75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Identité secrète #2 [2006], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 7 décembre 2006 à 14h19

Esprit égaré et double personnalité

Un homme émergea du sous-bois, à l’autre extrémité de la clairière. Dexter crut tout d’abord qu’il s’agissait de Boone, et son cœur s’attendrit à cette pensée. Cela voulait dire que Boone était venu le chercher ? Et qu’il ne serait pas considéré comme un paria par les rescapés ? Puis l’homme s’avança et Dexter vit qu’il était un peu plus jeune que Boone, et un rien plus petit. Ses cheveux étaient plus clairs, ses yeux plus foncés, son menton et son nez moins proéminents… Le cœur de Dexter se mit à cogner dans sa poitrine. - C’est… c’est toi ? s’enquit-il. Je veux dire, « moi » ?
Identité secrète est le deuxième roman construit sur l’univers de la célèbre série télévisée Lost. A l’occasion de ce portage sur format papier, plutôt que prendre comme personnages centraux les héros du show télé, les concepteurs de la série littéraire (l’éditeur canadien Hypérion) ont eu l’idée de mette en scène l’existence insulaire des autres survivants du crash aérien. Vous savez, tous ces cakes qui nous énervent à ne rien faire de la journée à part se dorer la pilule sur la plage pendant que Jake, Kate, Sawyer et consorts se cassent la santé au travail et risquent leurs peau en affrontant les Autres. Eh bien, avec cette série, on va finalement réaliser que ces branleurs cathodiques anonymes vivent finalement, eux aussi, des évènements extraordinaires.
Indentité secrète, écrit par Cathy Hapka, une spécialiste de cet exercice d’adaptation (elle a oeuvré sur Alias), se déroule durant la première saison, juste après le crash. De la même manière que le premier livre de la série – Espèce menacée -, il suit la trame narrative propre au show TV. En effet, l’ouvrage est composé de chapitres assez courts qui alternent les phases de flashback et les moments en ‘’direct’’. Un style narratif qui va certainement devenir la marque de reconnaissance de la gamme qui est vouée à se développer, si le succès est au rendez-vous, bien entendu.
Ce deuxième opus raconte les premières journées de Dexter Cross vécues dans la peau d’un naufragé. Avec un style très simple, très direct, qui ne manque pas de rondeur et de punch, l’auteur nous décrit un personnage qui se cache la vérité à lui-même, prenant comme alibi le traumatisme de l’accident. Cachant un passé honteux, il va petit à petit reconnaître son errance et affronter dans les jungles de l’île son double, la partie reniée de son psyché. Dit comme ça, cela peut paraître assez chiant, mais en fait la lecture de cette petite histoire de tentative d’intégration sociale par le biais du mensonge est assez plaisante.
Dexter croise aussi sur la plage les héros de la série télévisée, histoire de séduire encore plus le lectorat de fans. Il faut croire que l’essai du premier tome de limiter les relations de Faith (l’héroïne de Espèces menacées) aux survivants méconnus n’a pas atteint ses objectifs et déçus probablement tous ceux qui voulaient retrouver dans les livres l’esprit d’une série dans lesquels les personnalités sont très marquées. Ainsi, au cours de sa quête identitaire, Dexter va croiser Jake, Kate, Boone, Hurley, Sharon, Locke, Sawyer et Sayid, et lier des liens plus ou moins importants avec eux. Une initiative qui va sûrement faire son chemin.
Par contre, si vous n’êtes pas fan de la série télé, il y a de grandes chances que vous n’accrochiez guère à une intrigue simpliste qui, même si elle est bien racontée, n’a rien de bien trépidante. De plus, les amateurs de fantastique resteront également sur leur faim car bien que Cathy Hapka entretienne l’ambiguïté sur l’existence ou non du double de Dexter (il n’y a pas que lui qui le voit), c’est bien le seul élément qui permet à l’œuvre de figurer dans la base de données de SFU.

La conclusion de à propos du Roman : Identité secrète #2 [2006]

Nicolas L.
50

Je conclurais en disant qu’Identité Secrète est un produit d’exploitation sympa destiné aux fans de Lost. Un roman d’à peine 180 pages, vite lu, vite oublié, mais qui ne manque tout de même pas d’un certain style.

Que faut-il en retenir ?

  • Pour les fans
  • Une écriture soignée
  • Univers bien respecté

Que faut-il oublier ?

  • Histoire un peu légère
  • Aucun intérêt en dehors du fandom

Acheter le Roman Identité secrète en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Identité secrète sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Lost, les disparus