Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Severed [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 1 janvier 2021 à 09h00

Fruit Zelda

Critique de la version Vita.

Les titres inédits à la PlayStation Vita optant vraiment pour un gameplay tactile sont devenus trop rares dans les années qui suivirent la sortie de la console portable vite lâchée par son constructeur Sony. Néanmoins, des pépites ont continué d'affluer comme Severed en 2016.

Severed est l'oeuvre d'un des studios indépendants les plus réjouissants de ces dernières années, à savoir les Canadiens de Drinkbox Studios. Cette petite équipe talentueuse proposa d'abord la série des Tales From Space dont le sympathique Mutant Blobs Attack !!! qui fleurait bon la vieille série B typique des années 1950. Ils proposèrent ensuite l'excellent metroidvania Guacamelee! qui s'inspire pour sa part de la culture mexicaine avec ses luchadors ou son culte des morts. Après de nombreux portages de ce titre, le studio se pencha sur un projet plus sombre et sérieux, à savoir Severed, complètement pensé pour un gameplay tactile, le projet vit le jour sur Vita en 2016 avant d'être porté sur iOS, 3DS et Switch. Un jeu finalement assez ambitieux qui propose un mélange surprenant entre du dungeon-crawler, du beat'em all, Zelda et Fruit Ninja...

Severed se déroule dans un univers fantastique où vous incarnez une jeune femme dont la famille vient d'être décimée tandis qu'un de vos bras a été tranché. Vous vous réveillez dans un étrange lieu entre un royaume des morts et le purgatoire. Seule et déterminée, vous décidez de partir à la recherche des trois membres de votre famille en vous remémorant vos enseignement de guerrière transmise par votre mère. Vous allez parcourir ce monde étrange en faisant des rencontre parfois amicales ou curieuses mais surtout violentes... Allez-vous pouvoir sauver votre famille ? Et surtout, pourrez-vous rester longtemps dans un lieu où vous n'êtes clairement pas la bienvenue ?

Severed détonne franchement avec le reste des productions DrinkBox par son sérieux et sa noirceur flirtant parfois avec le glauque. Cette aventure d'une fille sans nom mutilée sera semée d’embûches et de désillusions apportant beaucoup de noirceur à une récit peu développé mais assez intéressant à suivre. C'est un peu un cliché pour les productions indépendantes, mais le scénario n'est pas le cœur du jeu et il faut plus l'interpréter car il y a peu d'explications. Cela ne fonctionne pas à toujours mais ici on se laisse vraiment porter par l'ambiance sombre du titre via cette quête désespérée tellement humaine de celle qui a tout perdu. On regrette seulement que les quelques cinématiques ne soient que des images fixes donnant une animation hachée... Ce qui fait finalement la force du jeu c'est son incroyable direction artistique. Comme il a été dit, c'est une ambiance sombre, bizarre et glauque mais avec une explosion de couleurs chaudes assez surprenante. Ce contraste est excellemment bien géré, de même que le character/monster design en pylogones avec des contours bien marqués. Bref, Drinkbox fait encore dans le coloré mais avec une cohérence et une ambiance graphique tellement uniques qu'on est souvent émerveillé.

Pour faire simple, Severed est un jeu d'action/aventure tactile. Dans les faits, cela est plus complexe. Tout d'abord, la progression fait énormément penser aux dungeon-crawlers en vue à la première personne puisque le mode de déplacement est similaire avec une carte qu'on doit découvrir au fur et à mesure que notre héroïne progresse. De plus, dans chaque case/salle, on ne peut regarder que dans quatre directions et on progresse de case en case. Le jeu se décompose ensuite en trois gros donjons reliés par un hub central. Des environnements assez différents comme un village fantôme ou une étrange citadelle permettent d'offrir des ambiances variées toujours aussi magnifiques. Dans ces différents donjons, il y a beaucoup d'aller-retours et d'énigmes à résoudre pour progresser avec un bon nombre de secrets à l'image des donjons dans Zelda. Sans oublier les nombreux secrets et zones inaccessibles à certains moments de l'aventure. La progression est ainsi assez originale et fonctionne plutôt bien grâce à un level-design bien pensé et des énigmes assez sympathiques sans êtres trop compliquées. A ce titre, le jeu n'est pas vraiment difficile, il peut se montrer exigeant mais les checkpoints sont nombreux et la mort jamais pénalisante. Une bonne gestion de la difficulté pour du jeu nomade en somme.

Pendant votre progression, vous serez bien sûr attaquée par différents ennemis lançant des combats tactiles à la première personne. Il faudra comprendre les patterns de vous adversaires et faire traverser vos doigts sur l'écran tant pour attaquer (généralement quand l'ennemi dévoile son point faible) et parer en faisant glisser votre doigt vers l'attaque. Un doigté qui rappelle Fruit Ninja et qui donne au jeu un aspect beat'em all tactile assez original puisqu'il va falloir enchaîner les coups pour débloquer les critiques comme pouvoir dépecer les monstres. L'ensemble fonctionne très bien avec différents pouvoir rendant les combats assez tactiques car chaque type d'ennemi se combat d'une manière différente. Et ils peuvent vous attaquer en groupe donc il faudra faire preuve de stratégie rendant les victoires vraiment gratifiantes. Le seul bémol étant que ce système de combat si bien pensé fatigue quand même les doigts lors de longues sessions. Vous pourrez néanmoins utiliser vos pouvoirs comme paralyser les monstres ou leur voler une capacité (meilleure attaque ou défense, régénération de la vie...). Par ailleurs, dépecer les monstres permet d'augmenter ses attaques et ses pouvoirs donnant un léger feeling RPG. Bref, il y a de quoi s'amuser avec ce titre si atypique pouvant vous prendre entre 5 et 10 heures selon votre envie de tout découvrir et votre dextérité sur support tactile.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Severed [2016]

Auteur Bastien L.
85

Severed est une véritable bonne surprise qui permet d'étoffer plus que dignement un catalogue Vita en perdition depuis trop longtemps. Une œuvre sombre et prenante dotée d'une direction artistique incroyable d'originalité. Un jeu à la croisée des genres offrant différentes couches de gameplay et proposant un jeu d'action tactile terriblement efficace car bien pensé.

On a aimé

  • Une ambiance originale dotée d'une excellente direction artistique
  • Un gameplay suprenant et addictif
  • Un excellent titre sur Vita

On a moins bien aimé

  • Scénario peu développé
  • Narration en images fixes
  • Attention à la crampe aux doigts

Acheter le Jeu Vidéo Severed [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Severed [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter