75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Le Donjon de Naheulbeuk, Première saison, partie 2 [2005], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 14 novembre 2005 à 10h52

La belle aventureeuuu ! La suite.

Nos amis aventuriers continuent leurs pérégrinations loufoques. Après avoir quitté la Taverne du Donjon de manière plutôt précipitée, ces empotés trouvent moyen de s’égarer dans les tunnels. Profitant du relatif désordre qui secoue l’expédition, le nain s’est éclipsé avec la caisse mais, par malchance, il tombe sur une liche pas commode qui lui met la rouste. ..
Le reste de la bordélique équipée trouve par hasard le corps du nain et ils parviennent à le ressusciter. Une résurrection qui ne lui enlèvera pas d’ailleurs sa mauvaise humeur. Le voleur, quelques minutes plus tard, n’aura pas cette chance, le pauvre se voyant complètement réduit en cendre lors d’un désamorçage de piège foireux.
Mais l’expédition verra arriver un nouveau membre, un ménestrel, poète à ses heures, qui se lie d’amitié avec l’ogre soudainement devenu mélomane. Finalement, après avoir rencontré un démon dans un niveau abandonné, ils arrivent enfin au repère de Zangdar et, grâce à des précieux renseignements fournis par un gobelin retord, ils parviennent à vaincre le maître du Donjon et a récupéré la statuette.
Toujours aussi marrante, cette adaptation en BD de l’univers audio de Pen of Chaos, est une réussite dans son genre. On ne change pas une recette qui marche ; héros maladroits et pas futés – ils sont de niveau 1 -, dialogues anachroniques, monstres bien nases. Tous les ingrédients qui ont fait le succès de ce feuilleton parodique en mp3 sur les aventures d’une équipe de personnages de Dungeons & Dragons sont à nouveau réunis.
La sortie du premier tome avait réconforté les fans de la saga sur la qualité et la fidélité de l’adaptation. Bien sur, le lecteur perd l’occasion d’entendre les désopilants dialogues débités par des dingues de jeu de rôle que sont Pen of Chaos et ses amis, mais on ne peut pas vraiment dire que l’opération soit ratée. Certains ont reproché, dés le premier volet, la nature très naïve, voir puérile des graphismes de Marion Poinsot, qui font très bande dessinée enfantine. Je trouve au contraire que l’idée est intéressante car ce style graphique créé un contraste assez marrant avec la nature des dialogues, très crus et souvent et en dessous de la ceinture.
Dans ce nouveau volet, les aventuriers vont continués leur progression au sein du donjon de Naheulbeuk, y rencontrer un poulet, une liche et un démon pour finalement achever leur mission de manière assez originale. Au cours de cette quête, il vont également monter de niveau – du niveau 1 au niveau 2 – avec une séquence vraiment drôle, comme si un maître de jeu veillait sur le ‘’bon’’ déroulement du scénario. Les personnages sont toujours aussi caricaturaux et reflètent vraiment l’ambiance qu’il règne autour de la table de jeu ; le nain querelleur, négatif et ne faisant que faire chier l’elfe, quand il ne dépouille pas les cadavres, l’elfe, mignonne, un peu niaise, qui voit ses nichons grossir lorsqu’elle gagne un niveau, le barbare con comme un balai et qui pue des pieds, l’ogre qui essaye de se civiliser, le ranger qui est le chef, qui se la pète terrible, mais qui en fait est aussi nul que les autres, la magicienne qui passe son temps à gaver tout le monde avec ses théories, et enfin le voleur, qui respectera les us et coutumes en crevant le premier comme une vieille merde. Un nouveau personnage – on devine que le joueur est le même – fait alors son apparition sous l’apparence d’un ménestrel, mélange assez horripilant de Roch Voisine, D’Artagnan et Arsène Lupin.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Le Donjon de Naheulbeuk, Première saison, partie 2 [2005]

Nicolas L.
80

Le donjon de Naheulbeuk s’achève avec ce deuxième volume. Originale, drôle, avec les graphismes sympathiques de Marion Poinsot, cette bande dessinée humoristique et potache est une agréable récréation entre deux lectures plus sérieuses. Les fans de jeu de rôle vont sûrement adorés car ils y retrouveront de nombreux aspects de leurs longues et ahurissantes parties hebdomadaires, mais de nombreux autres lecteurs, même moins habitués à ce milieu étrange, y trouveront leur compte de rires et de délire.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario délirant
  • Jolis graphismes
  • Un nouveau personnage
  • Humour potache.

Que faut-il oublier ?

  • Pas vraiment de renouvellement
  • Manque le son !

Acheter la Bande Dessinée Le Donjon de Naheulbeuk, Première saison, partie 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Donjon de Naheulbeuk, Première saison, partie 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le donjon de Naheulbeuk