75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Gen: Terreur psychiatrique
Gen: Terreur psychiatrique >

Critique du Film : Gen: Terreur psychiatrique

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 19 janvier 2010 à 1834

Slasher à la turque. Ou pas.

Une série de meurtres chamboule la vie des pensionnaires et salariés d'un établissement psychiatrique isolé en pleine montagne. Les victimes, toutes des patients masculins, sont retrouvées massacrées avec leurs organes génitaux sectionnés. Pour le docteur Deniz, une jeune femme qui trouve ici son premier emploi, les choses ne sont donc pas simples, d'autant plus que la présence envahissante de la police n'est pas faite pour arranger les choses.

En bon amateurs de nanars, quand l’on me parle de cinéma turc, je pense immédiatement à ces délectables douceurs kitchs que sont Turkish Star Wars et ces vieux films de super héros fauchés inspirés des comics US. Je ne suis donc pas un spécialiste et, par conséquent, j'étais loin de me douter, quand j'ai fait réception du DVD de Gen, de la nature véritable de ce film réalisé par Togan Gökbakar. Car, en réalité, Gen n'est pas une perle désopilante à base de comédiens en collants moule-burnes mais un thriller horrifique s'inscrivant dans la pure tradition du film de genre.

Ça, un film turc? C'est un peu fort de café, mon ami!
En effet, au premier regard, il est très difficile d'attribuer une quelconque identité bosphorienne (ou autre) à Gen tant ce film s'attache à copier ces thrillers américains présentant une intrigue se déroulant dans un sanatorium - comme Madhouse, par exemple. Même l'héroïne, une jolie brune, évoque autant les hauteurs de Beverly Hills, de par son jeu et sa construction dramatique, que les bords de la mer Noire. Cette première impression de neutralité s'atténue cependant quand on s'attarde un peu plus sur le métrage.

En fait, malgré le fait que le réalisateur ait, selon toutes évidences, tenu à offrir au public un produit "universel" en réunissant bon nombre d'icones, de techniques à la mode et de clichés au sein du même métrage (un patient en isolation qui évoque Hannibal Lecter, les couloirs inquiétants aux lumières instables, séquences aux images saccadées, etc.), certains détails ne vont pas manquer d'étonner le spectateur occidental. Le film se démarque notamment par une réalisation un peu anarchique qui change très souvent - et sans grande justification - de rythme et de support musical (pas mauvais d'ailleurs), un humour étrange - et nous paraissant décalé - délivré par le duo de policiers et une naïveté dans l'exploitation de l'intrigue qui laisse parfois songeur.

En fait, au niveau de l'intrigue et de son mystère, c'est parfois tellement évident que l'on croit à un leurre. Comme avec cet assistant médecin muet au regard sombre qui n'aurait pas fait tâche dans un vieux film gothique (en plus, il se nomme Sadik!) et l'attitude vraiment bizarre de certains médecins. La révélation finale est donc en grande partie prévisible, surtout pour ceux qui auraient lu une certaine nouvelle d'Edgar Allan Poe. Heureusement, assez futé pour l'occasion, Bökbakar nous réserve une vraie surprise, délivrée lors du dénouement, qui amène finalement au récit un inattendu et bienvenu rebondissement .

Techniquement, il n'y a pas grand chose à redire sur la qualité du travail de Togan Bökbakar. On aurait même tendance à penser que le réalisateur turc en fait trop. Ainsi, si visuellement le film est de très bonne facture et délivre une atmosphère glauque assez réussie, on a parfois la sensation d'assister à une démonstration, à un examen de passage, tant le cinéaste change souvent son fusil d'épaule, et sans faire dans la demi-mesure. Quand à l'aspect horrifique, il est bon de signaler qu'en plus de délivrer une ambiance parfois assez angoissante, le film est assez bien fourni en effets gore post-mortem plutôt réussis. Ce qui n’est pas pour me déplaire.

La conclusion de

Gen est un thriller horrifique assez intéressant, à la fois par son développement et sa réalisation. Le fait qu'il s'agisse d'un film turc amène parfois un plus dans le niveau d'intérêt mais cela apparait ici comme une simple coquetterie. En fait, Gen est l'expression d'un désir d'universalisation artistique. Il rejoint ainsi les slashers scandinaves et autrichiens, œuvres qui tendent à prouver que le formatage du cinéma européen est une tendance de plus en plus affirmée.

Que faut-il en retenir ?

  • Une sympathique surprise finale
  • Une réalisation très travaillée
  • Une bonne ambiance glauque

Que faut-il oublier ?

  • Un thriller horrifique comme tant d'autres
  • Parfois un peu excessif dans ses effets de style

Acheter Gen: Terreur psychiatrique en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Gen: Terreur psychiatrique sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+