75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Hidden
Hidden >

Critique du Film : Hidden

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 19 juillet 2005 à 0832

Alien Vs Alien

Aujourd’hui, à l’heure de cette critique le scénario peut paraître banal : un alien s’accapare les carcasses humaines comme nous nous changeons de fringues. Le but du méchant E.T. ? Satisfaire tous ses fantasmes. Pour l’arrêter un autre E.T. est sur Terre, il se fait passer pour un agent du FBI et avec l’aide d’un flic il va tout faire pour stopper la créature. Dis comme cela, cela fait peur, mais je peux jurer que ce film est rondement mené et que l’histoire tien pleinement la route.
Tout commence par un petit cambriolage avec ensuite une course poursuite en bolide tout simplement mythique, sous une musique rock, personne n'échappe à un conducteur fou (notre E.T.) qui devra se prendre plus d’une rafale de balles pour finir par s’écrouler. Mais ce n’est que le début et les temps morts pendant 1h30 n’existent pas… La force de ce film vient donc avant tout de la mise en scène du réalisateur Jack Sholder. Ingénieuse et énergique, la réalisation décoiffe, et pourtant le budget ne dépasse pas celui d’une petite série B américaine. Jack Sholder ne possède pourtant pas une filmographie exceptionnelle : réalisateur du très moyen Freddy 2, la revanche de Freddy, rien ne le destinait à un tel film, surtout si derrière nous voyons la suite de sa filmographie. Coup de génie à un moment donné de sa carrière, Sholder nous rappelle ainsi, un peu, Rusell Mullcahy et son Highlander. Coup de génie qui permit à Hidden de remporter le grand prix du festival d’Avoriaz en 1987 ; à voir le film cela ne surprend pas, on remarque une tendance qui rappelle quelque peu les gun-fight de Terminator qui lui aussi, peu de temps auparavant, avait remporté Avoriaz.
Dans le casting, le spectateur reconnaîtra surtout Kyle MacLahan, tout droit sorti des films de Lynch, Dune et Blue Velvet, et juste avant de marquer le monde de la télévision en interprétant l’agent Dale Cooper dans la série Twin Peaks. A propos de série d’ailleurs, les fans de Babylon 5 s’amuseront à voir le tout premier rôle cinéma, déjà marquant, de l’actrice Claudia Christian (Susan Ivanova dans Babylon 5). Michael Nourri, plutôt convaincant dans sa prestation, n’eut pas la chance de vraiment marquer sa carrière sur un personnage, et il sera souvent dans divers téléfilms sans grande envergure,bien que la plupart d’entre nous cependant auront vu sa tête par exemple dans Flashdance.

La conclusion de

Hidden possède le charme type des petites productions américaines des années 80 : des séries B dont on n'attendait pas forcément grand chose et qui au final impressionnaient par leur ingéniosité. L’histoire a depuis été souvent vue, mais l’énergie et l’ambiance restent de premier ordre et rappellent aujourd’hui que la créativité n’est jamais une question de budget, mais bien de savoir-faire.

Que faut-il en retenir ?

  • Mise en scène décoiffante
  • Jeu des Acteurs
  • Ambiance

Que faut-il oublier ?

  • Histoire peu original

Acheter Hidden en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hidden sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hidden

  • Voir la critique de Hidden II : Une suite qui devrait se cacher !
    5

    Hidden II - Critique du film par Richard B.

    Une suite qui devrait se cacher ! : Si Hidden 1 n'avait pas à se cacher et se trouvait être une véritable surprise, cette suite obtient l’effet totalement inverse. Il…

  • Voir la critique de Hidden : La quintessence de la série B des années 80
    78

    Hidden - Avis sur le film par Christophe B.

    La quintessence de la série B des années 80 : Le scénario du film est simple : un alien, type limace poilue, investi le corps de pauvres terriens et se livre à tous les caprice…

En savoir plus sur l'oeuvre Hidden