75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Spider-Man > Une nouvelle vision

Ultimate, un retour à la base

Après 40 ans de comics, il n’est pas facile de trouver une nouvelle génération de lecteurs. D’autant que le Peter Parker d’aujourd’hui est désormais adulte et professeur. Alors, comment récupérer un nouveau lectorat plus jeune ?
Dans les années 90, et cela jusqu’en 2000, l’éditeur Marvel était au plus mal. Marvel et DC s’écroulaient devant l’arrivé d’Image Comics, qui en cette période semblait plus proche des lecteurs et s’installait de plus en plus sur le marché. Mais surtout, les lecteurs avaient vieilli, que cela soit pour DC ou Marvel ceux-ci ne se renouvelaient pas. Il faut dire, qu’à l’exemple de Spider-Man, celui-ci avait beaucoup perdu avec entre autre sa saga du clone.


Sans Avi Arad qui négocia les licences cinéma de X-Men et Spider-Man, il n’était même pas sûr que Marvel fut encore là aujourd’hui. Joe Quesada, lui aussi participa pour beaucoup dans le come-back de Marvel. Quesada avait déjà exprimé son talent par le dessin, en particulier sur Daredevil, où il avait su transmettre un nouveau souffle. C’est pourquoi il gagna le statut d’éditeur en chef de Marvel. Joe Quesada voulut profiter de l’impact cinématographique des X-Men pour attirer de nouveaux lecteurs vers les comics. Mais comment ? Il fallait une nouvelle base saine, des fondations totalement neuves, tout en ne mettant pas de côté la continuité des autres séries. La ligne Ultimate allait offrir de nouvelle fondation pour attirer un nouveau public. Le succès fut immense du côté des boutiques spécialisées (Comic-shops), mais très loin d’être rentable concernant la tentative d’incursion dans les kiosques U.S.

Ultimate Spider-Man arrivera juste après Ultimate X-Men et ce fut le scénariste Brian Michael Bendis qui eut pour mission de mettre du neuf dans du vieux. Les différences majeures avec le comics original seront exprimées dans le meurtre de Ben Paker qui fut tué qu’à partir du cinquième numéro et de la découverte des pouvoirs de Peter qui s’effectue qu’a la toute fin du premier. De plus, la rencontre du Bouffon Vert se fait plutôt puisque que dans la série originale cet adversaire n’arrive qu’un an après le lancement de la série et entre temps Spider-Man avait rencontré Docteur Octopus, Le Caméléon, Le Vautour et bien d’autres encore.
Dans la série Ultimate, Le Bouffon Vert est donc le premier adversaire de Peter Parker, ce qui prépare ainsi le terrain au film de Sam Raimi qui allait sortir un an après.
Le succès de Ultimate Spider-Man est un fait établi, aujourd’hui les 100 numéros sont dépassés, Venom a fait depuis longtemps son apparition et comme pour la série classique, la pauvre Gwen Stacy n’a pas eu plus de chance. Cette fois ce n’était pas Le Bouffon Vert qui tua celle-ci, mais Carnage. Au fur et à mesure que la série Ultimate prend de la longévité, celle-ci tombe dans le même piège de la continuité et il n’est pas évident d’attraper de nouveaux fans sans qu’ils soient largués. Au final, la solution se fera vite avec les intégrales qui permettront à certains de rattraper leur retard. D'ailleurs, un intégral des 13 premiers numéros de Ultimate Spider-Man est sorti le 26 août. Eh oui, aujourd’hui Marvel pense à tout !