75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Voyage au centre de la terre
Voyage au centre de la terre >

Critique du Roman : Voyage au centre de la terre

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 18 juin 2008 à 1454

C'est pas l'homme qui prend la Terre...

Voyage au centre de la Terre est sans doute le premier roman célèbre de Jules Verne qui est de l’anticipation rejointe par de la Science-fiction (car Paris au 20ème siècle ne sortit jamais du vivant de l’auteur) et qui est un terreau inépuisable pour de nombreux cinéastes depuis près de 50 ans et surtout cette année où pas moins de 3 productions ont été réalisées…
On retrouve ici tous les ingrédients d’un bon voyage extraordinaire de Verne : Une grande dose de science (où les théories du moment s’entrechoquent à travers les deux personnages principaux) avec la spéléologie, la paléontologie et la minéralogie… On retrouve aussi un voyage rude en milieu inhospitalier où les héros côtoient privations et folies diverses… Mais cette fois-ci, Verne va plus loin que la pure spéculation d’un endroit pas encore atteint à l’époque comme le pôle-nord ou les sources du Nil pour mettre en avant deux de ses précédents romans, ici l’auteur affabule plus : Il décrit le centre de la Terre avec une faune et une flore impressionnante renvoyant à la préhistoire et aux dinosaures ainsi que la fameuse mer intérieure… C’est cette dose de spéculation très exagérée rajoutée au lieu visité plus exotique que jamais qui font de cette œuvre un des plus connue et appréciée de l’auteur. Cela va même assez loin avec le rêve et la torture psychologique qu’Axel subit durant l’histoire.
Pour revenir à l’histoire justement, cela commence en Allemagne avec l’éminent minéralogiste de Hambourg, le professeur Otto Lidenbrock qui un jour fait part à son neveu Axel de la découverte dans une vieille saga islandaise du 12ème siècle d’un manuscrit d’un savant de cette petite île ayant caché dans cette saga un message codé qui vous le deviné explique comment pénétré dans ce fameux centre de la Terre. A partir de là, les deux compères quittent l’Allemagne pour le Danemark puis l’Islande pour être rejoint par Hans, un paysan local et descendent dans le cratère d’un volcan éteint : Le Sneffels. S’en suit, la descente dans les boyaux de la Terre et la découverte de ce monde intérieur magique et effrayant à la fois.
Malgré tout ça, on peut dire que le roman de 1864 a pas mal vieilli, d’une part parce que la première partie du roman est rempli de langage scientifique qui peuvent dérouter les plus jeunes et même les moins instruit dans une filière scientifique… Ensuite, les personnages sont quand même loin d’être attachants entre l’oncle froid et obstiné comme jamais (rappelant un peu le capitaine Hatteras et sa conquête du pôle-nord, la fierté anglaise en moins) ou encore le paysan islandais qui se caractérise par un calme et un mutisme faisant de lui une sorte de bon paysan trop ignorant pour comprendre ce qui se passe mais parfait homme à tout faire… Il reste bien Axel qui représente la jeunesse et la voix de la raison que chacun de nous détient, même s’il se raccroche trop souvent à sa dulcinée qui l’attend et répondant au prénom à la douceur allemande extrême : Graüben. L’arrivée au fameux volcan et la descente dans le cratère peut sembler arrivé un peu tard mais la découverte du fameux message et le voyage en Islande constitue quand même, et surtout pour l’époque, quelque chose d’exotique donc d’extraordinaire. Le roman ne semble pas aller assez loin pour nos esprits aventuriers du 21ème siècle, c’est pourquoi les adaptations vont souvent bien plus loin dans les merveilles de ce monde intérieur.
En fait, on peut surtout aborder l’œuvre comme une véritable source historique qui remonte à près de 150 ans en arrière, un voyage dans l’Europe du 19ème siècle, des témoignages de ce siècle tant scientifiques que par les canons littéraires sur lesquels se basent Jules Verne comme pour ses personnalités étranges que sont les héros du roman. Et puis on ne peut qu’être admiratif devant les connaissances de l’auteur et la précision de ses remarques dans diverses matières qui peuvent néanmoins rebuter les plus jeunes.

La conclusion de

Une œuvre majeure et fondatrice de la science-fiction qui promet un voyage vraiment extraordinaire malgré un vieillissement certain mais qui permet aussi d’aborder le roman comme une curiosité historienne

Acheter Voyage au centre de la terre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Voyage au centre de la terre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Voyage au centre de la terre

En savoir plus sur l'oeuvre Voyage au centre de la terre