75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Being Human : La Confrérie de l'étrange >

Critique de la Série Télé : Being Human : La Confrérie de l'étrange

Avis critique rédigé par Gil P. le dimanche 15 avril 2012 à 12:30

La guerre (re)commence !

Being Human a su devenir en quatre saisons une série très particulière. C’est à croire que c’est une caractéristique des séries anglaises de ces dernières années. Basée sur un pitch assez simple (une cohabitation inhabituelle), la série depuis sa saison 2 a développé un idée forte par saison.

Dans cette saison 4, tous les personnages principaux de l’ancienne équipe disparaissent sauf Annie (le fantôme). C’est l’occasion d’introduire un nouveau couple vampire/Loup Garou, mais cette fois-ci les deux se détestent et doivent pourtant apprendre à vivre ensemble. C’est l’occasion de quelques scènes cocasses. En 8 épisodes, la série reprend l’orientation de la fin de la 3e saison sur le fait que l’enfant de Nina et George va devenir très important dans le futur, c’est l’enfant de la prophétie, celle qui sauvera l’humanité du joug des vampires. Le trio doit donc protéger l’enfant à tout prix.

Niveaux acteurs, la promotion de Michael Socha (Tom) en loup garou récurrent est un bon arc scénaristique, surtout en doublette avec le nouveau vampire, qui n’était jamais apparu dans la série Andrew Gower (Cutler) mais on se prend rapidement à regretter Russel Tovey qui était la grande surprise de la série, un acteur exceptionnel.

Au cours de cette 4e saison, on fait de réguliers aller-retour entre le futur et le présent pour expliquer une intrigue complexe. La série continue de filmer simplement son déroulement, sans atours si ce n’est quelques effets plus réussies que d’habitude de transformation en loup-garou, de meurtres… La série a su garder l’essentiel, filmer à la manière des films réalistes à l’anglaise une histoire qui justifie son côté fantastique par ces atours réalistes. Toujours aussi charmant et clairement une bonne série.

70

Une bonne saison de Being Human pour les fans qui auront survécus à la saison 2 un peu déstabilisante. Une série constante dans sa réalisation et les choix d’orientation d’une petite bluette (saison 1) vers une histoire très noire dont les petites à-côtés humoristiques viennent équilibrer le tout.

Critique de publiée le 15 avril 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • une réalisation simple et réaliste impliquante
  • un arc scénaristique de qualité

Que faut-il oublier ?

  • des acteurs un peu moins bons que le casting original

Acheter Being Human : La Confrérie de l'étrange en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Being Human : La Confrérie de l'étrange sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !