75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Sur le Terrain
Sur le Terrain >

Critique de la Bande Dessinée : Sur le Terrain

Avis critique rédigé par Nicolas W. le mardi 9 novembre 2010 à 2252

La seconde guerre civile américaine

"...C'est aujourd'hui le cinquième anniversaire du déclenchement des hostilités entre les Etats-Unis d'Amérique et les autoproclamés "Etats libres". C'est aussi le troisième jour d'un cessez-le-feu provisoire, qui, malgré toutes les prédictions semble tenir. Mais pour combien de temps exactement, cela reste à voir."

Dans ce futur, les Etats-Unis sont embourbés dans leurs campagnes militaires à l'étranger et affrontent à nouveau la guerre civile. New-York,  autrefois symbole d'unité, se trouve au centre de ces affrontements. Tandis que le New Jersey appartient désormais aux nouveaux états libres et que Brooklyn reste aux mains des Etats-Unis, l'île de Manhattan est devenue une DMZ, une zone démilitarisée entre les deux belligérants. Afin d'enquêter sur ces oubliés pris entre deux feux,  l'éminent photographe Viktor Ferguson s'apprête à poser le pied dans la DMZ. A ses côtés se trouve Matthew Roth, un simple stagiaire. Lorsque les journalistes essuient des tirs lors du débarquement, Matthew se retrouve livré à lui-même en plein cœur de ce qui fut un jour Manhattan.

Après avoir œuvré sur des jeux vidéos tel que GTA, Brian Wood s'est lancé dans le comics. Suite au succès de Channel Zero chez Image Comics, DC lui accorde sa confiance pour mener à bien une nouvelle série dans leur collection pour adultes, Vertigo. Epaulé par le talentueux dessinateur italien Riccardo Burchielli, Brian Wood crée DMZ, une vision étonnante d'une Amérique en guerre avec elle-même. Publié en France par Paninicomics, Sur le Terrain constitue le premier volume de cette aventure.

Dès le pitch de départ, Brian Wood affiche clairement ses intentions. Critiquant ouvertement l'attitude belliciste des Etats-Unis,  l'américain déchire son pays en deux. Lassée par les multiples guerres à l'étranger, la classe moyenne s'est soulevée contre le gouvernement, entrainant une seconde guerre civile. Afin d'éviter de verser dans le manichéisme, Wood centre son histoire sur Manhattan devenue DMZ. On suit dès lors un jeune héros désabusé, Matthew Roth, qui va apprendre la vie parmi les laissés pour compte de la guerre : les habitants de Manhattan. La très grande force du récit tient dans les situations fortes qui jalonnent le parcours de Matthew.

Très vite, le jeune stagiaire s'aperçoit que la vie continue dans la DMZ. Bien loin de céder à la facilité, Brian Wood dépeint des hommes et des femmes courageux qui tentent de s'en sortir tant bien que mal au milieu des bombes et des missiles. Quand bien même de nombreuses factions cohabitent sur Manhattan, l'auteur tient avant toute chose à nous montrer de l'humanité au milieu du désespoir. Et du désespoir, il y en a. Comme ces enfants mutilés par les bombes de ces "vaillants" soldats de la nation américaine qui n'hésitent pas à larguer des explosifs sur des civils désarmés. Brian Wood arrive à capturer non seulement l'essence même de cette ville bigarrée que forme et formera quoiqu'il arrive New-York, mais aussi l'abjecte réalité de la vie en temps de guerre. En cela, il se trouve bien aidé par Riccardo Burchielli qui accomplit un travail irréprochable avec un dessin très particulier, à la fois sombre et épuré. La plupart des planches se contemplent plusieurs fois afin d'en savourer la beauté qui en émane.

Naturellement, à l'image du futur effrayant de Transmetropolitan, DMZ est traversé par des instants de toute beauté, comme cet amour à distance entre deux snipers ou encore ces doux-dingues écolos qui ont choisi de préserver Central Park. Brian Wood élabore une ville aux multiples visages, largement inspirés par la réalité mais remodelés par la guerre. Ce premier tome se conclut également sur une intéressante réflexion sur le rôle de la presse et sur le statut du journaliste. Et si Matthew Roth représentait l'ultime espoir de ces hommes et femmes ?

"Ce couple, de chaque côté du conflit. Ils se regardent littéralement à travers leurs fusils, et s'écrivent des mots d'amour. Tous les deux sont des traîtres, et ils s'en foutent."

Remerciement à Amandine V. pour la relecture.

La conclusion de

DMZ se veut une œuvre singulière et engagée. Sur le Terrain confirme ces bonnes intentions et bien plus encore. Captivant récit de ceux qui subissent la guerre au quotidien, entre désespoir et beauté, le comics du duo Wood/Burchielli promet énormément. Vivement la suite...

Que faut-il en retenir ?

  • L'idée d'une guerre civile
  • L'image de la presse
  • Les attaques politiques
  • L'humanité du récit
  • Certains sublimes instants

Que faut-il oublier ?

  • On attend un vrai fil rouge dans l'histoire

Acheter Sur le Terrain en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sur le Terrain sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de DMZ

En savoir plus sur l'oeuvre DMZ