75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Maniac >

Critique du Film : Maniac

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 25 juin 2012 à 20:06

Je suis un Maniac

Depuis que nous avons franchi le cap du XXIe siècle, les remakes ont envahi le paysage cinématographique. Souvent pour le pire, d’ailleurs. La Malédiction, The Fog, Freddy - Les griffes de la nuit, Rollerball, Assaut sur le central 13, The Invasion, Fright Night, The crazies, The Hitcher et beaucoup d'autres sont venus salir la mémoire de films originaux possédant à la fois une vision unique et une maîtrise incontestable. L’on aurait cependant tort d’oublier que les remakes sont apparus bien avant cela, mais de manière bien moins régulière et surtout apportant une véritable raison qualitative. Parmi ces œuvres réussies, on peut citer La Mouche, The Thing, Le Blob ou dans une mesure plus modeste Always ou encore True Lies

Heureusement, le paysage n’est pas complètement noir. Quelques-uns ont réussi à ne pas nous faire totalement désespérer sur l'état actuel de ses "reboot" ou "remake", à l'exemple de La Guerre des mondes, King Kong, La colline a des yeux, La Dernière maison sur la gauche, Piranha 3D et, plus modestement, Massacre à la Tronçonneuse (celui de 2003) et Mirrors peuvent aussi s'inscrire sur cette courte liste. Alexandre Aja et Grégory Levasseur semblant avoir bien compris que pour exister un remake se devait de reprendre juste le concept initial pour se voir réinventé, nous partions plutôt confiant sur la reprise du très culte Maniac, dont la réussite devait beaucoup à son approche originale et son acteur, Joe Spinell, aussi inoubliable qu'inimitable. L'occasion de découvrir le film en avant-première nous fut donc donnée grâce à Mad Movies qui le présenta en introduction de la soirée de leur quarantième anniversaire (pour l'anecdote, il fut suivi du Massacre à la tronçonneuse originale de 74).

Maniac 2012

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le synopsis de Maniac (qui n'a pas bougé depuis celui de 1980), nous suivons les états d'âme d'un psychopathe qui trouve plaisir à scalper des femmes aux belles chevelures. D'ailleurs, avant d'aborder le remake de Franck Khalfoun, il est bon de rappeler que le film de William Lustig a marqué l’audience, du moins en partie, du fait que, pour la première fois, le héros était le tueur lui-même. Pas question de suivre les péripéties de la future victime, ou un flic qui mène son enquête, mais bel et bien celui qui commet atrocité sur atrocité, le cinéaste allant même parfois jusqu’à le rendre sympathique, du moins à ce qu'on le prenne en pitié. Une audace qui s’ajoute à l'ambiance déjà glauque et violente du film. Quand Alexandre Aja et Grégory Levasseur décidèrent de produire et d'écrire ce remake (Levasseur envisagea même un temps de prendre son envolée et de le réaliser), ils avaient parfaitement conscience que l'originalité n'était plus de mise, et qu'il devait offrir une alternative qui n'amènerait jamais à comparer leur œuvre avec l'inoubliable prestation de Spinell. La solution, ils l'ont trouvé dans l'approche de la mise en scène et en choisissant le visage angélique d'Elijah Wood - qui avait déjà montré ses penchants obscurs dans Sin City. De plus, les crimes ne sont plus commis dans les rues de New York, mais dans celles de Los Angeles. Pour le reste, ils décidèrent de confier la réalisation à Franck Khalfoun qui avait déjà mis en image pour eux le décevant 2ème sous-sol.

Maniac 2012

L'idée de ce Maniac 2012 est ainsi de suivre d'encore plus prêt le personnage de Frank, au point de nous placer jusqu'à l'intérieur de son champ de vision. Ainsi, tout le film est tourné en caméra subjective, amenant le spectateur à prendre la place du tueur, un procédé au plus proche du jeu vidéo, excepté qu'ici le choix n'est pas donné. Nous aurons tous le visage d'Elijah Wood et nous commettrons tous des crimes machiavéliques. Dès lors, il parait clair que cette approche amène deux composantes qui peuvent venir à déplaire aux spectateurs. Tout d’abord, la vision subjective peut finir par lasser. Ensuite, nous placer constamment du point de vue du tueur amène d'emblée un apriori négatif, le mal à l’aise généré par cette vue amenant un rejet quasiment inévitable. Ainsi, comme à l'époque du premier film, le spectateur devra accepter d’accompagner un criminel, excepté qu'ici il s'agira de nous-mêmes et qu'aucune autre option n’est présentée. Nous aurons ainsi pendant toute la durée du film, des maux de tête, nous nous conduirons comme d'infâmes voyeurs et commettrons d'horribles crimes. Seul, à de rares instants Khalfoun décide de rendre Franck (Elijah Wood)  spectateur, nous rendant, durant ces courts moments, notre liberté.

Maniac 2012

Alexandre Aja, Grégory Levasseur et Franck Khalfoun de temps à autre n'échappent pas pour autant à quelques maladresses, nous déconnectant malhabilement avec des flash-back semblant sombrer dans la caricature, en amenant à un moment « X » un accident de voiture,  certes surprenant, mais ne semblant pas avoir sa place, ou avec une première mise à mort "cartoon" au moyen d’images truquées numériquement fortement décelables et coupant tout réalisme de la situation. Pour autant, on pourrait presque les remercier de ses quelques défauts, permettant en cela de nous rappeler que tout ça reste avant toute chose du cinéma.

Il est bon aussi de signaler que Khalfoun, aidé du directeur de la photographie Maxime Alexandre (il a collaboré sur tous les films d'Aja à l'exception de Piranha), amène une esthétique visuelle là aussi opposée au film de Lustig, avec une approche indéniablement plus esthétique, même si quelques flous conduisent parfois à agacer. Les détracteurs nostalgiques trouveront peut-être que le film perd dans son approche "crade", mais cela n'enlève en rien à la bonne qualité du travail qui est fournie ici et aussi cette bonne idée au final de prendre en tout point le contre-pied de l'original, apportant là encore bel et bien une nouvelle approche du sujet.

Maniac 2012

On appréciera aussi qu'Elijah Wood ait accepté si sciemment de se mettre en retrait pour ne se révéler qu’en de courts instants lorsqu'il se regarde dans un miroir, se trouve spectateur de lui-même ou encore lors de quelques reflets, permettant non seulement au réalisateur de se distinguer de son aîné, mais aussi d'apporter au personnage de Frank une tout autre consistance qui éloigne toute comparaison. Et même si Elijah Wood n'est pas sur chaque plan, son jeu est en tout point remarquable et est parfaitement terrifiant (il serait donc de mauvaise fois de comparer son jeu à celui de Spinell). Nora Arnezeder est tout autant crédible que très séduisante, et force est d’avouer qu'à l'instar de Frank on est tout autant charmée par la demoiselle (même s'il est difficile de nous faire oublier au plus profond de notre cœur la divine Caroline Munro).

70

Maniac 2012 s'inscrit donc dans la petite liste des remakes réussis, même si son approche ne fera pas l'unanimité. Le pari semblait difficile, pourtant une fois de plus Alexandre Aja et Grégory Levasseur semblent avoir réussi à nous offrir une perspective toute nouvelle à partir d'un même sujet. En confiant la mise en scène à Franck Khalfoun, ils lui permettent même de signer son film le plus convaincant. Bon quelques choix peuvent sembler parfois discutables ou maladroits, mais le film marque et certaines séquences dégagent une puissance macabre qui n'a rien à envier à l'original. Avé Maria !

Critique de publiée le 25 juin 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • Un parti pris différent de l'original.
  • De vraies idées de mise en scène.
  • Un Elijah Wood plutôt crédible.

Que faut-il oublier ?

  • Des effets numériques parfois visibles.
  • Quelques raccourcis maladroits.

Acheter Maniac en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Maniac sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !