75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : La profondeur des tombes [2003], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 28 octobre 2005 à 06h11

Un excellent roman noir

« Le noir m’entoure. Sournois, patient comme la Mort, il me sait là. Alors je regarde vers le fond de la galerie, noyant mes yeux dans la lueur pâle. J’essaie de me perdre au creux de ce halo laiteux trop loin pour que je puisse croire encore à son existence. C’est un cercle de lumière fantôme, surgi de l’obscurité épaisse, et qui doucement m’abandonne… »
Il est de ces romans qu'on lit en quelques heures et qu'on oublie au bout de quelques jours, et il est de ces romans qui ne vous laisse pas indifférent, vous scotche à votre fauteuil, vous prend aux trippes et vous hante pendant des semaines, voire des années. La profondeur des tombes est de ce genre: acrocheur et impregnant, choquant et attirant.
Ombre et obscurité. Les premières lignes, les premiers mots déjà vous parlent, la langue est la même mais le discours est différent des romans conventionnels. Mais chaque roman n'est pas conventionnel, me direz vous! Sauf que ce roman est vraiment différent. L'univers tout d'abord: souffrance et noirceur. Le monde n'est plus qu'un havre de pollution, serein et calme, mais du calme qui annocne la tempête, ce silence avant que les vents tourbillonnants s'abattent sur les maisons. Ce monde est celui où le mot économie n'a plus de sens, où la propreté ne veut plus rien dire. La crasse est le lot quotidien de chacun. L'eau est rationnée donc les douches sont prises avec de l'eau trouble, l'eau potable est un lointain souvenir. A quoi se raccrocher? Et lorsque la seule chose à laquelle on tient, le fil ténu de la lucidité disparait, que devient on ? La colère crêve la surface, la folie survient...
Décadence. Ici viennent la démence et la fin des règles, les règles que l'on respecte depuis tout jeune, cette éducation que l'on acquiert quand on est gamin, "dis merci, sois poli". A quoi bon ?
Avec un Royster, n'a t-on plus de raison de se plier aux règles ? C'est la descente aux enfers, dans la profondeurs des tombes, qu'y a t-il?
Quand vous lirez la scène du bar, vous comprendrez, quand vous arriverez à la fin du roman, vous comprendrez que l'on ne peut pas toujours comprendre.

La conclusion de à propos du Roman : La profondeur des tombes [2003]

Manu B.
90

Une sacré gifle que ce roman, noir, fou, très bien écrit.

Acheter le Roman La profondeur des tombes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La profondeur des tombes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+