75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Imajica - Tome I #1 [1996], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 27 décembre 2005 à 09h26

Fantastique fantasy

"L'idée essentielle enseignée par Pluthero Quexos, le plus célèbre dramaturge du Deuxième empire, était que, dans n'importe quel œuvre de fiction, quelles que soient son ambition et sa portée, ou la profondeur de son sujet, il n'y avait toujours de place que pour trois acteurs..."
Le polar fantasico-fantasy. Ce qui m'a surpris dans ce roman est ce glissement de l'intrigue, progressif mais inéluctable. En effet, n'ayant lu que Livre de sang 1 du même auteur, je m'étais préparé à un roman plutôt orienté horreur, et quelle ne fut ma surprise en constatant que le commencement sonnait comme un polar. Partant d'un fait divers, où un homme - Charlie Eastbrook - fou d'amour pour sa jeune femme Judith mais ne supportant pas de la perdre se met une idée complètement folle dans la tête. Puisqu'elle s'était séparée de lui, puisqu'elle ne voulait plus de lui, alors Charlie, dans sa douleur, décide que personne d'autre ne pourrait poser ses doigts caresser les cheveux de Judith, poser ses lèvres sur les siennes. Ainsi Charlie prend la plus stupide et tragique décision de sa vie: il engage un tueur - Pie'oh'pah - pour l'assassiner ! L'intrigue est étoffée par la mise en scène d'un ancien amant de Judith se nommant Gentle, Dom Juan à ses heures, à qui Charlie avoue avoir commis l'irréparable, quoique... Sa mission: la sauver avant qu'il ne soit trop tard. Dans le même temps, une organisation obscure tient une réunion dont l'objet est la réunion des empires. Dès lors on bascule dans l'étrange et le polar se mute en polar fantastique. La tabula rasa serait-elle une organisation mystique dont le but est la protection du monde des démons ?... Les empires de l'Imajica, un univers fantastique peuplé de créatures pour le moins étonnantes... Autant de choses que les protagonistes vont découvrir de leur plein gré ou presque.
La trame. Là où Clive Barker a bien mené son roman est donc ce glissement de la réalité vers cet univers quasi parallèle, mené par une écriture efficace. Il est capable de retranscrire les états d'âme des personnages, décrire un environnement magnifique de telle manière que leur vision vient en imagination au fil de la lecture, ou bien coucher sur le papier une scène érotique, le tout dans la continuité, sans altérer son histoire qui nous plonge plus profondément dans l'imaginaire à chaque page. Et la cerise sur le gâteau est cette facilité à nous surprendre.
Bref une première partie riche en événements et révélations.

La conclusion de à propos du Roman : Imajica - Tome I #1 [1996]

Manu B.
80

Cette première partie d'Imajica nous plante le décor des empires, nous décrit le contexte, nous décrit les personnages jusqu'à la révélation finale où le rôle de chacun des héros et héroïnes soient finalement dévoilé. Avec une écriture soignée. Barker nous décrit son univers magique de l'Imajica...

Acheter le Roman Imajica - Tome I en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Imajica - Tome I sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Imajica