75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le Wankh #2 [1971], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 18 décembre 2007 à 14h06

Tschaï, terre baroque et bigarrée

Les bras du Jinga se rejoignirent et le marais devint jungle. Frondes et lianes se balançaient au-dessus des eaux noires. Des papillons géants passaient comme des fantômes. A son niveau supérieur, la forêt était un univers à part – rubans roses et jaunes pâles se tortillant dans les airs comme des anguilles, globes noirs et duveteux dotés de six longs bras blancs qui bondissaient prestement de branche en branche … Une fois, très loin, Reith aperçut de grandes huttes de joncs entrelacés, nichées dans les ramures….
Deuxième partie des aventures extraordinaires de l’astronaute naufragé Adam Reith, Le Wankh reprend l’histoire là où elle s’était arrêtée. Après avoir convaincu une petite communauté humaine de prendre en main son destin en s’opposant à la tyrannie des Chachs Verts, le terrien est parti en compagnie de ses amis - Anacho l’homme-dirdir, Traz le guerrier tribal et la belle mais énigmatique Fleur de Cath - à la découverte de nouveaux horizons. Une aventure qui va les mener sur un autre continent, au milieu d’une étrange civilisation raffinée mais pernicieuse, poussant les valeurs de protocole et d’étiquette jusqu’au faîte du ridicule : les Yaos ; le peuple de Fleur de Cath.
Jack Vance, dans ce roman, garde son style, à la fois épique et romanesque, avec un goût prononcé pour les descriptions minutieuses. Au gré des pages, en même temps qu’Adam Reith, le lecteur découvre alors un univers à la flore riche et chatoyante, à la faune bigarrée, mais le tout d’une beauté souvent mortelle. Toujours à la recherche d’un moyen de transport pour quitter Tschaï, le Terrien va vivre des aventures exotiques, pleines de rebondissements aux conclusions parfois assez inattendues dans ce type de littérature (le changement de comportement de Fleur de Cath, par exemple, ne manque pas de surprendre).
On a également l’occasion, après les Chaschs vus dans le premier tome, de découvrir la deuxième race extra-terrestre occupant la surface de Tschaï : les Wankhs. Des créatures très éloignées, de par leur morphologie mais surtout leur structure sociale, de la race humaine, et qui entretiennent des rapports très particuliers avec leurs serviteurs dévoués, les Hommes-Wankhs. Des rapports dont la nature va se trouver d’ailleurs modifiée par l’intervention de Adam Reith, qui prend de plus en plus les traits d’un personnage légendaire.

La conclusion de à propos du Roman : Le Wankh #2 [1971]

Nicolas L.
95

Deuxième volet du cycle de Tchaï, le Wankh est encore meilleur que le précédent car le récit s’éloigne un peu plus de la Science Fantasy traditionnelle. En effet, les trois peuplades rencontrées sont bien plus originales que les barbares et les Chaschs du premier opus. Plus baroque, plus sophistiquées, plus mystiques, elles correspondent mieux style de Jack Vance, qui se dévoile comme fleuri et romanesque. Il en résulte un exotisme raffiné passionnant, à la limite du conte baroque, de la littérature SF et du roman de fantasy. Un mélange détonnant !

Que faut-il en retenir ?

  • Un cycle qui monte en puissance et en originalité
  • Un style d’écriture très agréable
  • Mélange de genre très élégant
  • Des personnages attachants

Acheter le Roman Le Wankh en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Wankh sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Cycle de Tschaï