75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Super Héros Movie >

Critique du Film : Super Héros Movie

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 12 juillet 2008 à 15:28

Gags éculés en collant moule-burnes

Quand le jeune et réservé Rick Riker est piquée par une libellule génétiquement modifiée, il voit son métabolisme se modifier et il devient rapidement un homme doté de super pouvoirs. Mais comment les utiliser, et au service de qui, de quoi ?..


La principale difficulté à réaliser un spoof movie réussi réside dans la gestion du difficile équilibre nécessaire entre l’hommage sincère et la mise en abime d’un genre. L’exercice est très délicat, et les échecs se transforment souvent en naufrage, d’autant plus que la catégorie d’audience visée est en général composée, sinon de cinéphiles, du moins de connaisseurs dans le domaine.
Le principal problème de Superhero Movie (mais pas le seul) vient de là : l’harmonisation entre deux thèmes narratifs qui s’adressent exclusivement aux fans de comics et de leurs adaptations cinématographiques. Comment arriver à ridiculiser un genre tout en gardant l’approbation de ses fans ? Craig Mazin pensait peut-être avoir trouvé la solution en mettant de l’eau dans son vin, en traitant tous la symbolique du super héros de la manière la plus douce possible, histoire de frotter les fans dans le sens du poil. Malheureusement, le résultat est que l’histoire de Rick Riker n’est finalement guère plus absurde que celle Peter Parker. Il était en effet difficile de se moquer d’un genre déjà bien immature (le petit puceau ou le vulgaire quidam en qui se cache un homme exceptionnel) et improbable (dans son imagerie puérile et ses développements) sans dépasser les limites du raisonnable, et c’est d’ailleurs peut-être la raison qui a fait que David Zucker (producteur du projet) n’a pas osé s’atteler lui-même à la tâche.

Heureusement pour « l’intérêt » du film, Craig Mazin n’est pas un néophyte. Même s’il manque souvent de finesse et œuvre plus dans le pipi-caca que dans la référence cinéphilique, il arrive par moment à nous offrir de bons gags, la plupart construits à partir d’éléments parallèles à la trame principale. Ainsi, la visite chez l’école du professeur Xavier possède son petit lot de folies, avec un Xavier changeant d’engin de motorisation au gré des plans (on retrouve ici l’esprit des ZAZ), et ses super héros empotés et prépubères. Hélas, mille fois hélas, on retombe ensuite dans le (trop long) gag pas drôle, avec l’apparition de la famille Xavier et d’Invisible Woman (Pamela Anderson remplaçant ici Carmen Electra).
Bref, si on sourit de temps à autres à la vision de nombreux petits gags visuels, on rit très peu. La mise en absurde n’est pas assez poussée, le surréalisme pas assez tangible, et les gags veulent arriver comme des électrochocs alors que le « monitoring zygomatique » s’obstine à nous montrer un électrocardiogramme plat. Certaines séquences frisent même l’arrêt cardiaque par leur stupidité et leur absence totale d’humour, comme l’entrée en scène d’un docteur Stephen Hawking obsédé ou, encore, à l’occasion de redites de blagues déjà vues (le pétage de plomb de Tom Cruise). Et c’est ce dernier aspect qui démontre que Zucker et compagnie sont complètement largués dans le domaine de la comédie et que, à des années lumière du dynamisme des frères Farrelly ou de Judd Apatow, ils n’arrivent plus qu’à produire des œuvres d’une déconcertante platitude vulgaire, même si au cours de ce métrage, ils arrivent parfois à donner brièvement le change. Triste constat…

40

Nettement moins insupportable qu’Epic Movie ou Spartatouille, Super Heros Movie se doit de rester quand même cantonné dans la cour des mauvais élèves - avec quelques épisodes de Scary Movie (des films écrits d’ailleurs par Craig Mazin) et autres nullités des Wayans. Malgré quelques bons petits moments assez drôles, ce film est un spoof movie sans aucune originalité, reposant sur des poncifs éculés (les films des ZAZ ont déjà tout dit) et qui nous propose encore une fois de réagir à une mécanique humoristique vulgaire qui ne surprend plus personne, hormis le gamin acnéique fan d’humour scatophile et de « gags » sexuels graveleux.

Critique de publiée le 12 juillet 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • Nombreux petits gags visuels assez drôles
  • Le casting (dont je n’ai pas parlé, mais qui s’en sort bien)

Que faut-il oublier ?

  • Des principes comiques éculés qui ne fonctionnent plus
  • Un scénario qui n’ose pas assez
  • Un manque de jusqu’au-boutisme dans le principe

Acheter Super Héros Movie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Super Héros Movie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !