75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Martin
Martin >

Critique du Film : Martin

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 6 mars 2006 à 0522

Le vampire par Romero

Dans la ville de Pittsburgh, un jeune homme de 17 ans, Martin, suce le sang de ses victimes. Vampire ou simple serial Killer ? Sa famille depuis le plus jeune âge le considère comme un vampire, et même si Martin à des moments de lucidité il finit par rentrer dans le jeu et se prendre pour la créature de la nuit.
George A. Romero vient d’avoir 2 échecs cinématographiques lorsqu’il s’attaque à l’histoire de Martin. Si au départ il imagine une comédie avec un vampire qui de nos jours rencontrerait des soucis du quotidien, il fini vite par laisser tomber pour s’attaquer à ce qu’est Martin aujourd’hui. Il traite du thème du vampire d’une nouvelle façon, plus moderne, plus réelle. Puisque ici, il ne s’agit pas d’un mort-vivant qui boit le sang, mais d’un jeune qui a force de vivre dans des croyances, finit par y croire et sucer le sang de ses victimes. A travers cela Romero s’attaque aux personnes crédules baignées depuis toujours dans les religions et les appliquant à la lettre. Au final entre le jeune Martin et son oncle, le plus pathétique et peut-être celui qui tue. Martin fini par être une victime des croyances ancestrales de sa famille.


Romero dans des interviews diverses à souvent dis que Martin était son film favori. Non pas par le résultat mais pour sa facilité de tournage et comment avec une équipe de 15 personnes il y eut une entente parfaite. En effet il est facile de sentir toute la personnalité et l’enthousiasme du réalisateur dans le film : par exemple on retrouve ses idées de société sans aucun potentiel de censure sur la différence entre riches et pauvres à travers sa façon de filmer la ville de Pittsburgh qui contredit le rêve américain (comme la religion est une crédulité dangereuse , les rêves de richesse aussi).
Au niveau mise en scène, il y se dégage 3 scènes fortes : Celle d’introduction se situant dans le train et montrant Martin avec une de ses victimes. La façon dont il fait couler le sang et le boit ne laisse pas indifférent. L’autre des scènes forte et lorsqu’il s’attaque à une femme et son amant. Cette scène et montée avec un certain rythme puis s’entremêle avec des passages somptueux en noir et blanc illustrant ce que Martin croit être son passé. La dernière scène qui ma frappé et celle où il voit qu’il n’est pas un vampire et essaie d’effrayer son oncle et se moquer de lui en s’habillant comme le stéréotype de Dracula. Une scène où Martin de mon avis se rend conte lui même qu’il est rien de ce qu’on lui a dit et se venge de son oncle. Un petit passage de lucidité qui rend le jeune homme que plus humain et donc plus effrayant.

Je parle de ses scènes clés, car c’est particulièrement ces passages qui me font dire que Martin est un film remarquable et intelligent. Car s’il y avait pas ces scènes pour relancer le film, ma perception aurait été peut-être tout autre. Il n’est pas rare que j’ai senti lors de la vision des baisses de rythmes et des moment où je commençais à m’ennuyer quelque peu. Mais à la vue de ces passages, mon intérêt s’est relancé. Et je ne parle pas de la dernière scène très forte et qui rend définitivement l’idée de croyance pathétique.
Côté distribution, John Amplas est tous simplement magnifique ! J’aurais juré de tout le long qu’il était atteint de sa folie. Sinon il est amusant de Voir Romero jouer un prêtre ou Tom Savini qui lui aussi sort des effets spéciaux pour jouer le personnage d’Arthur. Le reste de la distribution n’est pas toujours juste, mais ils demeurent dans l’ensemble assez correct.

La conclusion de

Martin, bien que souffrant parfois de baisse de rythme, possède assez de scènes fortes, et une histoire assez riche pour laisser au finale une très bonne impression. De plus si on retient l’idée que le film c’est fait avec une équipe d’une quinzaine de personnes avec un budget de 800,000 Dollars cela suffit largement à impressionner.

Acheter Martin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Martin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Martin

En savoir plus sur l'oeuvre Martin