75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Le Château ambulant
Le Château ambulant >

Critique du Film d'animation : Le Château ambulant

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 18 janvier 2005 à 0330

Une nouvelle réussite pour Hayao Miyazaki


Disney et sa firme dans les années 30 et pendant plus de 50 ans a régné en maître de l’animation, aujourd’hui Miyazaki serait-il le nouveau maître ?
Nous retrouvons en tout cas chez Miyazaki des histoires merveilleuses, souvent pleines de poésie, avec une touche de réflexion en plus, par rapport à son concurrent aux grandes oreilles. De plus, les films d’animation des studios Ghibi arrivent à se diversifier dans la production nippone elle-même, à l’heure des Mékas et du post-apocalyptique, les films de Miyazaki proposent des décors verdoyants et des fables laissant toujours un brin d’espoir.
Dans la continuité de thèmes chers à Miyazaki, celui-ci adapte cette fois un roman du nom de « Archer's goon » de Diana Wynne Jones. Les thèmes du roman lui permettent de retrouver le côté souvent écologiste prononcé de ses films ainsi que l’évolution de la personnalité de l’adolescence jusqu’aux responsabilités adultes.
Sur un plan plus technique, on pourra reprocher à Miyazaki la ressemblance de certains de ses personnages par rapport à certains de ses anciens, en particulier par rapport à Chihiro. Mais ce serait sombrer dans la critique facile, étant donné que le travail à côté frôle la perfection. Tout bouge sous nos yeux avec une fluidité de toute beauté. De plus, même les arrière-plans sont animés et véhiculent des messages. A l’époque des Ghost in the shell 2 presque tout en 3D et sans mouvements, Miazaki démontre que la technologie n’est pas tout et qu’il faut savoir avant tout utiliser « l’animation ». Bien sûr la 3D est utilisée aussi dans ce long métrage, mais sans abus et toujours pour se concilier avec le reste afin que le traditionnel et la nouvelle technologie se côtoient harmonieusement.

La conclusion de

Le Château Ambulant fait mouche, et arrive à concilier beauté et poésie pour les plus jeunes et intelligence des propos et animations pour les plus vieux et les personnes plus exigeantes dans le domaine de l’animation. Bravissimo !

Acheter Le Château ambulant en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Château ambulant sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Château ambulant

En savoir plus sur l'oeuvre Le Château ambulant