75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Star Trek [2009]
Saga Star Trek >

Star Trek - Film (2009)

Film réalisé par J.J. Abrams. Etats-Unis d'Amérique


75

Prochaine(s) Diffusion(s) à la TV :
- jeudi 30 novembre 2017 à 20:50 (Virgin 17)

Voir toutes les prochaines Diffusions TV

Voir toutes les photos
Staff (2)75
Membres (11)70

Informations principales de Star Trek

Date de sortie au cinéma en France : 6 mai 2009
Avec : Simon Pegg (Scotty) , Leonard Nimoy ( Spock) , Karl Urban (Leonard Mccoy)

Star Trek synopsis

La plus grande odyssée spatiale de tous les temps voit le jour dans le nouveau Star Trek, mettant en scène le premier voyage d'un tout nouvel équipage à bord de l'U.S.S. Enterprise, le vaisseau spatial le plus sophistiqué de l'histoire.
Dans ce périple semé de dangers, d'action et d'humour, les nouvelles recrues doivent tout faire pour empêcher le plan diabolique d'un être maléfique menaçant l'humanité toute entière dans sa quête de vengeance.
Le sort de la galaxie est entre les mains de deux officiers que tout oppose : d'un côté, James Kirk, originaire de la rurale IOWA, tête brulée en quête de sensations fortes, de l'autre, Spock, issu d'une société basée sur la logique et rejetant toute forme d'émotion. Quand l'instinct fougueux rencontre la raison pure, une improbable mais puissante alliance se forme et sera seule en mesure de faire traverser à l'équipage d'effroyables dangers, là où personne n'est encore jamais allé.

Titre Original : Star Trek
Star Trek fait partie de l'oeuvre Star Trek.
Thèmes abordés dans Star Trek : Science-Fiction

Acheter Star Trek en un clic

Critiques du staff de Star Trek

Critiques de produits

  • Star Trek

    Richard B. : Test du Blu Ray Star Trek ― Le 10 novembre 2009

    95
Voir toutes les critiques

DVD / Blu-Ray de Star Trek

Casting de Star Trek

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (11)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • Vous n'ignorez pas que Star Trek est un monument au pays de la science-fiction. À moins, bien sûr, que vous sortiez de cryogénisation. Il se peut aussi que vous ne connaissiez pas Star Trek car vous venez de rentrer au collège. À cet âge, ma culture était ridiculement minime. Je suggère donc la possibilité que vous soyez la réplique de moi-même à mes dix ou onze ans. Si vous êtes plus âgé(e) que ça, vous venez bêtement de perdre dix secondes de votre vie en me lisant.

    Ce onzième Star Trek est un renouveau puissant dans la série. 8/10 est une note que j'accorderai, vous verrez, peu souvent. Exigeant jusqu'au bout des ongles, telle est la façon dont je me définis.

    Je fais le parallèle avec Star Wars car il me semble inévitable. Des vaisseaux et batailles spatiales, des êtres extraterrestres, si peu de points communs et tellement à la fois. Ce qu'il manque à ce Star Trek: un thème principal à fredonner sous la douche et des joutes dans l'espace dignes de Star Wars. Ce qui fait la force de ce premier épisode nouvelle génération: le duo Pine-Quinto, jouant Kirk et Spock, qui fonctionne du tonnerre. Quant à la réalisation de J.J. Abrams, puisqu'il faut en venir, je l'ai trouvée banale, et parfois brouillone lors de certaines séquences d'action qui manquent de lisibilité.

    J'ai pris du plaisir à voir ce film.
    J'invoque les dieux pour qu'ils engendrent un succès mondial, qui entraînera à coup sûr une, deux, et peut-être d'autres suites.

    Linam vous salue.
    Linam, le 6 mai 2009 15:13
    80

  • Voilà donc ce fameux film ! Et je dois dire que le spectacle de ce Star Trek version JJ Abrams n'est pas du tout décevant.

    L'intrigue est plutôt intéressante. On y retrouve ainsi Kirk et Spock, en version "jeunots", confrontés à leur rencontre (pour le moins houleuse) et à un ennemi issu d'un futur parallèle. Bon, si le film est loin d'être une oeuvre de hard science-fiction, il est vrai, on y retrouve l'idée d'un "planet opera" dynamique avec ses peuples, ses cultures et la Fédération qui sert de ciment autour de tout ça.

    Chose intéressante, avec le lancement de notre LHC, le grand accélérateur de particules, on retrouve désormais des notions physiques modernes qui ont défrayé la chronique dernièrement : on parle dans ce Star Trek de "singulets" et de trous noirs induits par des munitions humaines, de matière plutôt instable, de destructions de planètes par ce biais... Décidément la SF n'en finit pas de se nourrir de la science ;)
    Chaos Prayer, le 8 mai 2009 17:30
    80

  • tous simplement génial !
    en résumé, c'est le film que tous les fans de siensce fiction attendait.
    franchement, je dit chapeau
    ça à le mérite d' etre vu et revu
    j'attend la suite avec impatience .
    chagaluk, le 9 mai 2009 19:03
    100

  • Mon seul souci concernant ce film c'est d'avoir peur qu' il ne fasse pas un grand succès et par conséquent pas de suite.
    ce film est incontournable.
    chagaluk, le 9 mai 2009 19:10
    100

  • C'est en fan de Star Trek que j'ai décidé de me déplacer pour voir ce film.

    A peine assis, on est plongé directement dans l'action, un petit moment de nostalgie avec les uniformes, l'intérieur du vaisseau remis à neuf sans me déplaire. On rentre directement dans l'histoire.

    Et là ... un vaisseau gigantesque (taille de la lune ?) qui sort d'un trou noir (un trou noir ???). Ok, on met de côté l'aspect cohérent du scénario (ca sera pas la première fois), l'action et les personnages compenseront largement les incohérences.

    On passe rapidement l'histoire avec une nouvelle ligne temporelle, bonne trouvaille pour démarrer un nouvel univers Star Trek. Mais Spock qui fracasse la tête de ses camarades vulcains ? Ok on abandonne l'aspect ethnique de Star Trek ...

    Kirk rentre à l'école et 5min plus tard, on a sauté 3 ans. Pas de temps mort pour Starfleet ni pour les spectateurs. 15 min plus tard, le combat est terminé.

    Je pourrai continuer jusqu'à la fin du film comme ca.

    En mettant totalement le fait que le film tourne totalement le dos à l'univers de Star Trek (on était dans le renouveau, je l'accepte donc).

    Malheureusement, JJ Abrams a voulu en mettre plein la vue sans temps mort mais on est rapidement fatigué de survolé l'histoire. Peut-être il aurait faire durer encore un peu le film.

    En tout cas, ca a nuit gravement à mon plaisir de suivre ce film qui n'avait pas un scénario chiant pour une fois (genre le 9 et 10).

    A contrario d'un Dark Knight qui ne nous laisse pas de temps mort mais nous maintient accrocher jusqu'à la fin, ici on est rapidement largué en cours de route, Too Fast Too Furious.

    Cependant, cela reste un film de science-fiction à regarder (il faut quand même pas que je crashe dans la soupe), mes amis (non-fan de star trek) ont apprécié le film.

    Donc, on espérera que dans le prochain, Mr Abrams sache mieux gérer le rythme et la durée de son film pour le renouveau de cette franchise.
    Murmure, le 11 mai 2009 00:10
    60

  • Je met 4/10 uniquement parce que c'est un honnête divertissement en matière d'effets spéciaux, de rythme, d'action, de jeu d'acteur, ou encore d'humour. En gros, 4/5 pour la forme et 0/5 pour le fond.

    L'esprit Star Trek n'est pas respecté, (pas de pub Nokia dans cette civilisation d'intellect et de refus du système monétaire, Starfleet n'est pas un club de bons potes où tout le monde monte en grade à la louche n'importe quand et n'importe comment, etc) et il y a aussi beaucoup d'incohérences objectives avec l'univers Trek, bien au delà de ce que la faille temporelle autorise. (Delta Vega n'a jamais été ni glaciaire ni lune de Vulcain... elle est décidément bien virulente, cette modification temporelle qui téléporte et métamorphose les planètes) Mais il y a aussi beaucoup d'incohérences intrinsèques (Spock qui attend pour regarder la fin de son monde depuis la pseudo Delta Vega en disant qu'il "ne peut absolument rien faire", alors qu'il y a une station de téléport à quinze minutes de marche... absolument dantesque, c'est aussi crétin que du Stargate Atlantis, et il y a 50 autres trucs du même bois...) et personnellement, j'ai horreur d'être pris pour un con par un réalisateur ou par son scénariste.
    Outre un scénario sans finesse et plein de grosses ficelles, le méchant est une vraie daube : illogique, manichéen, surdimensionné, sans raison d'être... le pur rôle torché en trente secondes au coin d'une nappe. Une tentative pour lui filer un semblant de passé (bien convenu là encore) et quelques traits d'humour noir, ainsi qu'un bon look, si on y tient, voilà tout ce qu'il a pour lui. La forme, quoi. Le fond est pitoyable. Le gars veut crasher Vulcain, la Terre et tout l'univers parce que Spock n'a pas réussi, malgré ses efforts sincères, à sauver Romulus d'une catastrophe dont il n'était pas responsable et qui ne le concernait même pas, dans l'absolu... et bien, la prochaine fois que Spock voudra aider, il restera chez lui pour regarder la télé! C'est vraiment du jus de grand n'importe quoi, et le pire c'est que tout le monde a l'air très heureux de se faire servir ça.

    Quelque chose que je trouve vraiment choquant dans ce film : d'une, personne à bord de l'Enterprise qui ne s'émeut réellement que Spock débarque Kirk tout seul sur une planète où son espérance de vie avoisine les dix minutes, (pas loin de la tentative explicite de meurtre à mes yeux, d'autant qu'on sait qu'il y serait bel et bien mort sans le vrai/vieux Spock) de deux, le tandem réconcilié qui laisse crever tout l'équipage Romulien parce que le chef ne veut personnellement pas être secouru... (j'appelle ça un crime de guerre) un engin de la Fédération qui fait feu à volonté sur un navire ennemi hors-service et en perdition, parce qu'un capitaine qui prend l'eau choisit la mort pour tout son équipage!? Super, j'ignorais que la fameuse philosophie humaniste de la Fédération était à chercher quelque part entre les Vikings et l'Armée Rouge.

    Et le pire c'est que ça semble n'interpeller personne.... Ok c'est du cinéma et dans le cas présent du pur divertissement, mais l'air de rien, on montre quand même nos grands héros commettant des actes dignes sans l'ombre d'un doute de comparutions devant les tribunaux, et personne ne tilte... Pour rappel, la Fédération au moins à l'époque TOS, c'est l'altruisme, l'humanisme, le respect de la vie... pour évoquer un argument proposé sur certains forums, c'est pour ça que le fameux propos optimiste et positif du film, heu, voilà quoi... au pire c'est dégueulasse, au mieux c'est du blockbuster absolument pas réfléchi, comme d'hab... et merci le foutage de gueule.

    Désolé mais c'est là qu'on voit que beaucoup de gens n'ont aucune vraie représentation morale vivante de ce qui les entoure... on peut leur montrer n'importe quel crime d'envergure, si c'est pas marqué juif sur les victimes (et je le dis en tant que tel) ils ne captent rien...

    Soit dit en passant, le réalisateur a déclaré dans une interview que les spectateurs étaient invités à venir voir le film non pas parce que, mais malgré le fait que ce soit un Star Trek, alors, "contenter les fans comme les néophytes", merci bien...

    En définitive, je dirais que Star Trek XI est pour ma part un mauvais Star Trek (multiples incohérences formelles d'avec la chronologie et le background ST, bien au delà de ce que la "réalité alternative" devrait autoriser, mais aussi multiples trahisons informelles de l'esprit de l'oeuvre), un mauvais film de SF intelligente (blindé d'incohérences, d'invraisemblances, d'illogismes et de raccourcis narratifs primaires, cette fois non par rapport au fond ou à la forme de l'univers Star Trek mais par rapport à lui-même et au bon sens élémentaire) , le tout souligné par un script standard et irréfléchi, mais malgré tout un bon divertissement space-opéra en mode blockbuster, fun et coloré, avec de bons acteurs, de l'humour, une indéniable qualité technique, du rythme, de l'action... outre que le film ne soit ni un bon Star Trek ni un apport inoubliable pour la SF, on peut lui reprocher cette abominable bande-son stridente. (sauf si c'est le matériel de mon cinéma qui est en cause)

    On ne s'ennuie pas, mais Star Trek n'y gagne rien hormis une "vue de l'esprit" de ce qu'elle aurait été avec beaucoup de moyens modernes. Quant à la SF de haute qualité "intellectuelle"... le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas Star Trek XI qui l'aura ramenée sur les écrans.

    Donc, pour ma part je suis revenu de ST XI avec un "mouaip", comme pour deux films de SF sur trois que je vais voir au cinéma depuis un certain nombre d'années... Hélas, on a pas fini d'en bouffer, du Babylon A.D, du Transformers, du AvP Requiem, du Speed Racer, du Prédictions, des adaptations de Marvel, et maintenant du ST XI... vive l'ère du gros blockbuster simplet. Si jamais Avatar est une arnaque, je crois que je vais finir par déserter la SF au cinéma.

    J'ignore si j'ai le droit de proposer ça ici, je n'ai rien lu de tel dans les "règles à respecter" mais dans le cas contraire l'équipe SFU coupera cette phrase; il y a sur un autre site une longue analyse (négative mais pertinente) de ce film, qui m'a captivé tant je la trouve juste, et je ne résiste pas à encourager tout le monde à la lire partout où je parle de ST XI. Si vous trouvez mon avis trop dur, lisez ceci et vous comprendrez mieux le détail de ce que j'ai ressenti avec ce film.
    http://www.unificationfrance.com/spip.php?article6658
    Mat Vador, le 14 mai 2009 10:48
    40

  • Tout d'abord je tiens a féliciter la critique de murmure ainsi que le lien très intéressant qu'il a offert.

    Globalement, le film est intéressant en tant que pure blockbuster de sciences-fiction. Assez impretionnant, visuel d'enfer, humour efficace, battaille épique et sensation forte. On passe clairement un agréable moment devant un tel film.

    Après, ca s'appelle Star Trek, et à partir de ce moment, si l'on est un tant sois peu connaisseur de la série et de son univers, on ne peut que crier au scandale. L'esprit star trek est totalement passé à la trappe. On se croirait plutot dans un dérivé de star wars.

    La fédération est devenue une organisation complètement incompétente. L'ambiance posée de la série est remplacée par l'ambiance djeuns à la mode avec des musiques qui bougent dans tout les sens. Les batailles spatiales sont du bourrinage complet ou la stratégie poussée du commandement a disparue.
    L'enterprise, symbole même de la série est sous exploité et ne fait plus office de personnage de la série.

    On nous balance des références à droite à gauche, toutes plus incohérentes ou inexactes les unes que les autres. Spock est devenu un dangeureux criminel plein de sentiment, incapable de se controler et de faire preuve de logique (cf le traitement mortel réservé a kirk ou encore sa relation avec avec Uhura).
    Le film est bourré d'incohérence.

    Mais ca reste regardable et pas ennuyant du tout. Je vais pas épiloguer sur chaque point du film surtout que ca a été fait de très belle facon juste avant.

    Je met 5/10 pour ce film car j'adore Star Trek et je le sens fort bien malmené.

    Pour un spectateur lambda le film mériterait surement une note moins sévère de l'ordre de 7/10
    bwz, le 17 mai 2009 07:14
    50

  • Je met une note de 4 à ce film, uniquement pour la qualité général du jeu des acteurs et l'aspect graphique des effets spéciaux. Le scénariste mérite 0 pour les incohérences flagrantes déjà soulevées et le grotesque absolu de la scène du retour de Kirk et Scotty sur l'Enterprise. Si la première moitié du film est plus qu'honorable, JJ Abrams montre dans la deuxième un rare mépris pour l'intelligence des spectateurs en estimant que du moment que ça fait Bang ! Boum ! et Buzz ! ceux-ci seront satisfaits.
    Arnaldus, le 20 mai 2009 07:41
    40

  • J'ai beaucoup apprécié le côté novateur de ce film, tout en gardant l'âme de la série. Énergique et rythmé. C'est le plus speed de tous les épisodes. Ça donne un nouveau souffle. Ce qui est dommage, il s'est fait voler la vedette par Wolverine à sa sortie en salle. J'aime beaucoup X-Men, mais, pour moi c'est le moins bon de tout... C'est un autre débat.
    Évidemment, tout n'est pas top dans ce dernier Star Trek, mais dans l'ensemble, j'ai vraiment apprécié le résultat.
    Bernie75BD, le 31 mai 2009 20:31
    80

  • Enfin a débarqué chez nous ce fameux Star Trek dont on entendait parler depuis un moment. D’ailleurs il n’est pas inutile de rappeler à tous que le projet d’un onzième Star Trek date de 2006, et que celui-ci, mitonné par la Paramount et les producteurs envisageait déjà une sorte de « reboot », qui devient de plus en plus à la mode ( voire 007 et le Predator de Rodriguez à ce sujet…), avec un retour de l’équipage de ‘The Original Series’ où Kirk et Spock seraient tout jeunots. Il est important de le préciser, car le pas est vite franchi pour dire que JJ Abrams est un pur génie en rajeunissant les acteurs, alors qu’il n’a rien à voir là dedans, lui qui se vante de ne rien connaître à Star Trek.

    Au fait, pourquoi devait-on attendre cet opus 11, pourquoi pouvait-on en avoir peur ? Parce que justement c’était JJ Abrams qui était aux commandes ! Et honnêtement, si on est un tant soit peu amoureux du cinéma, c’est à dire qu’on aime les belles images qu’on a le temps de regarder, cette annonce avait de quoi faire peur !

    Cela était d’autant plus anxiogène, que le space opéra peut, de façon caricaturale, se diviser en deux approches :
    _ D’une part le divertissement ( qui peut être intelligent et avoir un discours), avec batailles spatiales, combats, rythme effréné. L’étalon du genre étant Star Wars.
    _ D’autre part le contemplatif intellectuel, avec une réflexion poussée sur la nature humaine, son origine, son avenir, des questionnements philosophiques… Le tout a un rythme lent. L’étalon du genre étant 2001, l’Odyssée de l’espace.
    Or, Star Trek a toujours nagé entre ces deux eaux, mais aucun épisode de cinéma, ni véritablement aucun épisode de la série originale, n’a fait office de block buster écervelé, bien au contraire.
    D’où les craintes pour cet opus 11.

    JJ Abrams peut en effet être à l’origine de concept malin. La série Lost est en soi, par son concept, un divertissement aux apparences intelligentes. Mais de là à dire intellectuelles… Quant aux apparences… Mais d’un concept, et Star Trek n’est de toute manière pas son concept, à la réalité, cela passe par la case réalisation, et tout produit estampillé JJ Abrams est pour le moins discutable.
    En effet, son style, sa marque de fabrique, est de tenir, ou de faire tenir par les assistants, une caméra comme si un séisme de magnitude 9.4 sur l’échelle de Richter avait lieu ! Les films amateurs du tsunami indonésien sont même mieux cadrés ! Lui et d’autres qui suivent son sillage, sont à l’origine de ce style moderne « qui fait jeune » où on ne voit rien, tant la caméra bouge sans arrêt et qu’il y a des plans de coupe tous les deux centièmes de seconde ! C’est ce style qu’on retrouve chez Paul Greengras et ses illisibles « Jason Bourne » ( à comparer au regardable premier volet ‘la Mémoire dans la Peau’ de Doug Liman), ainsi que le dernier Bond ( où le cameraman des Vengeance et Mort dans la Peau a par ailleurs collaborer…) aux scènes d’actions illisibles où on ne voit rien ( pas de violence) et où on ne comprend rien. Concernant JJ Abrams, qui n’a d’autre artifice que d’insuffler l’angoisse en bougeant sa caméra, on pouvait voir ce style à l’œuvre dans Mission :impossible 3, qui s’en tirait par un scénario intelligent à défaut d’être intellectuel.
    D’où une peur viscérale que Star Trek soit transformé en simple numéro de parc d’attraction où tout le monde vomit dans la salle.

    Mais à l’arrivée, qu’en est-il ? Eh bien, tout cela est fortement mitigé.

    Premier point, sur la réalisation justement. On pouvait avoir peur, on peut (presque) être rassuré. Si la caméra est très mobile ( c’est tendance, donc c’est d’ors et déjà ringard…), on n’a toutefois pas à subir pendant deux heures un sautillement d’image à faire croire que le projecteur est mal réglé. Non, si ça bouge, ça bouge en souplesse pendant les scènes de dialogue. Il en va autrement pendant les scènes d’action, mais c’est une autre histoire.
    En fait, la mise en scène apparaît sur ce point paradoxalement impersonnelle. Il n’y a aucun style. N’importe quel metteur en scène de blockbuster aurait pu en faire autant, sans laisser de souvenir impérissable. Quant à savoir si c’est bien ou pas… Les autres films de la série n’avaient pas a proprement parlé de style non plus direz vous. Au moins nous aura-t-on épargné le décollement de rétine !

    En fait cette réalisation sert à mettre en image un scénario intelligent. Là aussi, c’est à la mode. Les blocbusters sont tellement démolis par la presse pour leur manque de neurones question scénario, que les producteurs essaient aujourd’hui de rectifier le tir pour faire passer leurs films pour du David Lean. Et allons-y qu’on complexifie l’histoire jusqu’à plus soif. Tiens d’ailleurs, ça a commencé avec le Mission :impossible de 1996 ! Mais une histoire tordue fait-elle un bon scénario ? Et cela donne-t-il un bon film ? Rappelons que les Dents de la Mer est un excellent film au scénario simpliste, comme Alien ou Predator. L’inverse est rarement vrai.
    Les Star Trek, sur ce point ont été d’inégale qualité. On ne peut pas franchement dire que l’histoire du 1 soit passionnante ! Le 2 était remarquablement écrit, le 3 un peu too much mais sympa, le 4 très inventif. On ne parle pas du 5, du 7 ou du 9 très « plan plan ». Le 10 avait des bonnes idées gâchées par une deuxième partie d’une banalité à faire peur. Reste le 8, et surtout le 6, qui reste de loin le mieux écrit.
    Ici, on se situe entre les deux. L’histoire est bonne, mais comme pour l’épisode précédent de bonnes idées tombent à l’eau et des rebondissements sont complètements téléphonés. De plus les dialogues ne sont pas au niveau, pour un Star Trek doit-on préciser. En effet, que ce soient la série des années 60, ou les films, Star Trek a toujours bénéficié de dialogues bien écrits dans un beau français (pour la VF s’entend), avec des références à un auteur dramatique anglais du XVIème siècle. Ici, c’est d’un niveau quelconque. Bah oui, on fait un film pour jeune, que voulez vous, i faut que les personnages parlent comme el public, sinon el public il comprind pas ma pauv’dame !… Dommage pour cette spécificité.

    Bref, le film démarre sur une mystérieuse altération spatiale qui lance un suspense : qui sont ces types, que veulent-ils à Spock ( que personne ne connaît), le tout se soldant par la naissance du héros.
    Enchaînement classique sur la jeunesse des héros, mais cette partie ne sert à rien tant elle est bâclée. Pensez vous qu’on verrait le vie sur Terre au XXIIIème siècle, la vraie vie des gens du Mid West ? Que neni, on nous expédie deux scènes dans les champs qui ne servent qu’à introduire Kirk et à définir son caractère. De même, pensez vous qu’on apprendrait quelque chose sur la vie vulcaine, l’apprentissage des jeunes, leur formation qu’on nous introduit ? Eh Bien non, là aussi ce n’est qu’un prétexte pour présenter très maladroitement ( comme Kirk, on y reviendra) Spock. Et puis, hop, c’est terminé, on saute plusieurs années ! Verrions nous la formation des cadets de Star Fleet ? Non plus.

    En fait, on a le sentiment, et cela pendant tout le film, que tout n’est qu’un prétexte. Du coup, toutes les bonnes idées deviennent de fausses bonnes idées complètement sous-exploitées.
    Le ressort global du scénario lui-même n’est qu’un prétexte. Comme l’espace temps a changé, on peut se permettre de faire n’importe quoi ! Ce ressort ne sert qu’à faire surgir un vaisseau qui va tout dézinguer sur son passage. Rien sur les paradoxes temporels, aucune question philosophique. Juste un prétexte à explosions !
    Comme on peut faire n’importe quoi, alors on fait n’importe quoi ! Et allons-y pour réduire Vulcain en bouillie ! En soit, cela n’a rien de malhonnête ( on est dans un univers parallèle donc c’est possible), mais ça ne sert à rien à part montrer des explosions. Et allons y qu’on montre une course poursuite avec un monstre des glaces dans un remake de la chasse sous-marine de ‘la Menace fantôme’.
    On ne compte pas non plus les « trous », les raccourcis scénaristiques bien commodes.

    Le rajeunissement de l’équipage est dans la même veine du pur prétexte à des scènes parfois complètement idiotes ! Prétexte pour faire un film jeune et branché. Et comme les héros sont dans la force de l’âge comparé à l’équipage troisième âge de l’opus 6, du coup il font des trucs de kamikases. Oui et tout ça pour quoi ?…
    Il en va de même des clins d’œil. sous exploités, ils sont là pour rassurer les fans, genre : vous plaignez pas on vous a ressorti les personnages originaux. Certes, mais tout ça ne mène à rien, au contraire et tue complètement le suspense.
    Ainsi, on nous présente le capitaine Pike commandant l’Entreprise. C’est bien à première vue. Il était commandant avant Kirk dans le pilote (jamais diffusé, mais réutilisé dans le seul épisode en deux parties) de la série. Seulement, il disparaît pendant toute la partie centrale du film ! Il va chez le méchant et puis plus rien ! Ô si, le temps d’une séquence qui rappelle ‘la Colère de Khan’, avec de charmantes bêtes. Cette fois elles ne vont pas dans les oreilles mais bon, c’est un clin d’œil amusant. Toutefois, il tourne à vide, car là où Nicholas Meyer montrait dans les années 80 la bestiole ramper et rentrer dans l’oreille, là en 2009 on voit rien ! Pas de violence ! Même psychologique, puisque l’effet terrifiant de ces bêtes ( qui poussent jusqu’au suicide tant la douleur est infernale), ne sera jamais montré, ni même suggérée. A croire qu’on se trouve dans un film pour enfant !
    Et Pike, il réapparaît à la fin dans un fauteuil roulant. Bien direz vous, puisque dans la série, dans ‘la Ménagerie’, il est brûlé et en fauteuil. Oui sauf que dans l’univers normal, il n’est pas pour cette raison dans un fauteuil, puisqu'il n’y a pas rencontré les Romuliens. Alors, pourquoi ?
    Concernant l’équipage, cela devient vite rébarbatif. On a droit à Kirk jeune, à Spock jeune, à Uhura jeune ( et la scène de la chambre d’étudiante, certes amusante, mais qui n’a pas vraiment sa place...). Evidemment, on aura droit à Sulu qui se pointe, et le gag de l’Entreprise qui joue au Faucon Millénium par sa faute. Evidemment, Sulu fera du sabre, trait d’union avec l’épisode ‘l’Equipage en Folie’ de la série où il se prend pour un mousquetaire… D’ailleurs dans cette même scène, on sait par avance que le comparse de Kirk et de Sulu mourra, puisqu’il ne fait pas partie de l’équipage ! Eux en revanche, on sait qu’ils vont s’en sortir. On s’attend bien sûr à l’arrivée de Chekok, on y aura droit dans une scène débile !
    Ne manquait plus que Scotty. Bien sûr, on sait qu’il va arriver ! C’est lui qui décroche le pompom de l’introduction la plus ridicule. Inutile de faire mention de son arrivée sur l’Entreprise tant cette scène n’a rien à faire dans un film pareil. A moins que ne soit pour détendre le spectateur qui a trop trop peur, devant un film encore moins violent que Bambi. Une sorte de pause récréative en plein carnage bien proprêt ? On se le demande…
    Ah, on allait oublier l’infirmière Chapel… On ne la voit pas, mais Mc Coy crie son nom, alors…

    Les personnages ne sont que des prétextes pour donner une crédibilité trekienne au film. Ces ont eux qui sont le plus gros soucis du film. Les acteurs en eux-mêmes ne sont pas mauvais, au contraire, mais le traitement des personnages est un ratage.
    Ainsi a-t-on droit à un Spock violent qui ne se contrôle pas, et on ne vous dit pas ce qui se passe avec Uhura pour pas gâcher votre surprise ( tout bonnement incompréhensible et ça tombe comme un cheveux sur la soupe). Eh bien, on est tombé bien bas.
    Chekov est une sorte d’ado qui sautille en tous sens et qui courre partout, complètement surexcité !
    Scotty, toujours roi du mécano se la joue garagiste de province qui engueule son co-équipier.
    En fait, seuls Sulu et Mc Coy, dans une moindre mesure Uhura ( quoique, voire plus haut) sont réussis. Hélas le pire est avec le personnage principal.
    Diantre, qu’ont-ils fait à Kirk ? ? ? ! ! ! Ce n’est plus qu’un gros looser bon à rien, puant d’orgueil. Il ne pense qu’à une chose, qu’à LA chose, se retournant sur toutes les filles ! Enfin, seulement quand il n’est pas bourré et qu’il ne se tabasse pas avec d’autres membres de Star Fleet… Son comportement pendant le test Kobayachi Maru est absolument horripilant. Ce type est insupportable de bout en bout du film ! On n’a qu’une envie : le baffer ! Ca pourrait passer chez un génie, mais lui-même ne fait rien, ce sont les autres qui font tout à sa place ( Sulu, Spock, Chekov, Scotty, Pike). Tout simplement crispant !
    Ce ratage est le parfait symétrique du méchant romulien. En effet, si on caricature, un film c’est un personnage principal et un méchant. Pour reprendre la maxime de Sir Alfred : plus le méchant est réussi, plus le film est réussi. Hélas ce n’est pas le cas ici. Star Trek nous a présenté des méchants d’anthologie : Khan, le général Chang, la reine Borg. Ce Nero est bien pittoyable. Il veut faire bobo à Spock, c’est tout ! Il emploie les grands moyens avec son vaisseau, mais il reste tranquille tout le long du film dans son fauteuil. Il se bât juste un peu à la fin, mais basta. C’est un méchant bêtement méchant car il est romulien, c’est tout. Complètement schématique.

    Bref, le film repose sur un scénario qui n’est pas mauvais, mais aux situations mal exploitées, car seulement prétextes à des blagues qui tombent à plat ( voire les effets médicaux de Kirk alors que la situation est gravissime) et à des scènes d’action plus grosses que grosses à un rythme effréné.
    C’est d’ailleurs là la principale qualité du film, à savoir qu’il est divertissant et en met plein la vue.
    Il y a par ailleurs des moments que l’on peut qualifier de grandioses.
    Par exemple, les scènes de dépressurisation soudainement sourdes. Oui, l’espace est vide, il n’y a donc pas de son qui s’y propage ! Ce film, avec 2001 est un des rares à le faire entendre. Seulement quelques scènes, on pourrait même dire pour des moments de pure esbroufe, mais cela est très intense, quoique cela rappelle le Soldat Ryan.
    En particulier, il y a cette scène de descente vers la foreuse, magnifique saut en chute libre dans l’espace. Bon, bien sûr, scientifiquement ça ne tient pas. D’abord on ne tombe pas comme ça dans l’espace ( ou bien il faudrait nous dire comment ils font dans le film), ensuite on ne traverse pas l’atmosphère en petite combinaison ( on connaît bien les problèmes de bouclier thermique sur la navette spatiale, ou alors ils ont de sacrées combinaisons !). Il n’empêche que le spectacle est à la hauteur.
    Il y a aussi quelques plans intéressants où la géométrie habituelle est changée, du fait qu’on se trouve dans l’espace. On est loin du côté « bataille navale » habituelle à Star Trek et ce n’est pas inintéressant.

    Ainsi, pour le néophyte, ce film n’est il pas un Star Trek mou du genou, mais un très divertissant space opéra aux scènes spatiales très Starship Troopers. Et c’est bien là que le bas blaisse.
    On peut bien pardonner que l’esthétique trekienne ne soit pas respectée au profit d’une approche Star Wars ( En effet, dans Star Trek, tout est propre, tout est lisse, tout est neuf, comme dans 2001 aussi, dans Star Wars tout est vieux, usé, pleine de tâches, comme dans Alien aussi). Après tout c’est une question de réalisme, de forme qui ne change pas grand chose. L’Entreprise pourrait être rose à petit pois que ça ne changerait rien, qu’importe les boulons !
    On peut toutefois moins facilement pardonner que l’univers Star Trek ( que fait-on des valeurs humanistes de Star Fleet, ravalé au rang de simple appareil militaire interventionniste ?) ne soit utilisé qu’à des fins de pur divertissement. Car le film divertit, il est soigné, il a des scènes grandioses dans l’espace, des effets comme on en espérait plus, des décors gigantesques jamais vus, mais tout ça ne sert que le divertissement. Le film est une coquille vide, ce que n’ont jamais été les films Star Trek, même les moins bons ( ST 5 qui pose la question du dépassement de ses propres limites pour approcher Dieu, ST 9 et l’extermination d’une population cautionné par le gouvernement pour en acquérir les ressources…). Ici peu de choses. Le sacrifice de soi ? Déjà vu dans ST2. Bafouer les règles pour une bonne cause ? Déjà vu dans ST3. L’aveuglement de la vengeance ? Déjà vu dans ST2. Et à chaque fois plus posément, plus complètement. Ici les idées sont balancées, mixées, et il en ressort un jus imbuvable.


    Que dire pour résumer et conclure ? En fait, tout dépendera si on est fan de Star Trek, ou connaisseur, ou non, et quel type de SF on apprécie.
    Disons que l’appréhension d’un film épileptique est surfaite. Ouf, on arrive à voir ce qui se passe. Que tout cela est au service d’un bon scénario, riche en rebondissements et très divertissant.
    Toutefois, si on vient voir ( et je dirais même plus : si on fait un film ) Star Trek et pas les Chroniques de Riddick, c’est pour autre chose que de la castagne. Ici, il n’y a rien ou si peu qu’on pourrait se croire aux manettes d’une play station.
    Enfin, si tout n’est que prétexte à humour déplacé et action non-stop, les personnages sont tout simplement insupportables, en particulier Kirk.
    On passe deux heures sur un trampoline, mais il n’en ressort rien. Ce n’est pas un mauvais film, mais le matériau Star Trek est au inutilisé. Dommage.
    guitou, le 16 juin 2009 11:46
    50

  • Bon en un mot:GENIALE!!!!!!!!.Tout est parfait,des acteurs incroyables aucune erreur,des effets spéciaux tout simplement époustouflants,des décors par ordinateur vraiment bien fait.Grace a ce film on voit bien la différence numérique énorme entre la sérieoriginale et ce film. J.J Abrams a révolutionné le genre du film de science fiction.


    et pour ce qui est du scénario.Il et banal mais très bien construits.Et aussi il y a vraiment des impression de rebondissement qui n'y a pas dans les autres film du genre et ça c'est bien car on le voit pas tout le temps


    En gros la note que je vais mettre ( 9/10 ) est totalement mérité car c'est un bon film dans tout les domaines et ce que j'ai aussi aimé c'est l'énorme efficacité a vous retenir à votre site ge et j'en remercie à ce qui ont fait ce film.

    C'EST < CHEF D'OEUVRE >

    A VOIR ( absolument )
    Big men, le 7 juin 2013 21:28
    90

Personnages de fiction de Star Trek

Autres films du même auteur J.J. Abrams

Autres films de la même oeuvre Star Trek

Informations complémentaires sur Star Trek