75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Progeny
Progeny >

Critique du Film : Progeny

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 26 août 2005 à 0836

Un épisode d'X-Files pour adultes

Dernier film américain de Brian Yuzna avant son départ pour l’Espagne, Progeny est considérée comme la grosse déception par les fans du créateur (avec Stuart Gordon) de Re-animator. Il est vrai que sur le papier, le projet était tout ce qu’il y a de plus reluisant. Une histoire d’abduction extra-terrestre voguant sur le succès des X-Files, une équipe technique compétente, et surtout une pléiade d’acteurs dont le talent n’est plus à prouver ; Arnold Vosloo (la Momie), Lindsay Crouse (le Dr Wash de Buffy), et surtout le génial et sous-estimé Brad Dourif, heureusement rétabli à sa juste valeur par un Peter Jackson inspiré (il lui confia le rôle de Langue-de-serpent dans sa monumentale trilogie).
L’espoir était grand, la déception n’est fut que plus importante. Non pas que Progeny soit une bouse, loin de là, mais la mayonnaise ne prend pas malgré, on le sent, de gros efforts fournis par Yuzna. Le plus ennuyeux dans ce genre d’histoire, c’est lorsque nous, spectateur, on n’arrive pas à y croire cinq minutes. Et Progeny réunit tous les symptômes susceptibles d’arriver à ce résultat. Yuzna, très à l’aise dans les effets chocs et la critique sociale, n’est pas Shyamalan et il ne parvient pas à instaurer une atmosphère paranoïaque qui aurait fait sûrement décollé le film, même si le scénario est rempli d’incohérences. Et comme, de plus Yuzna ne se considère pas et n’est pas un grand directeur d’acteurs… Bref, on s’ennuie un peu, on regarde ça de loin en sirotant sa biè… (euh, son coca).
Restent les effets chocs et les scènes d’abduction. Là, pas grand-chose à redire, Yuzna est un maître dans le genre et il sait de quoi il cause, et même si l’on peut ne pas être convaincu par l’apparence des extra-terrestres, le tout est glauque et bien dégueulasse. C’est pour cette raison que le film est nettement meilleur sur la fin, lorsque le traitement se rapproche plus du film gore traditionnel.
Ce demi-ratage aurait pu sonner le glas de la carrière de réalisateur de Brian Yuzna, mais heureusement, quelque temps après la sortie de Progeny, un certains Julio Fernandez, de la société Filmax, l’a contacté pour lui proposer de tenir les rênes de la Fantastic Factory

La conclusion de

Plus à cause d’un problème de style que de compétences pures, Yuzna a raté son film. L’ambiance est morne, la réalisation poussive et le scénario peu crédible. Les amateurs de scènes crues pourront se rincer l’œil avec des scènes abduction explicites (surtout que les ET ont du goût en matière de femme), en attendant une fin plongeant dans le gore et qui est assez réussie.

Que faut-il en retenir ?

  • Les effets spéciaux
  • Brad Dourif
  • Une fin réussie

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation poussive
  • Scénario trop peu crédible
  • Ambiance téléfilm

Acheter Progeny en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Progeny sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Progeny

En savoir plus sur l'oeuvre Progeny