75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Dante 01 >

Critique du Film : Dante 01

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 21 décembre 2007 à 23:52

Caro as t-il vaincu son dragon ?

Dire que je n’attendais pas Dante 01 serait un mensonge. Le film avait tout pour révolutionner le petit monde de la science-fiction française. D’un côté il y avait le très expérimenté Marc Caro, complice averti de Jean Pierre Jeunet, et de l’autre Pierre Bordage, l’un des plus reconnus parmi les romanciers officiant dans ce registre. Et histoire de me convertir totalement à sa cause, il y avait cette superbe bande-annonce qui laissait présager une ambiance au top niveau. Alors, après 88 minutes de film, qu’en est-il réellement ?
L’histoire se déroule sur Dante 01, une prison spatiale naviguant au-dessus de la planète Dante, un lieu où vous n’y poseriez pas votre petit orteil faute de le voir fondre aussi vite qu’un morceau de glace placé dans un micro-onde à puissance maximale. A l’intérieur de cette station figurent les plus dangereux criminels qui ont accepté de servir de cobaye à diverses expériences - plutôt que de subir le châtiment de la peine de mort. La pseudo-tranquillité de la station va alors être mise à l'épreuve avec les arrivées d’un prisonnier nommé St Georges et d’une scientifique dénommé Elisa.
Les notes d’intentions de Marc Caro étaient des plus louables, et surtout semblaient on ne peut plus sincères. Quand le réalisateur annonce avoir traité ses décors comme un véritable personnage, au visionnage de l’ensemble, cela paraît évident et pleinement réussi. Il en va de même sur ses intentions concernant le soin porté sur la lumière qui, d’après lui, évoque la tonalité émotionnelle. En effet, là encore le travail de Marc Caro et de toute son équipe saute aux yeux. Quant aux effets-spéciaux, costumes et maquillages, ils n’ont rien à envier aux productions américaines. Sur la forme Dante 01 montre l’investissement de toute une équipe technique pour un résultat digne de ce nom.


Mais voilà, dans un film la technique n’est pas tout. Quand Marc Caro dit avoir porté un soin particulier sur l’histoire et sur les personnages de la station, à la vision de Dante 01, je reste un peu plus perplexe. Certes le scénario de base est intéressant, et d’une certaine manière faire évoluer une intrigue dans un univers carcéral comme celui de Dante 01 laissait présager du bon, mais les personnages sont trop peu développés. Bien sûr nous les voyons tous à parts égales sur l’écran, mais leurs histoires, leur motivations, ce qu’ils sont ; rien portant sur ces domaines n’est évoqué. Tous ce que l’on sait d ‘eux, c’est qu’ils sont des prisonniers avec chacun des caractéristiques différentes. Le personnage de César (interprété par l’excellent Dominique Pinon) correspond au leader des prisonniers, celui de Moloch (François Hadji-Lazaro) au bon gros à qui il ne faut pas piquer la nourriture, où encore Raspoutine, une espèce de prophète cernant dès le départ le potentiel de St Georges (très bon Lambert Wilson). Mais à aucun moment le film ne parvient à rendre les personnages un peu plus complexes et nuancés.
Il faut croire que l’univers carcéral ne porte pas vraiment chance puisque finalement Dante 01 fait penser à Alien 3 ; tous deux ont en commun l’environnement mais aussi la thématique religieuse. Mais tous deux partagent aussi le problème d’une idée ambitieuse desservie par des trous scénaristiques et une fin ridicule. Et ridicule est un petit mot. La fin est complètement soudaine, incohérente et se fait dans le summum du risible. Jusqu’aux dix dernières minutes, Dantes 01 avait tout du film largement honnête, et cela malgré quelques défauts. Mais comment ne pas rester dégoûté par une telle fin ? Je n’ai pas réussi à faire abstraction de ce final et je suis donc sorti de la salle vraiment très déçu. Seul point positif, cela ne m’empêche pas d’espérer voir un jour prochain un futur grand film de science-fiction français puisque du point de vue technique les architectes de celui-ci ont prouvé que l’on en était largement capable.

40

Les intentions étaient louables, Dante 01 avait tout pour être un grand film… Hélas, et il me coûte énormément de le dire, Dante 01 se révèle une énorme déception. Si d’un point de vue visuel le film se révèle une totale réussite, les carences scénaristiques et surtout un final totalement risible font qu’il faudra attendre encore un peu pour voir s’affirmer la science-fiction française. Cependant j’espère que Marc Caro ne se découragera pas car il est indéniable que son film possède de la personnalité.

Critique de publiée le 21 décembre 2007.

Acheter Dante 01 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dante 01 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !