75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : La liberté éternelle #2 [2004], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 1 mars 2007 à 13h04

La liberté éternelle

"L'hiver met bien longtemps à venir, sur cette planète oubliée des dieux, mais lorsqu'il est là, il ne s'en va pas de sitôt..."
Voici donc vingt-cinq ans que William et Marygay se sont installés sur cette planète Majeur, au fin fond de nulle part. Ils mènent depuis lors une existence terne mais plaisante, à cultiver leur jardin, sans aucune menace, depuis que les Taurans ont été battus. Or, ils partagent la planète avec une nouvelle espèce d'hommes à la mémoire collective, appelée Homme, dont ils sont très étrangers. Avec un groupe d'amis, ils décident de changer une nouvelle fois d'air...
Joe Haldeman, avec la guerre éternelle, avait écrit un grand roman dramatique sur la guerre tragique entre les Hommes et les Taurans, sorte de témoignage expiatoire sur la guerre. Il revient avec la liberté éternelle, avec les mêmes personnages, chronologiquement juste après la guerre éternelle, primé à juste titre par un Hugo et un Nebula. Sauf que, nous voici en des temps plus calmes, où la guerre a pris enfin temps. Mais cette période voit l'émergence d'une source de malaise, du moins pour William Mandalay: Homme semble être la nouvelle race d'humanoïdes, dont la particularité est d'être organisée en ruche, avec une espèce de conscience collective.
Le résultat est une fuite, pour échapper à l'emprise grandissante d'Homme sur la planète. Et les planètes en général, dont la Terre. Une nouvelle Arche voit le jour, avec à son bord le reste des hommes libres. Et la vie à son bord est difficile puisqu'il s'agit du reliquat des contestataires.
Au final, c'est un roman au scénario abracadabrant, bancal, et l'on s'étonnera que ce roman ait pu être un tant soit peu une digne suite à la guerre éternelle. Il semblerait que l'on ait affaire à un roman alimentaire.

La conclusion de à propos du Roman : La liberté éternelle #2 [2004]

Manu B.
60

Suite de la guerre éternelle, la liberté éternelle déçoit par la forme et par le fond. Voilà un roman honnête mais dispensable.

Acheter le Roman La liberté éternelle en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La liberté éternelle sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La guerre éternelle