75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Rencontre avec… Yoshinari Mizushima & Dai Sato (Tekken : Blood Vengeance) !

Publié il y a 5 ans par Sylvain T.

À l’occasion de la présentation du nouveau film tekken, nous avons pu nous entretenir avec le scénariste et le producteur.

 

Lors du Festival d’Animation d’Annecy, nous avons pu rencontrer Yoshinari Mizushima, producteur et membre de la Tekken Team, ainsi que Dai Sato, scénariste du prochain Tekken : Blood Vengeance, qui doit voir le jour cet été en Europe. Rencontre.

SciFi-Universe : Malgré la renommée de la série, elle n’a connu qu’un vrai film ces dernières années, pourquoi ne pas avoir lancé plusieurs adaptations comme d’autres licences ? Avez-vous vu le film Tekken ?
Yoshinari Mizushima (Producteur) : Nous voulions le faire depuis Tekken 3. Il s'agissait d'un challenge, car il fallait donner une âme à chaque personnage. C’est pour cela que ça ne s'est pas fait jusqu'à aujourd'hui. Dans le dernier Tekken 6, le scénario proposait de nombreuses cinématiques. C'est avec la même équipe que nous avons cru possible de faire un film. Concernant le récent film live, nous n'avons pas pu contrôler le travail de l'équipe ainsi constituée. Il s'agit d'un autre produit qui essaye de suivre la licence, c'est tout (rire).

SFU : À ce propos, que pensez-vous des dernières tentatives en date d’adaptation de jeux ? Je pense notamment à Silent Hill ou à Dragon Ball Z qui ont préféré le film live plutôt que l’image de synthèse…
Dai Sato (Scénariste) : C'est difficile pour vois de donner mon avis sur ces films en particulier (ire). Le plus important, c'est de transmettre aux spectateurs l'amour du réalisateur pour une licence (rire).

SFU : Concernant Tekken : Blood Vengeance, pourquoi justement avoir choisi l’image de synthèse plutôt qu’une production live ?
YM : La principale raison, c’est que les joueurs sont habitués à jouer avec les modèles du jeu, et qu’il est plus facile de les représenter dans un film en 3D plutôt que dans un film live. Je suis persuadé que les joueurs exigent un film en CG avec des personnages identiques à ce qu’il y dans les jeux, c’est une question de cohérence.

SFU : Mr Dai Sato, vous avez travaillé sur le scénario de ce film, comment s’est déroulé ce travail d’adaptation ? Est-il facile de proposer une histoire sur un jeu de combat ?
DS : C’est très difficile de proposer une histoire digne de ce nom. Car étant donné le nombre de personnages, il est possible de créer diverses fins. Le plus dur étant bien sûr de déterminer quelle fin va être la mieux à même de surprendre les fans. Il y a eu dans tous les cas la Tekken team pour m’aider à élaborer le scénario, nous souhaitons vraiment faire ressentir l’amour que nous avons pour la licence.

SFU : Vous êtes fan de jeu vidéo (le scénariste avait un t-shirt Pac-Man, ndlr), si vous deviez choisir un titre en particulier, un jeu qui vous a marqué, que ce soit chez Namco ou chez un autre éditeur, lequel serait-ce ?
DS : Xevious, notamment en raison de l’histoire (rire) mais elle ne se transmet pas avec des mots. C’était le début de tout, une révolution (rire). Ils arrivaient à faire des choses impressionnantes avec très peu de moyens. Concernant une production française, Ghost Recon sans aucun doute et Assassin’s Creed. Plus globalement, j’ai aussi beaucoup apprécié Alan Wake.

SFU : Tekken : Blood Vengeance aura la particularité d’être proposé en 3D, la décision a-t-elle été prise dès le départ ou avez-vous fait évoluer le projet en fonction du succès de la technologie ?
YM : Le projet à débuté en 2009. Et dès le départ nous avions intégré la 3D stéréoscopique dans ce film. Pourquoi ? Car la Tekken team cherche toujours à proposer des sensations inédites. Le dernier Tekken 3DS qui vient d’être annoncé est d’ailleurs dans cette optique.  De plus, tout le monde n’a pas un écran 3D à la maison, et la seule technique pour proposer du Tekken en 3D en jeu vidéo c’était d’exploiter la console de Nintendo qui est très répandue, plus que les écrans 3D. Le parc de télévision a fait que nous n’avons pas proposé Tekken 6 sur PS3 en 3D.

SFU : Y aura-t-il des ajustements dans la version occidentale du film ?
YM : Il y aura quelques différences. Pas de gore cela dit, cela restera dans la tradition des Tekken.

SFU : Pourquoi ne pas proposer Tekken Hybrid (qui proposera Tekken Tag Tournament HD et le film) sur Xbox 360 ? Le mettre sur deux DVD n’est-il pas possible ?
YM : Car Tekken Tag était proposé uniquement sur PS2 (rire), et surtout… pas de Blu-Ray (rire).

SFU : Que pensez-vous de la Wii-U qui vient tout juste d’être annoncée ?
YM : Elle offre énormément de possibilités. J’attends beaucoup de choses de la WiiU, notamment sur le gameplay qui va changer le jeu vidéo. Nous nous attendons à un changement similaire qu’avec la première Wii. Un Tekken d’ailleurs est en production, mais je ne travaille pas encore dessus.

Merci à Namco-Bandai et Shibuya International pour avoir pu rendre possible cet entretien. Merci également à Mr. Yoshinari Mizushima, Mr. Dai Sato pour leurs réponses et le Community Manager de Namco Europe pour la traduction.


Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »