Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Périphériques [2020], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 29 juin 2020 à 09h00

Deux futurs pour un avenir si proche

William Gibson est une référence en science-fiction. L’imagerie cyberpunk années 80 découle de son œuvre et c’est un plaisir de découvrir un roman inédit de cet auteur. Périphériques est sorti en février 2020 chez le Diable Vauvert, six ans après sa sortie en anglais, il est traduit par Laurent Queyssi et nous plonge dans deux lieux très différents pour une atmosphère incomparable. Attention, un début volontairement flou obligera le lecteur à s’accrocher.

Etats-Unis, un futur proche, sombre et crédible. Flynne Fisher rend service à son frère Burton, un ancien militaire en acceptant de jouer à sa place dans un jeu vidéo, une simulation virtuelle terriblement élaborée. Elle doit surveiller et faire des tours de garde avec un drone. Ce job est courant, elle joue pour de millionnaires accros et en tire des revenus décents. Rien d’inhabituel et pourtant, cette fois, elle assiste à un crime qui a l’air bien trop réel.

La session se déroule dans un Londres futuriste (pour nous et pour elle), une version de la cité post apocalyptique et désertée. Le réalisme est saisissant et cette partie la hante pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’elle soit contacté par Wilf Netherton. Elle a vu l’assassin et ce qu’elle sait devient l’enjeu de plusieurs factions. Elle ne le sait pas encore mais la tête de son frère est mise à prix. Ses proches et elle sont menacés par les personnes de ce futur aussi fou que cela puisse paraitre. 

Périphériques (vous comprendrez le titre en lisant le roman) met en scène deux futurs très différents et liés par un évènement particulier le Jackpot. Comme à son habitude, William Gibson ne fournit pas l’intrigue sur un plateau et ce n’est qu’un peu avant la centième page que l’on fait le lien et que l’on comprend les connexions entre les deux futurs. Les enjeux autour de ce que Flynne a vu se dévoilent progressivement tout comme l’univers dans lequel elle évolue. Par touches légères, ce futur proche cyberpunk se révèle avec ses technologies et ses travers. William Gibson ne perd pas son temps en description mais ce qu’est vu par les personnages est dépeint simultanément et c’est au lecteur de faire les liens pour comprendre l’environnement de l’histoire. Il faudra attendre un peu plus pour découvrir réellement celui de Londres marqué par le terrible événement qui sépare ces deux futurs tout deux relativement déprimant. L’effondrement évoqué de nature environnemental fait écho à des craintes actuelles et comme toujours l’œuvre de Gibson résonne en nous.

Le roman est également centré sur la relation de l’humain au temps, les deux futurs liés existent à deux époques et des personnages communiquent tout de même entre eux. Original pour développer le fil d’enquête du roman autour de ce qu’a observé Flynne. Les relations entre les personnages sont d’ailleurs travaillées et servent l’intrigue.

Une dystopie exigeante à lire dans un moment où le moral est bon et l’environnement calme pour deux visions futuristes cohérentes, intelligentes et enrichissantes. A noter que la traduction est fluide et agréable au vue de la difficulté de se repérer dans les romans de Gibson.

La conclusion de à propos du Roman : Périphériques [2020]

Auteur Nathalie Z.
83

Périphériques est un roman inédit de Gibson, un roman complexe du père du cyberpunk qui dépeint deux visions sombres de notre avenir, dans deux lieux différents pour une intrigue unique. Le rapport au temps est un élément central et passionnant de cette histoire où une gameuse se retrouve témoin d’un crime dans un univers qu’elle pensait virtuel. L’effondrement environnemental et sociétal qui sépare les deux visions du futur est terriblement probable et rend le roman d’autant plus important.

On a aimé

  • Une vision du temps intéressante
  • Gibson toujours aussi visionnaire
  • Des futurs crédibles

On a moins bien aimé

  • Une entrée en matière longue et complexe

Acheter le Roman Périphériques [2020] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Périphériques [2020] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter