75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les nuits de coruscant II : Rue des ombres
Les nuits de coruscant II : Rue des ombres >

Critique du Roman : Les nuits de coruscant II : Rue des ombres

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 3 mars 2016 à 1832

Les ombres de l'Empire

« - Je crois qu'on peut raisonnablement supposer qu'on a tendu un piège, dit le droïde.
Comme pour ponctuer cette déclaration, des tirs de rayons laser et de particules jaillirent de l'autre bout de la pièce en direction d'eux cinq. Den regarda Jax.
- Tu dois être ravi que ton père ait amélioré son système neuronal. »

Après un premier épisode très prometteur, Micheal Reaves nous plonge encore une fois dans les profondeurs de la planète-ville de Coruscant en compagnie de son équipe hétéroclite de résistants toujours aussi poissards.

Pour rappel, cette trilogie met en scène des personnages déjà rencontrés dans les précédents romans de Micheal Reaves pour Star Wars. Ou du moins leurs descendants... Ainsi le héros est le Jedi Jax Pavan qui a survécu à l'ordre 66 et qui se cache dans les profondeurs de la Cité-Impérial (le nouveau nom de Coruscant) aux côtés de l'ancien reporter Den Dhur, de la Paladin Jedi Twi'lek Laranth et de l’insolent droïde Tope-Là. Ils travaillent tous pour le Wihplash ayant pour but d'aider tous les persécutés du nouveau régime à fuir la planète. Les prochains clients de Jax et sa bande sont un grand artiste et sa charmante compagne. Mais à peine le temps de faire connaissance que l'artiste est sauvagement assassiné faisant que la bande doit rapidement retrouver le coupable afin de ne pas devenir les premiers suspects. En parallèle, Dark Vador sent que Jax est toujours vivant et envoie la redoutable chasseuse de primes Aurra Sing à sa poursuite. Un dernier personnage fait son entrée sur Corusctant : le garde Typho de Naboo que l'on aperçoit dans les épisodes II et III car il est chargé de la sécurité de Padmé Amidala dont il était secrètement tombé amoureux. Il est donc bien décidé à retrouver celui responsable de sa mort pour se venger...

Le livre est donc dans la lignée du premier tome avec les mêmes héros et la même cité tentaculaire comme décors aux aventures de nos personnages. Seuls ceux secondaires à l'intrigue sont nouveaux, puisque le nouvel antagoniste, aux côtés de Vador, devient la ténébreuse et implacable Aurra Sing. Repêchée des comics Clone Wars et qui s'avère bien mise en scène dans l'univers de l'auteur. De même le capitaine Typho apporte un regard extérieur à la situation et cette planète en pleine mutation. La force du livre reste donc la planète de Coruscant dont on aime découvrir la diversité que se soit celle entre ses espèces, ses classes sociales ou simplement ses environnements. Des bars mal famés aux appartements luxueux en passant par l’administration impérial et les bureaux de Vador, on appécie la visite et chaque lieu rend la planète encore plus vivante. On sent que Micheal Reaves est un véritable amoureux de science-fiction et de Star Wars en particulier n'hésitant pas à pousser ses réflexions sur les singularités de la Force, de la condition de droïde ou du fonctionnement des différentes espèces. Qu'est ce qu'une fête foraine dans l'univers de Star Wars ? Une question anodine mais quand Reaves y répond, l'amateur de science-fiction se régale. D'autant plus que son style souvent humoristique fait toujours autant mouche.

La galerie de personnages rencontrée renforce le plaisir de lecture. Qu'on ait affaire aux personnages principaux ou à ceux vraiment anecdotiques pour l'intrigue, ils existent avec une vraie force et leurs motivations sont toujours réalistes. Cet amour des personnages bien construits est autant une force qu'une faiblesse pour le roman. Dépassant à peine les 300 pages, le livre déborde de personnages principaux comme secondaires ainsi que de sous-intrigues. Si toutes trouvent une conclusion, elles sont trop précipitées et parfois les solutions paraissent bien trop faciles... Les exemples les plus fragrants sont l'enquête de la mort de l'artiste et la quête de Typho dont les rebondissements sont vraiment mal amenés. Ainsi on aurait préféré une intrigue plus resserrée et plus centrée sur les héros à la motivation et la survie bien plus intéressantes dans une période de l'univers Star Wars décidément toujours aussi intéressante.

La conclusion de

Si on retrouve avec plaisir les profondeurs de Coruscant, les personnages et le style de Micheal Reaves, la construction du roman nous laisse un peu sceptique. Le livre se lit avec plaisir enchaînant des situations comiques, épiques et tragiques avec brio mais le trop-plein de personnages et d'intrigues est mal digéré par l'auteur qui sacrifie son suspense et la tension du roman pas des ficelles scénaristiques bien trop grossières...

Acheter Les nuits de coruscant II : Rue des ombres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les nuits de coruscant II : Rue des ombres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars