75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Descendances >

Critique du Roman : Descendances

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 9 avril 2009 à 10:36

Jacen là joue en Solo

Après un sympathique mais peu convaincant premier tome d'Aaron Allston, la série l'Héritage de la Force avec cette fois, Karen Traviss aux commandes pour un livre encore moins convaincant.

L'auteur très douée quant il s'agit de donner vie aux clones pour leurs fameuses guerres à travers sa série Republic Commando, dont le dernier sorti en France True Colors était vraiment bon, ainsi que sa novélisation du film The Clone Wars. Karen Traviss se voit donc confier les clés de la suite de la saga culte avec la liberté d'y faire intervenir le plus mystérieux de tous les clones de Jango Fett, son « fils » Boba Fett comme l'indique la couverture. On voit que l'auteur s'est fait un petit cadeau ainsi qu'aux fans tant on sait que le personnage est populaire mais son intégration au récit initial est vraiment lacunaire. On se demande clairement ce qu'il fait là si ce n'est pour la raison évoquée plus haut.

On retrouve donc les personnages là où on les avait laissés, c'est à dire avec un Jacen acceptant de devenir Sith pour rétablir l'ordre dans la galaxie. Il devient donc une sorte de disciple de la mystérieuse Lumiya souhaitant faire disparaître les velléités séparatistes de l'Alliance Galactique sous le joug d'un monde respirant la paix et l'ordre, mené d'une main de fer par les Sith. Et les connaisseurs verront directement le parallèle avec la Guerre des Clones et la destinée quasi-identique entre Anakin Skywalker et Jacen Solo (ce que l'auteur ne manque pas de bien faire comprendre). Certes, mais niveau originalité, je ne pense pas que le réchauffé soit la meilleure idée.

Avec ce postulat de base assez déconcertant se rajoutent des choix assez bizarres où l'on voit Jacen sensé tout faire pour préserver la paix, tout faire pour déclarer la guerre... Rajoutez à cela l'utilisation inexistante ou à contre-emploi des autres Jedi comme Luke Skywalker vu comme un mou du genou trop conservateur et sa femme comme une pas contente qui se tait mais qui aime tout le monde... Donc le roman complètement basé sur Jacen Solo, dont les choix sont incompréhensibles, fait qu'il est difficile d'apprécier l'intrigue globale. Autre point négatif : la comparaison flagrante entre les évènements du livre et les évènements dans les Etats-Unis de Bush post-11 septembre avec une réaction très forte après les attentats et le désir d'un pouvoir de plus en plus fort suivi d'une guerre punitive. Sans oublier les quelques éléments propre aux totalitarismes et la pensée politique qui transparaissent du roman de Traviss qui deviennent lourds, tout comme son style, pendant 450 pages où elle répète sans cesse les mêmes choses.

Mais ce roman n'est pas pour autant une déception totale puisque l'intrigue de Boba Fett mourant à la recherche de son unique fille et leader malgré lui des Mandaloriens tombant sur la troublante Mirta Grev. Même si l'histoire est en décalage avec le reste mais s'y rattachant de façon un peu trop facile, la fin rappelle les histoires de clones de Traviss qui sont son domaine de prédilection. Et puis un Boba Fett vieux reste Boba Fett et c'est un réel plaisir de le voir évoluer. Ensuite nous trouvons des personnages comme Ben Skywalker pris entre l'ombre de son illustre père et celle Jacen Solo, ou encore les époux Han et Leia Solo, bienvenus nulle part. Ces trois destins sont bien retranscrits et sont plus intéressants que le reste du roman. Enfin surviennent quelques prises de risque de la part de l'auteur, dont quelques scènes osées - interrogatoires trop musclée ou rafles brutales - assez rares dans Star Wars et procurant des froids dans le dos appréciables tant certains passages sont haletants.

50

Beaucoup pensent que l’Univers Etendu reste un réchauffé des films sans grand intérêt et ce roman ne pourra que leur donner raison malgré quelques qualités.

Critique de publiée le 9 avril 2009.

Acheter Descendances en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Descendances sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Star Wars