dans un univers où l’humanité est en péril et où les frères Dan et Heyr Olm représentent le dernier espoir à travers leur projet « Axiome ». Une entreprise qui consiste à aller dans l’espace, vers une autre planète, à la rencontre de ceux qui ont transmis de mystérieux messages vers notre Terre.
Le scénariste Hugues Fléchard ne cache pas qu’il attribue de grandes ambitions à son histoire puisqu’il décrit lui-même son travail comme de la science-fiction métaphysique entre "Solaris" et "2001, l’odyssée de l’espace" (source Fiche service presse). En effet, en y regardant de plus prêt, à partir de la page 42 de cet album, Hugues Fléchard nous entraîne dans quelque chose. Je dis bien « Quelque chose », car je ne suis pas sûr moi-même d’avoir bien saisi où l’auteur voulait m’amener. Certes, il y a bien une idée de boucle bouclée et d’ensemble cohérent qui se dégage, mais je suis resté hermétique à cette dimension métaphysique que veut y adjoindre Fléchard. Heureusement, «Delta » intrigue et divertit avec son histoire d’équipage faisant route vers une planète X afin de trouver et demander de l’aide à ceux qui ont transmis les messages vers la Terre. On est témoin d’une colonisation, d’une planète qui se rebelle - à sa manière - et de disfonctionnement de machines. Bref, des éléments narratifs qui satisfont toujours un amateur de science-fiction. Il reste néanmoins que la conclusion pourra sembler étrange, pas forcément compréhensible, et pouvant laisser interrogatif.


Le dessinateur Stephane Douay apporte une touche personnelle à cette œuvre qui n’est pas pour me déplaire. Le trait du dessinateur est propre et dans l’ensemble très lisible. Les personnages sont expressifs et le graphisme sait se montrer rythmé et dynamique lorsqu’il le faut. Vu l’histoire et la façon dont elle évolue, il faut reconnaître qu’il ne devait pas être aisé pour le dessinateur de mettre en image certaines pages. Du côté des couleurs, le travail d’Irène Häfliger ressort plutôt bien et, si elles font assez informatisées, elles restent agréables à l’œil.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Delta #3 [2008]

Richard B.
60

Je dirais que « Delta » conclut une série très ambitieuse, peut-être trop, pouvant laisser sur son chemin quelques lecteurs. La fin encore plus métaphysique que les précédents albums semble ardue à appréhender et même si l’on y distingue quelques signes il demeure que le doute subsiste quant à la compréhension de l’ensemble.

Acheter la Bande Dessinée Delta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Delta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Matière Fantôme