75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Murasaki Baby [2014], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 2 avril 2019 à 09h00

Burton Baby

Ce n'est pas un secret, nos PSVita meurent de faim... La console est devenue une antre pour des productions japonaises de niche rarement traduites et des titres indépendants pas souvent exclusifs. Son constructeur Sony a rapidement lâché le morceau en proposant au début quelques gros titres comme Uncharted : Golden Abyss, Gravity Rush ou Killzone : Mercenary avant de se concentrer sur des productions indépendantes dont Murasaki Baby fut le dernier exemple notable. De quoi se procurer/ressortir la Vita pour cette exclusivité si particulière ?

Les productions indépendantes ont vraiment été la bonne surprise de la génération de consoles Wii/360/PS3 grâce aux capacités online comme de stockage de ces machines. Des titres comme Braid, Super Meat Boy ou Limbo pour ne citer qu'eux ont fait preuve d'une grande qualité devenant de véritables phénomènes attirant immanquablement les éditeurs tant et si bien que le label « indépendant » s'est rapidement détaché de sa signification économique première. Maintenant il s'agit souvent de titres dématérialisés réalisés par de petites équipes avec un style graphique original et des concepts forts. C'est ce que semblait chercher Sony en finançant le premier titre du studio italien Ovosonico dont le créateur a une expérience au Japon ayant participé à des titres comme Shadows of the Damned. Le projet Murasaki Baby fit ainsi la fierté de Sony qui n'a pas hésité à le mettre en avant l'année de sa sortie en 2014 dans divers conférences importantes. Une œuvre en guise de caution « indé » pour le géant de l'industrie, un coup de pouce pour un jeune studio et un jeu mettant vraiment en avant les capacités de la Vita.

Murasaki Baby a été mis en avant grâce à son univers souvent décris comme étant proche de celui de Tim Burton. Cela est vrai dans le sens où l'on débarque dans un univers étrange peuplé de monstres pour qui l'on éprouve plus de sympathie que de peur, le genre d'amour du freak qu'affectionne le cinéaste américain. De l'avis des développeurs, l'inspiration est plus à chercher du côté de l'auteur/artiste Edward Gorey pour les connaisseurs... Quoqu'il en soit, vous dirigez l'étrange créature humanoïde Baby qui part à la recherche de sa mère. Le tout dans un monde étrange où la plupart des personnes ont la bouche qui se situe en haut de leur visage. On traverse ainsi des mondes colorés et sombres où se distinguent des décors et personnes étranges, des créatures plus ou moins hostiles et des portes qu'il va falloir franchir pour retrouver l'être aimé. Baby se balade par ailleurs avec sa vie symbolisée ici par un ballon de baudruche en forme de cœur qu'elle tient fermement grâce à une ficelle. Durant sa progression, elle va aussi pouvoir changer de dimension...

Le plus gros point fort du jeu est sans conteste sa direction artistique pour le coup vraiment original. C'est clairement du jamais vu avec un univers aussi étrange que coloré qui fonctionne à merveilles. L'équipe d'Ovosonico a su créer des créatures attachantes malgré leur étrangeté qui réussissent souvent à nous émouvoir par leurs mimiques et leur excellente animation. A commencer par la fragile Baby qui a tout de l'enfant apeurée avançant pourtant avec détermination dans un monde qui ne lui veut pas que du bien. Le style graphique de dessins faits à la main puis transformés en décors pour le jeu ou animés pour les personnages fonctionne à merveille. Murasaki Baby fait clairement partie de ces titres qui se passent d'histoire afin de proposer des univers graphiques forts où chaque détail et chaque rencontre avec un nouveau personnage est intéressant et qu'il est finalement difficile de décrire sans image à l'appuie. Le fait d'avoir un univers original ne veut pas forcément dire qu'il est de qualité pourtant c'est le cas ici. Les joueurs recherchant en revanche plus de profondeur seront évidemment déçus. Murasaki Baby est une balade pas une réflexion...

Ovosonico a pris le parti de ne rendre son jeu seulement jouable avec les capacités tactiles de la console que cela soit l'écran ou le pad tactile arrière sans oublier les fonctions gyroscopiques de la machine. Cela se comprend car on ne contrôle pas vraiment Baby mais on est censé la guider et la protéger. On doit ainsi mettre son doigt sur l'écran assez proche pour qu'elle « nous donne la main » et nous suive dans les niveaux. Plus on éloigne le doigt, plus elle avance vite mais peut très vite trébucher si on la presse trop. Dans chaque niveau on déloque la capacités de changer l'arrière-plan et ainsi pouvoir interagir avec différents éléments : inverser la gravité, rendre le cœur dur comme de la pierre, contrôler les éclairs... Tout cela pour permettre à Baby de progresser en évitant les obstacles et les créatures qui voudront s'en prendre à son coeur-ballon. Cet accessoire fait donc office de vie et il faudra le protéger coûte que coûte en l'abaissant à la vue de piques ou en le ramenant à Baby si elle le lâche.  

Cette volonté de rendre tout tactile offre de bonnes idées de gameplay mais reste quand même très limité quand on doit mettre au moins deux doigts sur l'écran et jouer avec le pad arrière faisant qu'on se contorsionne les mains et qu'on s'empêche de véritablement voir l'écran. Le parti pris reste curieux et ne satisfait pas vraiment. Utiliser les boutons de la tranche pour changer les dimensions aurait été bien plus judicieux. Si le jeu n'est pas difficile, et s'apparente finalement à un titre de réflexion en 2D, certaines phases demande du doigté et deviennent pénibles parce que les pavés tactiles captent mal ce qu'on veut faire. Il ne fait pas bon avoir de grosses paluches sur ce titre... On peut ainsi regretter le manque de difficulté car on progresse à bon rythme accentuant le côté « balade » du titre. Malheureusement il s'achève en à peine trois heures et ne propose pas grand chose pour qu'on ait envie d'y replonger. Alors certes il est vendu au prix de 10 euros mais cela est quand même un peu léger.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Murasaki Baby [2014]

Bastien L.
67

Murasaki Baby est un titre atypique et original qui propose un univers fort et agréable à parcourir. Son ambiance sombre et étrange, véritable déclaration d'amour aux freaks, sait souvent nous intriguer, nous émerveiller et nous attendrir. En revanche le gameplay est loin d'être satisfaisant à cause du tout tactile et la durée de vie est vraiment faiblarde.

On a aimé

  • Son univers
  • Sa direction artistique
  • Protéger Baby avec différents pouvoirs

On a moins bien aimé

  • Gameplay tout tactile pas toujours précis
  • A éviter si vous rechercher une histoire profonde
  • Un peu court

Acheter le Jeu Vidéo Murasaki Baby [2014] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Murasaki Baby [2014] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+