75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Avatar : le dernier maître de l'air >

Critique de la Série animée : Avatar : le dernier maître de l'air

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 25 novembre 2008 à 15:39

Livre 1 : L'eau

Série animée créée en 2005 par le studio américain Nickelodeon, Avatar : le dernier maître de l'air s’est bien malheureusement retrouvé noyé, en France, dans la masse des dessins animés destiné aux plus jeunes. Pas spécialement mis en valeur de par ses heure de diffusion – peu faciles d’accès pour un public plus adulte – la série a néanmoins connu une seconde jeunesse grâce à de multiples rediffusions sur d’autres chaînes, à des horaires nettement plus raisonnables. Cela a été pour nous l’occasion de découvrir une série riche, un véritable petit bijou d’inventivité et de créativité, d’une qualité très rare en comparaison avec ce qui se fait actuellement dans le domaine des séries d’animation américaines.

Créé par Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko (qui avaient, apparavant, travaillés comme assistant-réalisateur sur des série comme King of the hill ou Les Griffin), Avatar : le dernier maître de l'air est le fruit d'une longue gestation. Il aura ainsi fallu attendre plus de six ans entre les premiers travaux et la diffusion du premier épisode. Force est de constater que ce travail de préparation se ressent à la vision des vingt-quatre épisodes qui constituent cette première saison, et ce dans la mesure où l'univers développé est incroyablement abouti. On y retrouve de très nombreux emprunts à la civilisation asiatique, la série mélangeant les philosophies, religions, coutumes vestimentaires et techniques d'arts martiau, le tout dans un monde cohérent de bout en bout.

L'univers de la série est donc loin de se limiter à un simple décor de carton pâte. Influencé par tout un melting-pot culturel, Avatar : le dernier maître de l'air caractérise ainsi chaque peuple rencontré en lui conférence une véritable identité visuelle, qu'il s'agisse de modèle de société, de culture, de mode de vie ou de design des personnage : modèle médiéval japonais (Nation du Feu), culture chinoise taoïste (Royaume de la Terre), philosophie bouddhiste (Nomades de l'Air) et civilisation Inuit (Tribus de l’Eau). Dans le même ordre d'idée, chaque peuple se bat en utilisant des styles d’arts martiaux différents, du Tai-Chi-Shuan pour l’Eau au Kung-Fu pour le Feu. Les combats sont ainsi visuellement inventifs, parfois même d’une beauté à couper le souffle.

Mais au delà de cette réussite formelle indéniable, la série sait également doter son histoire d'une véritable profondeur. Le monde d’Avatar : le dernier maître de l'air est ainsi en proie à une guerre centenaire, et, dans le cadre d'une série ouvertement familiale, on aurait logiquement pu s’attendre à une représentation très propre des conflits. Il en est pourtant tout autrement. En effet, bien que restant très sage dans sa représentation graphique - et heureusement ! - aucun aspect de la guerre n’est passé sous silence. La série aborde des sujets grave comme la mort (certains personnages, pourtant récurrents, meurrent au combat), l’extermination des peuples, les camps de travaux, le sort réservés aux prisonniers de guerre ou aux populations annexées. En cela, ​Avatar : le dernier maître de l'air s’affirme comme un spectacle intelligent, à destination d’un public familial au sens noble du terme (c'est-à-dire aussi accessible aux enfants qu’aux adultes, mais sans pourtant être débilitant).

C’est enfin le travail fait sur la psychologie des personnages qui amène la série vers des sommets. Si l’on a, au départ, des héros et des antihéros très proche du simple concept (le héros, l’héroïne, le bouffon qui ne sert à rien, le sage, le méchant, etc.), leurs caractères sont travaillés au fur et à mesure des épisodes, leur donnant une épaisseur apprécialbe (et relativement rare vis-à-vis de ce qui se fait traditionnellement dans les séries télévisées). Si leurs caractères n’est pourtant pas soumis à rude épreuve au cours de ce premier livre, il est néanmoins suffisamment bien posé pour que les scénaristes puissent, par la suite, travailler leur psychologie et leurs réactions face à certains évènements des saisons suivantes.

Malgré tout, cette première saison d'Avatar : le dernier maître de l'air souffre d'un gros défaut : son aspect répétitif. Les trois-quarts des épisodes sont ainsi construit sur le même modèle redondant (les héros sont poursuivit par les méchants et doivent les combattre avant de s’enfuir). Un défaut certes important (et que l’on ne retrouvera plus dans les deux autres saisons), mais qui permet de poser le décors, de mettre en place les enjeux, de donner de l’épaisseur au monde et aux personnages, et de se permettre quelques à-côtés humoristiques plutôt efficaces. Il faudra ainsi attendre le dernier quart de la saison pour que cela soit magistralement corrigé : les deux parties du Siège de la tribu du nord, sombres, annonçant avec virtuosité ce que deviendra par la suite la série : une véritable pépite.

80

Quelle incroyable surprise que fut cette première saison d’Avatar : le dernier maître de l'air. Si tous les épisodes ne sont pas exempt de défauts (notamment leur côté redondant), ils posent malgré tout un monde extrêmement riche, impeccablement détaillé, ainsi que des personnages attachants qui, parce qu’ils ne sont pas taillés dans le marbre, s’offrent le luxe de pouvoir évoluer au fil des épisodes. Une excellente saison d’introduction qui prépare au feu d’artifice que sera le second livre !

Critique de publiée le 25 novembre 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • Un monde riche et passionnant,
  • Une histoire réfléchie, à fort potentiel épique,
  • Des thématiques parfaitement traitées
  • Un refus intéressant du manichéisme,
  • Des personnages charismatiques et travaillés,
  • Un humour qui fait souvent mouche,
  • Une animation de qualité,
  • En somme, une vraie bonne série familiale,

Que faut-il oublier ?

  • Un début de saison très redondant,
  • Un graphisme joli, mais somme toute assez basique.

Acheter Avatar : le dernier maître de l'air en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Avatar : le dernier maître de l'air sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !