Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du téléfilm : Les 12 Noël de Kate [2014], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 24 décembre 2022 à 09h00

Un Noël sans fin

Le téléfilm de Noël semble être devenu depuis longtemps une institution au sein des télévisions occidentales et il arrive que certains flirtent avec le fantastique comme Les 12 Noël de Kate.

Aux Etats-Unis il y a même une tradition sur de nombreuses chaînes à savoir les 25 Days of Christmas ou tous les jours de décembre jusqu'au 25 sont remplis d'émissions comme de téléfilms basés sur le thème de Noël. Une tradition à laquelle participa la chaîne du groupe Disney ABC Family (rebaptisée Freeform en 2016) lors du mois de décembre 2011. Parmi une ribambelle de programme se trouve ainsi Les 12 Noël de Kate que l'on pourrait résumer à l'improbable croisement entre Un Jour sans fin et un téléfilm de Noël sauce Disney. Une œuvre réalisée par l'Américain James Hayman alors surtout connu pour son travail de réalisateurs d'épisodes de séries. Il dirige ainsi des acteurs à la gloire un peu passée comme Amy Smart et Mark-Paul Gosselaarr ainsi que quelques seconds rôles connus pour un divertissement qui s'annonce aussi gentillet que rempli de bons sentiments. Pour ce qui est de la diffusion de ce téléfilm sur notre territoire, il faut savoir qu'il a d'abord été proposé sur M6 (qui adore diffuser ce genre de téléfilm...) en 2014 avant d'être rendu disponible sur la plate forme Disney+ dès 2020.

Le téléfilm se déroule dans une grande ville américaine la veille de Noël et l'on suit la journée de Kate (Amy Smart) alors qu'elle est célibataire en étant désespérée à reconquérir son ex Jack (Benjamin Ayres). Elle accepte néanmoins de se rendre à un blind date concocté par sa belle-mère où elle rencontre le beau Miles Dufine (Mark-Paul Gosselaar) qu'elle abandonne vite pour répondre à un appel de Jack. Kate retrouve Jack dans la rue et découvre que ce dernier est en couple et très amoureux de sa nouvelle copine. La fin de la soirée chez son père (Peter MacNeill) n'arrange pas les choses car elle a beaucoup de mal à accepter qu'il se soit remis en couple après la mort de sa mère. Alors qu'elle dort et que retentissent les douze coups de minuit, sa conscience semble retourner dans le passé afin de se retrouver en début d'après-midi dans un centre commercial après être tombée. Kate va alors être coincée dans une boucle temporelle dont elle ne sait comment en sortir. Elle va néanmoins en profiter pour en savoir plus sur Jack et son amoureuse, apprendre à mieux connaître Miles, mieux respecter les choix de son père comme s'ouvrir aux autres notamment sa voisine esseulée (Jayne Eastwood)...

Pour ceux connaissant bien Un Jour sans fin et d'autres récits à base de boucle temporelle, l'ensemble est assez classique : Un personnage étant le seul à avoir conscience de la boucle dans laquelle il ne peut s'extirper à condition de réaliser une sorte de mission qu'il doit découvrir. Téléfilm de Noël oblige, Kate va devoir faire le bien autour d'elle tout en trouvant un équilibre sans sa vie... Le film dans son message se rapproche ainsi d'un classique des films de Noël à savoir La vie est belle de Frank Capra dans le sens où la boucle temporelle permet à Kate de se rendre compte du bien qu'elle peut faire autour d'elle tout en comprenant que son bonheur se trouve bien plus proche qu'elle ne le croit. Evidemment c'est moins subtil que dans le grand film de Capra car on a affaire à un téléfilm produit par Disney donc il fallait s'attendre à une morale bien sucrée pleine de guimauves. On aurait donc pu craindre à un résultat indigeste mais cela fonctionne finalement assez bien car le film sait se montrer drôle quand il faut et apporter une bonne humeur communicative.

On sera peut-être plus réservé quant à la gestion de la boucle temporelle au sein du récit. Il faut vraiment suspendre son incrédulité tant elle s'enclenche de manière assez improbable. C'est aussi au niveau de sa résolution que l'on tique à se demander si le destin n'est pas un vieux maître borné qui n’accepte que la perfection comme solution... On pourra aussi reprocher au récit le fait qu'il traîne un peu en longueur avec des péripéties assez inutiles tout comme le fait que le personnage de Kate n'est pas toujours des plus logique. Néanmoins, le ressors comique de la boucle temporelle est bien utilisé quand Kate surprend ses interlocuteurs avec des événements qu'elle a vécu et qui ont été effacés par la boucle. Cela offre au téléfilm ses meilleurs scènes. Enfin, en terme de comédie romantique, le film est assez efficace nous épargnant le triangle amoureux habituel pour vraiment se concentrer sur l'acceptation de sa rupture pour Kate. Encore une fois du très classique mais qui s'avère efficace pour un simple téléfilm de Noël.

Pour ce qui est de la direction artistique, l'ensemble est soigné et nous plonge en plein cliché des fêtes de Noël à l'américaine avec ses magasins décorés, ses sapins richement décorés et sa profusion de couleurs chatoyantes. Sans oublier un flot ininterrompue de guirlandes et de belles chaumières avec ce qu'il faut de neige... Bref, de l'attendu mais c'est le jeu. Pour ce qui est de la réalisation de James Hayman on est dans le conventionnel avec une mise en scène surtout fonctionnelle. Le travail d'un yes-man expérimenté de la télévision où rien ne dépasse et où les volontés artistiques sont malheureusement étouffées. Néanmoins, il y a quelques idées pour montrer la boucle temporelle mais cela s'avère assez ringard... Pour ce qui est des acteurs, la ravissante Amy Smart (Road Trip, L'Effet Papillon...) démontre ses qualités de comédiennes dans de nombreuses scènes mais offre une interprétation parfois inégale. En face d'elle, les autres premiers rôles font le job ni plus ni moins avec néanmoins une certaine fadeur dont Mark-Paul Gosselaar (Sauvés par le gong, Franklin & Bash...). On retiendra plus les seconds rôle dont Jayne Eastwood (L'Armée des morts...) en voisine âgée aussi généreuse qu'acide...

La conclusion de à propos du Téléfilm : Les 12 Noël de Kate [2014]

Auteur Bastien L.
60

Si on accepte que Les 12 Noël de Kate est un simple téléfilm de Noël utilisant le principe de la boucle temporelle pour nous vendre des bons sentiments alors force est de reconnaître que le divertissement est efficace. Rien de bien marquant mais une œuvre qui fait l'effet d'un bon plaid accompagné d'une tasse de boisson chaude fonctionnant sur le moment mais qu'on oublie très rapidement. Un téléfilm aux qualités bien trop limitées et à l'exécution trop impersonnelle pour pleinement convaincre.

On a aimé

  • L'humour souvent efficace
  • L'idée de base
  • Le charme de Amy Smart

On a moins bien aimé

  • Très convenu
  • Des acteurs pas toujours très impliqué
  • Un téléfilm de Noël comme il en existe tant

Acheter le Téléfilm Les 12 Noël de Kate [2014] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les 12 Noël de Kate [2014] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter