75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Shin Megami Tensei : Persona 3
Shin Megami Tensei : Persona 3 >

Critique du Jeu Vidéo : Shin Megami Tensei : Persona 3

Avis critique rédigé par Sylvain T. le jeudi 27 mars 2008 à 1607

Derniers instants sur PlayStation 2

Alors que la PlayStation 2 s’apprête a rendre son dernier souffle (du moins en Europe), Atlus nous propose de découvrir Persona 3, un nouveau RPG sortie il y a plus de deux ans au Japon. Il aura fallu attendre longtemps avant de découvrir ce titre d’une qualité indéniable mais sortant bien trop tard…

L’Europe a souvent été délaissé par les RPG, trop de langue sur ce vieux continent qui oblige les éditeurs à dépenser beaucoup d’argent pour un genre n’attirant que les fans hardcores en mal de sensation. Même si ça fait toujours recette, le type RPG est beaucoup moins apprécié chez nous qu’un FPS puisque ce dernier n’oblige pas le joueur à entrer dans le jeu pour le vivre, et surtout il se fini assez rapidement, tandis que les RPG demande un temps d’adaptation, et surtout énormément de présence pour essayer de terminer le jeu une qualité qui n’en est pas vraiment une puisqu’étant donné que les sorties de beaucoup de jeu se chevauche, le joueur lambda n’aura que peu de temps à accorder à ce type de titre. Mais c’est le pari risqué qu’a pris Atlus en sortant Persona 3, alliant simplicité des graphismes avec une jouabilité unique, le titre peut se faire une place sur la console de Sony.
Doté d’un chara-design époustouflant, le jeu nous projette dans les aventures d’un jeune lycéen ordinaire qui découvre qu’il n’y a pas que 24h dans une journée, en effet, une 25ème heure existe, et elle s’appelle la Dark Hour, malheureusement pour le jeune homme, ce n’est pas un don mais plutôt une malédiction puisque durant cette heure, les ténèbres envahissent notre monde. Pour vaincre cet ennemi inconnu, le lycéen va devoir gravir une gigantesque tour. Etage après étage, l’on va devoir vaincre des ennemis générer aléatoirement (pour que chaque partie soit inédite) et pour vous aider dans votre tache, des entités démoniaques viendront vous aider, il s’agit des Persona. Torturé au possible, le scénario va nous proposer d’invoquer ces démons en se tirant une balle dans le crane, tout simplement, cette action nous permettra de posséder à des pouvoirs gigantesques, et de toute façon il vous faudra bien cela pour battre les hordes d’ennemis qui vous attendront aux dédales des couloirs, puisqu’ils sont très coriaces. C’est notamment à cause de cette difficulté redoutable que le jeu n’est pas à la portée du premier fan de RPG, utilisant un système de level-up pour devenir toujours plus puissant, vous aurez droit, à certain étages, à des boss qu’il faudra vaincre grâce aux pouvoirs acquis jusque là. Une jouabilité classique dans un premier temps, mais qui prend une énorme ampleur une fois arrivé à un certain stade.
Mais toute l’action du jeu ne se déroule pas dans cette tour, puisque parfois vous reviendrez dans le monde réel, où il va faudra discuter avec les gens autour de vous pour parfaire l’aspect sociale de votre personnage, aller en cours sera aussi inévitable si vous souhaitez acquérir des bonus, chose importante si vous souhaitez gravir confortablement la tour. Deux mondes donc, l’un qui nous propulse dans la Dark Hour, bourré d’action et de combat sans fin basé sur l’expérience, et l’autre restant avant tout axé sur la sociabilité mais qui reste très important. Ces deux options combleront pas moins de 80h de jeu, malheureusement, en l’absence de traduction française, il n’est à conseiller qu’aux véritables fans du genre, même à 40€…

La conclusion de

Persona 3 est un excellent RPG, mais qui sort bien trop tard sur PlayStation 2 et en anglais de surcroît. Doté de qualités indéniables (deux mondes sensiblement différent), d’une jouabilité sans faille, et d’un scénario psychotique, il est à réservé à une élite de joueurs malheureusement puisque parfois trop difficile et demandant une immersion totale pour être apprécié à sa juste valeur.

Que faut-il en retenir ?

  • Le scénario
  • Le chara-design
  • Les deux mondes très différents
  • 40 € ce n’est pas cher !

Que faut-il oublier ?

  • Non traduit en français
  • Des graphismes parfois vides
  • Difficile

Acheter Shin Megami Tensei : Persona 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Shin Megami Tensei : Persona 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Megami Tensei

En savoir plus sur l'oeuvre Megami Tensei