75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

L'amour, vous connaissez ? [1974]
Staff (0)-
Membres (1)70
Impatience Bientôt

Revivez votre première rencontre avec l'être aimé, dans un train, grâce à un étrange magicien... Alors qu'ailleurs deux savants extraterrestres se mettent en tête de faire procréer deux Terriens captifs qui n'ont même pas été présentés l'un à l'autre. Sept nouvelles du maître, bourrées d'humour, sept bombes à bonheur.
Ce recueil comprend les nouvelles suivantes : - Vide-C (The C-Chute) - Et une si juste cause... (In a good cause...) - Et si... (What if) - Sally (Sally) - Personne ici sauf... (Nobody here but...) - Quelle belle journée ! (It's such a beautiful day) - L'amour, vous connaissez ? (Playboy and the slim god)

Date de sortie en France : 1er janvier 1974
Titre Original : Playboy and the slim god
Oeuvre : L'amour, vous connaissez ?
Thèmes abordés: Science-Fiction , Humour

Casting de L'amour, vous connaissez ?

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Editions de L'amour, vous connaissez ?

Acheter L'amour, vous connaissez ? en un clic

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

Commentaires des membres (1)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • 70
    Admirateur de longue date d'Asimov, je n'avais pas encore lu ce recueil de nouvelles, que je considère après lecture comme l'un de ses meilleurs.

    Vide-C : l'humanité est en guerre avec les Kloros, une race extra-terrestre. 6 terriens sont fait prisonniers dans un vaisseau Kloro alors qu'ils tentent de regagner la Terre depuis ses colonies. La seule issue semble être le Vide-C, le circuit d'évacuation par lequel on rejette les cadavres dans l'espace...
    La nouvelle analyse les motivations des personnages et tente de démontrer que le plus intrépide n'est pas forcément celui qu'on croit. Flirtant avec la psychologie, l'explication finale est moyennement convaincante, mais le texte est agréable à suivre et intrigue de bout en bout.

    En une juste cause : peut-être le meilleur texte du recueil. Encore une fois l'humanité est en guerre avec une race extra-terrestre, les Diabolis... mais aussi contre elle-même, les colonies s'opposant farouchement à une union avec la Terre mère. On va ainsi suivre le raisonnement opposé de deux hommes : Richard Altmayer, idéaliste qui voit dans la réconciliation de l'humanité la seule alternative pour lutter contre les Diabolis et Geoffrey Stock, son meilleur ennemi, qui grimpera les échelons de la hiérarchie politico-militaire au fur et à mesure de l'histoire, partisan d'une stratégie qui éclairera le dénouement final.
    Asimov s'inspire ici fortement et explicitement des guerres entre les Grecs et les Perses dans l'Antiquité, et la philosophie de la nouvelle est particulièrement cynique. Bien qu'assez incongrue et douteuse (l'auteur avoue d'ailleurs dans sa préface ne pas la partager), elle a le mérite de faire réfléchir.

    Et si : Une nouvelle assez inhabituelle, qui relève plus du fantastique que de la SF. On suit le questionnement d'un couple marié sur les possibilités qu'ils se soient rencontrés différemment, dans le but un peu pervers de mettre à l'épreuve l' évidence de leur amour. Un petit jeu entièrement au conditionnel, comme l'indique le titre, qui va se révéler dangereux.
    Assez intriguant au début, le texte se révèle finalement assez sage.

    Sally : une histoire de voitures autonomes, qui rappelle beaucoup Christine ou Maximum overdrive, de Stephen King.
    Agréable et rondement mené, mais pas éblouissant.

    Personne ici, sauf... : peut-être la nouvelle la plus faible du recueil. Un récit sur l'intelligence des machines sur fond d'intrigue amoureuse. Plutôt anecdotique.

    Quelle belle journée ! : Sans doute mon texte préféré, avec En une juste cause. On suit le petit Richard, un écolier, dans un San Francisco où toutes les maisons-bâtiments-écoles sont reliés entre eux par des Portes - et qui dit portes, dit téléportation. Un jour, la Porte de sa maison tombe en panne et Richard, devant se rendre à l'école, découvre le monde du dehors...
    Même si l'idée n'est pas particulièrement neuve, le traitement qu'en fait Asimov est assez remarquable à mon avis. Et en ces temps où les scientifiques remettent beaucoup en cause les vertus de la société hygiéniste (isoler les enfants des microbes et bactéries de l'extérieur les rendrait très vulnérables aux allergies, nuiraient de manière générale aux capacités défenses de leur organisme et -paradoxalement- les mettrait plus en danger), le texte résonne de manière très actuelle, en plus de posséder un charme propre.

    L'amour, vous connaissez ? : La nouvelle qui donne son titre au recueil est sans doute la moins intéressante. Racontant la tentative d'extra-terrestre de voir copuler deux humains fait partie de ces textes légers que l'on oublie assez rapidement.


    Bien qu'inégal par nature, ce recueil se lit très vite et avec beaucoup de plaisir. En une juste cause et Quelle belle journée ! témoignent du talent de l'auteur de Fondation et font sans aucun doute partie de ses meilleurs textes.
    Ils justifient à eux seuls l'achat du recueil.
    Lgaunt
    le 29 janvier 2010 05h33

Informations complémentaires sur L'amour, vous connaissez ?

  • Titre (France) : L'amour, vous connaissez ?
  • Titre (Etats-Unis d'Amérique) : Playboy and the slim god