75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
TSCHAK ! >

Critique du Jeu de cartes : TSCHAK !

Avis critique rédigé par Fred C. le jeudi 12 janvier 2012 à 23:34

Le jeu qui vous la coupe !

Tschak ! est un jeu de cartes pour 2 à 4 quatre joueurs,  créé par Dominique Ehrhard, et illustré par Vincent Dutrait.

Le jeu est édité chez Gameworks, à qui l’on doit notamment SOBEK, et TIKAL 2.

Composez la meilleure des équipes d’aventuriers, et partez à l’exploration de donjons pour y découvrir de somptueux trésors protégés par des monstres sans pitié !

A l’aventure compagnons….

Tschak se présente dans une boite de petit format, composé de 40 cartes, d’un plateau de jeu représentant le donjon en question, et de 28 tuiles représentant les monstres et les trésors !
Le jeu contient aussi 24 pièces d’or, qui serviront au décompte final pour savoir quel joueur aura le mieux gérer ses aventuriers.


Le paquet de 40 cartes se compose de 4 types de cartes, tous possédant une valeur propre.
12 cartes bleues représentent les sorciers, 12 vertes représentent les chevaliers et 12 rouges représentent les nains. Ajoutons à cela 4 cartes « artefacts », outil indispensable du Gros Bill pour se sortir des situations les plus inextricables.

Le tout est magnifiquement illustré par Vincent Dutrait qui avait déjà usé de ses crayons et pinceaux pour illustrer Tikal II. L’atmosphère graphique retranscrit parfaitement ces ambiances de sombres donjons où un groupe d’aventuriers, avide d’or et de gloire, part explorer les tours les plus glauques.
Bref, si vous connaissez l’univers de Donjons et Dragons, ce jeu vous rappellera moult souvenirs….

Le plateau de jeu qui symbolise le donjon et son magnifique verso.

Le tout est accompagné de 3 livrets de règles de 11 pages disponibles dans 3 langues différentes.
Les règles sont courtes, claires, et simples.
Pas besoin de plusieurs parties d’initiations  pour appréhender parfaitement le jeu.
Dès le début, les coups dans le dos et les bassesses sont de mises, et on se met très vite dans le bain.

Donjons et Draguons....

Avant chaque partie, il faut mélanger les tuiles « Trésors » et « Monstres », puis les disposer face visible sur le plateau de jeu qui représente le donjon à « visiter »
Chaque partie se déroule de la même façon, à savoir l’exploration de 4 donjons, soit 4 tours de jeu ! Celui possédant 3 étages qui représentent les trois rounds d’un tour.
Chaque étage cache un trésor mais aussi un monstre à vaincre.
Attention, il existe des trésors maudits, et il n’est pas toujours bon de remporter la victoire !
Ensuite, on mélange toutes les cartes, et on les distribue de la façon suivante :
Les 12 cartes « Sorciers » dans un premier temps, suivi des 12 « Chevaliers », et des 12 « Nains ».
Enfin, on distribue les cartes « Artefacts »
Cette distribution est repartie sur 4 tas.
Chaque joueur se retrouvant ainsi avec un paquet de 10 cartes (3 bleues, 3 vertes, 3 rouges, 1 artefact).

Quelques cartes d'aventuriers

Si un joueur se trouve avec une mauvaise main qui ferait blêmir Patrick Bruel au championnat du monde de Poker, point d’inquiétude, les jeux « tournent » après chaque tour ! Ainsi, ces 10 cartes ne serviront qu’à l’exploration d’un donjon. Une fois celui-ci explorée et vidée de tous ces trésors, on passe au deuxième donjon, et on passe ses cartes à son voisin de gauche qui se retrouve avec la « main maudite ». Cela permet d’instaurer une équité parfaite entre tous les joueurs !

Une fois le donjon installé et les cartes distribuées, l’aventure commence !
Pour l’exploration d’un donjon, le joueur a donc ses 10 cartes dans les mains. En fonction des monstres et des trésors présents, le joueur doit calculer les actions qu’il va entreprendre durant ce tour.
Sachant qu’on commence logiquement par le premier étage du bâtiment, jusqu’au 3éme étage.
Pour le premier étage, chaque joueur choisit dans sa main une carte. Chaque carte disposant d’une valeur allant de 1 à 6. Une fois la carte choisie, il la pose devant lui face cachée jusqu’à ce que les autres joueurs fassent de même. Dès lors que chaque joueur a choisit sa carte, on la retourne, révélant ainsi la valeur  de celle-ci et laissant augurer la puissance de frappe de l’équipe recrutée pour explorer ce fameux premier étage !
Et on recommence l’opération deux fois de suite pour compléter la joyeuse troupe d’aventuriers. Chaque joueur se retrouvant ainsi avec 3 cartes devant lui.
Mais attention, chaque équipe ne peut se voir attribuer qu’un sorcier, qu’un chevalier et qu’un nain. Il faut donc composer avec parcimonie, et sans oublier qu’il reste deux autres étages à visiter. Ne pas utiliser toutes ses cartouches dès le début, c’est la base !
Une fois les 3 cartes posées, on pratique le décompte des points, tout simplement en faisant le total des valeurs des cartes.
Le gagnant remporte la tuile  « Trésors » qui apporterait des points de victoire au décompte final, le perdant remporte la tuile « Monstres » qui fait perdre des points de victoire au décompte final.
Le second et le troisième ne reçoivent rien. Aucun bonus, mais donc aucun malus !

 

Des monstres et des trésors....

Pour le deuxième étage du donjon, on pratique de la même façon à l’exception qu’on choisit bien une carte dans un premier temps, mais ensuite, on choisit deux cartes en une seule fois. Les autres joueurs peuvent ainsi moins appréhender la composition de l’équipe d’aventuriers envoyés au charbon !

Pour le troisième étage, même opération, mais on dévoile ces 3 cartes d’un seul tenant. Et là donc, c’est la surprise !

3 étages, 3 cartes par étage ! Vous allez me dire qu’il en reste donc une dans les mains des joueurs. Exact ! Rappelez vous que dans les équipes d’aventuriers, il y a toujours un petit malin pour se débiner et fureter de-ci de-là, laissant ses compagnons faire la basse besogne. Et bien voila, cette dernière carte représente cet odieux personnage ! Chaque joueur révèle sa dernière carte et la valeur la plus haute remporte 3 pièces d’or, la seconde valeur remporte 2 pièces d’or, et la troisième valeur remporte 1 pièce d’or.  Le 4éme larron (si 4 joueurs il y a) n’a, non seulement, pas aidé ses petits camarades mais n’a même pas réussi à mettre la main sur quelques piécettes !

Toutes les cartes ont des valeurs différentes, mais deux types de cartes permettent de pimenter un peu le jeu !
La carte «Artefact ». Chaque joueur dispose de son petit ustensile magique. L’effet de cette carte est identique pour tout le monde, à savoir qu’il double la valeur de la carte la plus faible de l’équipe en cours. Ce n’est pas une carte qu’on joue en plus, elle remplace bel et bien une carte d’aventurier et vient aidée le personnage le plus faible de la bande !
Les cartes « Sorcier Caméléon ». Créature magico-mystique, le sorcier Caméléon n’a pas de valeur propre. Son pouvoir est de copier la valeur du sorcier le plus puissant sur la table ! Celle-ci est donc déterminée à la fin du round, lorsque toutes les cartes sont révélées.
Tout comme l’artefact, son pouvoir peut renverser littéralement le sens d’une partie.
Il y a 4 cartes de type « Sorcier Caméléon » qui sont donc repartis aléatoirement entre les joueurs.

Artefacts et Sorciers caméléons

Une fois que les trois étages du donjon ont été visités, et qu’il a été dépouillé de ses monstres et de ses trésors, on fait tourner son jeu de cartes à son voisin de gauche et on « recharge » en tuiles le donjon pour repartir à l’aventure avec une nouvelle bande d’aventuriers chevronnés, et ainsi de suite jusqu’à avoir visiter 4 sombres donjons, récoltant tuiles « Monstres » et « Trésors » dans la joie et l’allégresse.

Une fois ces 4 donjons explorés, on passe au décompte final des points !
Chaque tuiles « Trésors » apporte son lot de points positifs, et chaque tuile « Monstres » apportent son lot de points négatifs.
Attention, certains trésors peuvent être maudits, et apportés des points négatifs !
On fait le total de tout cela, et le plus haut score remporte la partie, devenant l’aventurier le plus cool de tous les temps.

Qui fait Tschak, boum, hue !

Tschak est un jeu de plis futé à prix modique (moins de 20 euros).
Il faut compter environ 30 minutes pour une partie, et il faut bien reconnaître que c’est très plaisant. Rien de bien nouveau dans le concept, mais il faut pouvoir anticiper ses plis, tout en gardant à l’esprit que par moment, il vaut mieux perdre une passe plutôt que de remporter un trésor maudit ! Ou tout simplement perdre, pour conserver dans sa main, l’équipe parfaite qui permettra de s’assurer la victoire lors des phases suivantes !

Tout comme  « Le roi des Nains », autre jeu de plis, la grande différence avec les jeux de traditionnels de ce genre est dans le décompte terminal des points. Et ici, c’est la grande valse des points, pas une partie ne se ressemble au niveau du comptage final.
Tschak permet aussi une égalité parfaite entre les joueurs, ce qui est vraiment un plus pour la famille des joueurs « poissards ». En effet, chaque jeu tourne et chacun aura à gérer de la meilleure façon le jeu ultime, et le jeu « maudit ».
Puis chaque tas de cartes étant constitués de façon aléatoire en début de partie, et le donjon lui-même étant différent à chaque tour et à chaque partie, les parties s’enchaînent mais ne se ressemblent pas.
Tshak se joue de 2 à 4 joueurs, mais il faut bien reconnaître, qu’il est beaucoup plus sympathique sur une configuration à 3, et encore meilleur à 4 joueurs, laissant plus de place aux coups bas et à des rebondissements de dernière minute !

80

Tschak! est un jeu de plis futé, ce qui en fait un jeu qui n'est pas vraiment à la portée de tous (à partir de 13 ans). On appréciera son ambiance "Héroic Fantasy" qui colle parfaitement au thème. Son prix modique et son petit format font de ce jeu, un incontournable à glisser dans sa besace ! Cela dit, si le jeu tourne à deux joueurs sans souci (avec quelques modifications), il est tout de même bien plus ludique à 4 joueurs !

Critique de publiée le 12 janvier 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • Prix modique
    Des illustrations qui collent bien au thème
    Le renouveau des parties

Que faut-il oublier ?

  • Configuration optimale pour 4 joueurs.

Acheter TSCHAK ! en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de TSCHAK ! sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !