75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Loup des Kilghards >

Critique du Roman : Le Loup des Kilghards

Avis critique rédigé par Lujayne M. le mercredi 23 avril 2003 à 00:00

Plongée au milieu des guerres ténébranes

Saviez-vous que dans l'univers, tout a un double ? Tout, sauf les matrices...
Bard di Asturien, Paul Harrel : deux versions du même homme. L'un vit dans un univers sauvage et médiéval, l'autre dans une civilisation "avancée" et aseptisée qui l'a conduit au caisson de stase, pire que la prison.
La rencontre des deux est explosive, bien sûre. Et une nouvelle fois, Marion Zimmer Bradley nous emmène au coeur des intrigues de ce monde fascinant. Point encore de Pacte ici ni de Comyn, mais des leroni attachés à leur seigneur et capables de déchainer le feu et pire encore sur les ennemis de leur maison... On se retrouve ainsi dans un univers plus proche de la fantasy que de la science-fantasy, ses classiques mages remplacés par les personnes douées du laran...

Ce roman date de 1980. A cette époque, l'auteur a déjà commencé à approfondir sérieusement son cycle, lui donnant un commencement (La planète aux vents de folie, 1972), un moyen-âge (Reine des Orages, 1978), et bien sûr une période faste, celle du retour des terriens sur Ténébreuse (commençant avec Projet Jason, 1962, et culminant avec l'Héritage d'Hastur, 1975, et l'Exil de Sharra). Ici, l'auteur creuse une période sombre et peu connue, ces fameux Cent Royaumes, qui suivent les Ages du Chaos, où la technologie des matrices est toujours toute puissante mais où les hommes commencent à se rendre compte qu'ils vont détruire leur monde s'ils continuent à ce rythme...

Le style est fourni, prenant, caractéristique de l'auteur avec ses personnages fouillés même lorsqu'ils sont caricaturaux. Voici à mon avis une bonne façon de découvrir le cycle, car il n'est pas besoin d'en savoir beaucoup sur le monde pour "accrocher"... irrémédiablement !

80

Cette plongée dans l'Age des Cent Royaumes nous permet de remonter aux origines du Pacte, et à celle de l'Ordre des Renonçantes. Les guerres sont incessantes, le laran utilisé à des fins douteuses... mais on sent approcher le déclin de la technologie des matrices. Passionnant !

Critique de publiée le 23 avril 2003.

Que faut-il en retenir ?

  • pas besoin d'avoir lu un autre livre de Ténébreuse avant pour comprendre
  • les personnages sont toujours aussi détaillés et intéressants
  • on remonte aux origines du Pacte et des Renonçantes !

Que faut-il oublier ?

  • on voit trop vite les différences entre Paul et Bard
  •  le coté "féministe" de l'auteur ressort à fond : les hommes sont soit machos soit efféminés !

Acheter Le Loup des Kilghards en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Loup des Kilghards sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de La Romance de Ténébreuse