75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du manga : Gantz #5 [2003], par Halpheus

Avis critique rédigé par Halpheus le vendredi 2 mars 2007 à 20h36

La saga prend un tour nettement plus psychologique

On comprend mieux avec ce cinquième volume où souhaite en venir le mangaka. Les conséquences des évènements survenus dans le quatrième volet sont ici exploitées à fond, et le caractère des personnages en sort nettement approfondi.
Le triomphe de Kei contre les hommes-oiseaux, sa déception sentimentale avec l'autre Kei (on s'y perd, un Kei et une Kei dans le même manga...), l'image de Masaru et l'influence qu'elle exerce sur lui, tous ses traits confèrent au personnage de Kei (le garçon) une profondeur et un attrait qu'on ne lui soupçonnait absolument pas au début de l'oeuvre.

La conclusion de à propos du Manga : Gantz #5 [2003]

Halpheus
90

Sans action véritable, ce volume est donc l'occasion de faire prendre un tournant psychologique et scénaristique plus abouti à Gantz. C'est sûrement à ce moment-là que Gantz devient un grand manga - alors qu'auparavant il s'agissait "seulement" d'un seinen efficace.

Acheter le Manga Gantz en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Gantz sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Gantz

  • Voir la critique de Gantz, révolution : Aliens, bastons et embrouillaminis
    60

    Gantz, révolution Critique du film par Nicolas L.

    Aliens, bastons et embrouillaminis : Un petit peu décevant, ce deuxième volet. On pouvait s’attendre à un récital de révélations, mené tambour battant. On se retrouve …
    Temps de lecture : 5 mn 4

  • Voir la critique de Gantz, au commencement : Homme-poireau, robot psychédélique et bouddhazilla
    70

    Gantz, au commencement Critique du film par Nicolas L.

    Homme-poireau, robot psychédélique et bouddhazilla : Bonne série B de SF, Gantz est un film qui vaut le coup d’oeil, à la fois pour son scénario délirant, son atmosphère étrange et se…
    Temps de lecture : 7 mn 7