75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de rôle : Vampire : la Mascarade 5ème édition [2019], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 23 janvier 2020 à 14h00

Mort et heureux de l'être...

Vampire : La Mascarade est de retour... contre toute attente. Après avoir exploité leur gamme avec le succès qu'on lui connaît pendant pas loin de quinze ans, White Wolf avait en effet "tué" son univers avec un ultime supplément, Gehenne, qui marquait le réveil des anciens et la destruction pure et simple de la société vampirique. Par la suite, l'éditeur avait tenté un reboot avec Vampire : le Requiem, avant de proposer une quatrième édition en forme de compilation avec Vampire : la Mascarade édition 20ème anniversaire. Avec cette cinquième édition, le jeu fait un beau rétropédalage, comme si Gehenne n'était jamais paru (en fait on nous dit que si, mais qu'en fait non). Vampire : la Mascarade ne se contente cependant pas de se reposer sur ses acquis pour sortir une version identique à la précédente, cette nouvelle mouture proposant une évolution du background, ainsi qu'une mise à jour du système de règles.

J'étais très curieux de découvrir cette nouvelle édition. Vampire : la Mascarade est peut-être le jeu auquel j'ai le plus joué dans ma vie de rôliste. Pendant toutes mes années de lycées, j'ai enchainé un nombre conséquent de parties (une par semaine, au minimum). C'est un univers que j'ai arpenté en long, en large et en travers, jusqu'à plus soif. Aujourd'hui, j'ai le sentiment d'avoir "fini" le jeu, un peu comme on pourrait finir un jeu vidéo. Je ne sais pas s'il est vraiment possible de terminer un jeu de rôle, mais c'est en tout cas l'impression que j'ai avec Vampire : la Mascarade (et par extension son petit frère L'Âge des Ténèbres). Du coup, je me demandais comment cette nouvelle version, publiée outre atlantique par Modiphius et en France par Arkhane Asylum Publishing, allait rebattre les cartes, et si elle allait me redonner envie de retourner dans le Monde des Ténèbres.

Sur la forme, la nouvelle mouture tranche radicalement avec les éditions précédentes. Et les nouveaux choix effectués par Modiphius sont, je trouve, criticables. Si la maquette gagne en clarté et en élégance, il n'en va pas de même des partis-pris graphiques. Les illustrations sont très inégales et peu originales, les templates utilisés pour simuler des enchevètrements de papiers sont assez hideux, et l'utilisation de photos casse complètement la dimension imaginaire et mythique du jeu (vive le cosplay !). On est ici très loin des noirs et blancs classieux de Tim Bradstreet, et en tentant de faire "moderne", l'éditeur n'aboutit qu'à une belle kitcherie qui semble avoir renoncé au bon goût. On sent ici que cette nouvelle édition tient plus de Vampire : le Requiem que des premiers visuels de Vampire : la Mascarade. À mon sens, on n'a pas gagné au change. Ceci étant dit, voyons ce que donne le fond...

Sur le fond, l'évolution de l'univers ici proposée s'avère tout à fait intéressante. On sent qu'il y a une vraie volonté de rebattre les cartes pour donner aux joueurs plus de libertés. C'était le plus gros défauts des précédentes éditions de Vampire : le poids de l'univers était tel que la marge de manoeuvre des joueurs était réduite à peau de chagrin. Si l'on respectait le background, notre vampire était ainsi condamné à être spectateur - quand ce n'était pas juste "marionnette" - d'évènements qui le dépassaient complètement. Du coup, si on ne trahissait pas l'univers, on laissait les joueurs s'embourber dans un délire auquel ils ne pouvaient rien comprendre. Vampire : la Mascarade 5e édition fait le choix intelligent de dégager les anciens et leurs insitutions politiques, certes pas radicalement (eux, la Camarilla, le Sabbat, tout existe encore), mais tout de même suffisamment loin pour laisser les personnages de joueurs libres de leurs actions.

En cela, Vampire : la Mascarade 5e édition parvient à se situer en continuité des éditions précédentes (les fans vont y retrouver tout ce qu'ils aiment), tout en tranchant pour améliorer l'expérience de jeu (les détracteurs pourraient bien apprécier). Cependant, en prenant le parti de rester sur cette continuité, le jeu ne parvient pas à renouveler complètement ses enjeux, ses intrigues et ses pistes d'aventure. On retombe dès lors dans des schémas de jeu identiques, et aucun de ces nouveaux éléments ne m'a finalement semblé si "nouveau" (la seconde inquisition, par exemple, ennemi majeur de cette nouvelle édition, ne propose finalement pas tant de nouveautés ludiques que ça par rapport à la première inquisition). Si cette nouvelle édition est pleine de qualités, elle ne se réinvente tout de même pas assez pour réussir à proposer de l'inédit. En cela, il n'est pas garanti qu'elle parvienne à reconquérir les anciens fans qui s'étaient lassés.

Au niveau de l'évolution des mécaniques de jeu, en revanche, j'ai pris une belle claque. Le travail de mise à jour et d'évolution est tout simplement remarquable. Là aussi, rien ne tranche avec les version précédentes, on retrouve toutes les bases du système de Vampire, mais les nouveautés s'avèrent toutes très intéressantes. Parmi elles, je mentionnerai particulièrement l'apparition d'une jauge de faim qui remplace les points de sang, et qui fait apparaître dans nos groupements de dés un certain nombre de dés rouges symbolisant notre soif. Ce sont les succès sur ces dés qui, dans des circonstances bien définies, peuvent par exemple déclencher une frénésie. L'idée est aussi simple que géniale, qui plus est dotée d'un bel indicateur visuel qui rappelle constamment au joueur le poids de sa Bête (le nombre de dés rouges). La mise à jour des disciplines, qui s'apparentent désormais plus à un arbre de choix qu'à une liste, s'avère elle aussi tout à fait plaisante.

D'une manière générale, le nouveau système conserve la même philosophie que l'ancien. Vampire : la Mascarade 5e édition est donc toujours un jeu de super-héros dans lequel il est cool d'être une créature de la nuit. La dimension dramatique est une nouvelle fois évoquée, mais tout aussi vite écartée par la réalité de ce que propose les mécaniques. Un défaut ? Non, pas particulièrement. J'ai même eu l'impression que le jeu était moins hypocrite que ces prédécesseurs, nous ressassant moins toute la diatribe de "l'art du conte" pour se concentrer sur ce qui plait vraiment aux joueurs. Par bien des aspects, cette nouvelle édition me semble donc plus fonctionnelle que ne pouvaient l'être les anciennes. Si l'on suit le livre, il y a bien moins de chance que l'on voit des tables contituées de joueurs ayant des paradigmes radicalement différents. En cela, les parties n'en seront très probablement que plus plaisantes.

Si l'on regrettera enfin qu'il manque au livre de base un scénario permettant de prendre en main le jeu (une composante pourtant présente dans la première édition, mais disparue depuis), reconnaissons que les idées d'aventures et d'intrigues sont très nombreuses, chaque élément du background étant potentiellement porteur de nombreuses possibilités ludiques. En cela, les conseils de jeu et les très nombreuses pistes évoquées sont autant d'excellentes sources d'inspiration. Le livre donne également nombre d'éléments permettant de construire ses campagnes (Vampire est un jeu de campagne, les one-shot étant d'un intérêt plus limité). Les sagas, qui clôturent le livres, sont bourrées d'excellentes idées et offrent aux meneurs de jeu beaucoup de matériel. Ceux qui découvrent le jeu via cette cinquième édition vont avoir de quoi jouer longtemps...

La conclusion de à propos du Jeu de rôle : Vampire : la Mascarade 5ème édition [2019]

Vincent L.
80

Vampire : la Mascarade 5e édition propose un beau lifting au jeu : le monde est (enfin) déverrouillé, le système mis à jour et les dysfonctions en partie corrigées. Le livre de base étant nettement plus digeste que ce que proposait l'édition 20ème anniversaire, les nouveaux venus pourront plus facilement découvrir la richesse de cet univers. Anciens briscards et néophytes, nul doute que vous trouverez dans ces quelques quatre cent pages de quoi contenter votre soif...

On a aimé

  • Vampire, un classique indémodable,
  • Le déverrouillage de l'univers,
  • La mise à jour du système de jeu,
  • Le concept des sagas (et leur traitement),
  • Un livre digeste et accessible aux débutants.

On a moins bien aimé

  • Pas de vrai gros renouvellement du jeu,
  • Pas de scénario d'introduction,
  • Visuellement assez laid.

Acheter le Jeu de rôle Monde des Ténèbres : Vampire : la Mascarade 5ème édition [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Monde des Ténèbres : Vampire : la Mascarade 5ème édition [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Monde des Ténèbres