75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Ex Machina [2015], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 25 juin 2019 à 13h00

The Imitation Game

Le thème très classique, pour la science-fiction, de l'homme face à la machine, de l'humanité face à une intelligence artificielle se rapproche souvent mythe de Frankenstein. L'histoire du créateur face à sa création qui est censée imiter le plus possible l'être humain au risque de lui échapper...

Ex Machina est un film qui s'aventure avec aplomb dans ce thème de l'intelligence artificielle souvent traité par tous types de média faisant souvent la force des œuvres de science-fiction. Ce film est l'œuvre à part entière d'Alex Garland qui officie en tant que réalisateur et scénariste. C'est par cette seconde fonction que le britannique est surtout connu notamment à travers sa collaboration avec son compatriote Danny Boyle sur La Plage, 28 jours plus tard ou Sunshine... C'est après deux décennies à écrire des livres et des scénarios que Garland se lance dans la réalisation de son premier film, un thriller de science-fiction se déroulant quasiment en huis-clos traitant de la thématique de l'intelligence artificielle. Dans cette production indépendante britannique et américaine, Alex Garland propose un vrai film de science-fiction qui est un genre un peu malmené pas une surenchère d'action ces dernières années et qui a du mal à se trouver des classiques plus sérieux. Rien que le fait d'avoir un véritable film de genre d'auteur donnait vraiment envie d'aimer et de soutenir ce film.

Le film raconte l'histoire de Caleb (Domhnall Gleeson), un programmeur dans une entreprise s’apparentant à Google et qui gagne une loterie interne : il peut passer une semaine dans la demeure du génie créateur de l'entreprise Nathan (Oscar Isaac). Alors qu'il se retrouve dans une grande demeure ultra moderne perdue dans l'Alaska, Caleb se rend compte que sa présence chez Nathan ne sera pas une semaine de vacances. Nathan veut en effet lui faire tester l'intelligence artificielle qu'il a créé en l'intégrant à un robot ayant un visage humain. Ainsi, Caleb va faire la rencontre d'Ava (Alicia Vikander) et la tester en discutant avec elle afin de voir si l'intelligence artificielle est assez développée pour la faire passer pour humaine. Caleb va ainsi alterner les sessions avec Ava et les débriefings avec Nathan. Il va peu à peu se rapprocher de la fascinante intelligence artificielle et s'éloigner de plus en plus de la personnalisé mégalomaniaque et cynique de son patron...

En ce qui concerne le scénario, on peut dire qu'Alex Garland est fidèle à ses œuvres passées en bien surtout et un peu en mal malheureusement. Si Ex Machina est une incontestable réussite artistique, cela est d'abord dû à son scénario. Garland propose une triangle intéressant entre Caleb, Nathan et Ava avec chacun une véritable personnalité surtout Caleb tiraillé entre deux génies. L'un humain, l'autre robotique. C'est cette dualité qui apporte sa qualité au film qui réussit à rendre intéressant ce traitement de l'intelligence artificielle sans tomber dans la redite mais sans véritable révolution non plus. Les dialogues sont toujours bien écrits et on arrive facilement à s'identifier à Caleb qui entre quelque peu dans la maison de Nathan comme s'il explorait un esprit aussi génial que profondément dérangé. A la moitié du film, le scénario passe dans une ambiance plus proche du thriller avec de véritables rebondissements et surprises qui nous rappellent le travail que Garland a effectué sur La Plage et Sunshine. Cet aspect thriller peut être vu comme un défaut voulant sauver la face à un milieu de film qui commençait à tourner en rond mais il faut avouer qu'il s'avère assez efficace, haletant et surtout intelligent.

Ex Machina a donc le mérite d'aborder la science-fiction de manière intelligente et non pas comme un prétexte à du pur divertissement ou un déferlement d'action. Même si ce n'est pas toujours très profond, le film exploite des thématiques intéressantes comme la robotique forcément mais aussi l'évolution de l'espèce humaine, la bioéthique, le danger des nouvelles technologies et le complexe que peut avoir l'homme (autant dans le sens être humain que masculin) à se prendre pour une divinité. Le tout est abordé de manière fluide et jamais trop directement avec un auteur, Alex Garland, prenant intelligemment le parti de ne jamais asséner de leçon ou de présenter des réponses toutes faites aux questions qu'il pose dans son film. Le réalisateur a aussi su s'entourer d'un trio de comédiens talentueux à commencer par Domhnall Gleeson (Il était temps, Harry Potter et les Reliques de la Mort - Partie 1 & Partie 2...) qui prouve ici son grand talent interprétant à merveille un employé à la vie morne qui va se révéler peu à peu. Alicia Vikander (Le septième fils, Royal Affair...) incarne aussi brillamment Ava avec un personnage qui va changer d'état d'esprit et de dimension pendant le film. Enfin, Oscar Isaac (Sucker Punch, Drive...) disparaît complètement derrière son personnage mais est tributaire d'un rôle finalement peu original dans le numéro connu du génie mégalomane aussi fascinant qu'irritant.

Le film dispose d'une direction artistique très soignée dont les décors proposent l'intérieur de la demeure de Nathan et des espaces naturels magnifiques. La maison de Nathan mélange un espace très clinique où se situe son laboratoire et une belle demeure décorée sobrement mais avec style. La demeure dispose d'assez de pièces pour varier un peu les environnements et offrir un cadre intéressant à l'histoire. Mais là où le film était plus attendu c'était bien sur l'aspect d'Ava. C'est ici une réussite tant dans son design que pour la gestion des effets spéciaux mélangeant costumes/maquillages et effets numériques. Ava réussit à être un androïde novateur par son aspect se rapprochant plus des matières que l'on voit sur des véhicules ultra modernes que des carcasses de métal des plus grands robots de l’histoire du cinéma. On est directement séduit pas l'aspect de ce robot à visage humain mais dont le reste du corps rappelle son origine mécanique avec des zones transparentes. Un design qui renforce bien l'idée qu'on a du mal à savoir si Ava est dotée d'une conscience ou pas...

Alex Garland était aussi attendu en tant que réalisateur. Il livre une mise en scène très propre et souvent intéressante dans la manière qu'il a d'insister sur les gros plans pour bien jeter le trouble sur les motivations de chaque personnage, surtout sur la nature d'Ava. Sa mise en scène bascule aussi subtilement dans l'ambiance thriller avec quelques tours de passe-passe bien exécutés lors de la fin du film. On voit que Garland récite bien ce qu'il a appris avec un réel talent. Il joue aussi habilement sur le découpage des scènes en extérieur comme en intérieur pour vraiment donner l'impression qu'Ava et Caleb sont prisonniers d'une sorte de jeu dangereux préparé par Nathan. La fin du film aurait mérité d'être un peu plus rythmée par moments malgré une bonne montée de la tension instaurant un véritable suspense quant à la destinée des personnages. Alex Garland a par ailleurs bien doser la musique originale électro assez douce qui correspond très bien au film.

La conclusion de à propos du Film : Ex Machina [2015]

Bastien L.
75

Ex Machina est clairement un bon film à qui il manque malheureusement des petits détails qui aurait pu en faire une œuvre grandiose. L'aspect film d'auteur de science-fiction fait du bien au genre et le thème de l'intelligence artificielle est bien traité grâce à d'excellents comédiens et une mise en scène efficace. L'aspect thriller du film est intéressant mais empêche finalement le métrage de vraiment transcender voire révolutionner son sujet. Ex Machina reste un film un peu trop sage.

On a aimé

  • Une véritable oeuvre de science fiction
  • Des comédiens géniaux
  • Alex Garand, la naissance d'un cinéaste

On a moins bien aimé

  • La fin très portée sur le thriller peut faire débat
  • Un peu sage
  • Ne pas s'attendre à la révolution qu'on nous a parfois vendue

Acheter le Film Ex Machina [2015] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ex Machina [2015] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Ex Machina