75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le sanctuaire de Gondwana
Le sanctuaire de Gondwana >

Critique de la Bande Dessinée : Le sanctuaire de Gondwana

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 6 avril 2008 à 1132

Le professeur Mortimer et l’origine des Hommes

Après quatre ans d’absence, voilà le retour de nos deux héros « so british » sous la plume du même duo que le précédent épisode (Les Sarcophages du 6ème Continent) – Yves Sente et André Juillard –, une équipe qui n’avait pas fait en son temps l’unanimité. Dans le cœur des fans, les récits de Yves Sente ne parviennent pas à remplacer ceux de Edgar P. Jacobs, ni même ceux de Jean Van Hamme. D’aucun les trouvent poussifs, artificiellement alambiqués et manquant franchement d’esprit aventureux.
Alors que Alex de la Iglesia nous prépare un très prometteur film sur la Marque Jaune, il peut être intéressant de voir où en est exactement le licence BD, puisque l’adaptation va forcément redonner un coup de fouet à nos amis Blake et Mortimer. Le Sanctuaire de Godwana prend son départ directement à la fin de la précédente aventure mais il n’est cependant pas indispensable de l’avoir lu pour appréhender tous les enjeux et les déroulements de celle-ci. Blake est en France pour mettre au point les derniers détails concernant le sous-marin européen et le professeur Mortimer se remet lentement de ses précédentes tribulations. La découverte d’une étrange bague aux idiomes inconnus va cependant lancer ce brave professeur dans une quête extraordinaire : la recherche de la véritable origine de l’humanité !
Dans cet opus, le capitaine Francis Blake ne jouera pratiquement aucun rôle. Le récit tourne essentiellement autour de l’enquête du professeur Mortimer qui, en charmante compagnie (son ex-petite amie, l’archéologue Sarah Summertown, et sa jeune assistante Nastasia Wardinska) se rend en Afrique pour tenter de faire le lien entre cette bague trouvée au Tanganyka et de mystérieuses inscriptions mise à jour en Antarctique. Evidemment, cela ne va pas se passer sans mal, d’autant plus que quand Blake et Mortimer partent à l’aventure, le machiavélique colonel Olrik ne rode jamais vraiment loin. L’introduction de personnages féminins importants dans les aventures de nos deux héros – en général si « masculines » - est l’une des principales nouveautés de cet album.
Le trait de Juillard, bien entendu, respecte la ligne belge. Histoire de tradition - et brillant hommage en passant. Le graphisme est donc épuré au maximum, avec une dynamique plus appliquée aux personnages qu’au décorum. L’ensemble reste très bavard mais les textes sont agréables à lire et les dialogues jamais inutiles, surtout qu’ils nous apprennent moult choses sur la jeunesse du professeur Mortimer. Le scénario, par contre, souffre encore d’un manque de rythme et, à part le twist final, on peut regretter qu’il ne se passe pas finalement grand-chose de trépidant. Une attaque d’hippopotame par ci, d’éléphant par là… Bref, ce n’est pas terrible au niveau aventure exotique et nombreux vont trouver cela bien trop sage.
Mais attention, je ne dis pas que le Sanctuaire du Gondwana est désagréable ou ennuyeux à lire, non, pas du tout, il est même assez divertissant. Cependant, il lui manque cette petite dose de romanesque et d’épique dans l’écriture qui aurait pu transformer cet album très intéressant en l’un des meilleurs récits pulp du cycle.

La conclusion de

Le Sanctuaire de Godwana est un bon album. On retrouve avec plaisir le professeur Mortimer (Blake est un peu effacé) embarqué dans des aventures africaines mêlant l’exotisme et la science-fiction. On peut cependant regretter un scénario un peu mou (on est loin de Kenya, par exemple) qui donne au récit un rythme nonchalant peu propice à l’émotion. Le twist final, par contre, est excellent. A lire donc…

Que faut-il en retenir ?

  • Le retour de Blake et Mortimer
  • Un scénario intéressant et intelligent
  • Des femmes qui prennent des rôles importants
  • Un twist final amusant
  • Un trait rendant un brillant hommage à la série

Que faut-il oublier ?

  • Un Francis Blake quasiment effacé
  • Manque de souffle aventureux

Acheter Le sanctuaire de Gondwana en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le sanctuaire de Gondwana sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les aventures de Blake et Mortimer

En savoir plus sur l'oeuvre Les aventures de Blake et Mortimer