75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : L'arme des démons #2 [2006], par Lucie M.

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 22 mai 2006 à 14h33

L'Arme des Démons

Comme le soleil, le temps est une roue qui tourne. Mais si l'on exécute la danse sacrée dans le sens inverse de sa révolution, alors il est possible de revenir en arrière, à l'époque où les démons au visage pâle n'étaient pas encore là. C'est ce que nous avons fait. C'est pourquoi notre monde est celui de la deuxième chance pour vivre en harmonie avec Wakan-Tanka. Mais que s'est-il passé ? Qui a mal dansé la Danse du Temps ? Car les démons au visage pâle sont bien là !


Nous retrouvons donc notre cher Quatre-Vents, toujours aussi indomptable, et même s’il a enfin pu épouser la belle Lune-dans-les-nuages, il va encore se retrouver plongé au milieu d’une aventure où la Danse du Temps aura son mot à dire !
L’Arme des Démons est le second tome d’une série dédiée aux différentes peuplades amérindiennes ainsi qu'aux méso amérindiens dirigées par Igor Baranko pour le scénario et les dessins puis par Vyacheslav Xenofontov pour la mise en couleur. La Danse du Temps est également dédiée aux amateurs des peuplades rouges et des civilisations Mexicaines disparues ou dispersées depuis longtemps à cause de l’homme blanc. En revanche, dans les deux albums publiés chez les Humanos, nous avons le plaisir de les retrouver mais intactes grâce à un détournement du temps qu’a effectué plusieurs fois l’indomptable Quatre-Vents pour sauver sa belle Lune-dans-les-nuages.
Igor Baranko, nous livre donc un second tome pleins d’imprévus où il mêle brillamment aventure, découverte, magie, amour et imagination tout en gardant les bases même de la culture des peuplades rouges et des méso amérindiens. En revanche, il se vouera plus à nous décrire l'univers des peaux-rouges où il saura garder leur parler si imagé ! Son dessin réaliste possède un trait assuré où parfois les expressions de ses personnages convergent vers la caricature. Les tons employés par la mise en couleur de Xenofontov se calquent à ravir avec l’univers de la Danse du Temps et nous avons parfois des surprises voluptueuses quand le coloriste harmonise de ton bleu et violet les rêves de la belle épouse de Quatre-Vents. D’ailleurs, ces instants d’illusion sont peu nombreux mais déclenchent en nous une sorte d’éblouissement indéfinissable.

Grâce à la lecture de ce présent tome, je me suis vue replonger dans un univers proche de la Terre, de l’amour de la nature et de la complicité spirituel que possédaient les amérindiens avec tout ceci. D’ailleurs, ce terme d’amérindien n’est pas véritablement à employer puisque les personnes concernées aiment mieux à s’entendre désigner par le nom de leur tribu respective mais par souci de facilité il vaut mieux s’y résoudre. Donc, je disais que la découverte de cette série d’Igor Baranko au fort accent d’uchronie m’a fait replonger agréablement vers ces peuplades presque exterminées par l’homme blanc et ses indicibles désirs de possession, de suprématie et de destruction. Cela m’a même donné l’envie de revoir un film sans précédent sur les peuplades rouges qui est Little Big Man avec un Dustin Hoffman très jeune et bluffant.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : L'arme des démons #2 [2006]

Lucie M.
90

Une bonne suite à la série la Danse du Temps ! Une série dédiée aux peuplades rouges et méso amérindiennes sauvagement détruites et éparpillées par les hommes blancs toujours aussi prompt à diffuser le mal et à se voir plus certifiés que les autres à vivre sur Terre. Igor Baranko excelle dans l’art de nous décrire un Monde Amérindiens où les sauvages blancs n’auraient pas eu le temps de tous les faire disparaître. Donc, une belle uchronie teintée de spiritualité proche de la nature et des animaux comme étaient ces peuplades rouges. Il met bien sûr plus l’accent sur celles ci que les différentes culture méso amérindiennes toutefois cela n’est pas dérangeant puisque la série n’est pas terminée !!!

Acheter la Bande Dessinée L'arme des démons en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'arme des démons sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Danse du temps