75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du comics : The Dying and the Dead #1 [2018], par NURTHOR

Avis critique rédigé par NURTHOR le jeudi 20 décembre 2018 à 14h00

Complexe histoire mortelle

Des barbouzes débarquent au beau milieu d’un mariage entre gens aisés et les massacrent tous. Une femme d’âge mur, accompagnée dans ses derniers jours par son mari, se meurt d’un cancer. Un petit coffret remis au chef d’une sorte de secte au nom scandé de Bah Al’Sharu. Puis la mission imposée à James Canning, ex-colonel de l’US Army, en échange d’un Service pour sauver sa femme mourante, vient éclairer la narration et montrer les liens entre ces diverses scènes qui nous semblaient jusque-là incompréhensible. Peu à peu les pièces dans le désordre prennent leur place, on en devine et trouve tout le sens de ces allers retours et flashbacks.

Du grand Johnathan Hickman est à l’œuvre dans ce premier tome de cette saga en dix volumes parue aux Etats-Unis et qui commence à être traduite et publiée chez les Editions Glénat. Comme à son habitude une histoire assez simple mais mise en scène dramatiquement, dans une chronologie très complexe et sous une grande influence Lovecraftienne par ses monstres, ici des fantômes et ce peuple oublié vivant sous terre, mais aussi par ces paysages fous et cette ville sous-terraine impossible. Les personnages anciens Marines auxquels le colonel fait appel pour mener sa mission sont bien marqués par la Vie et donnent une dimension humaine parfaitement retranscrite au lecteur.

Les dessins de Ryan Bodenheim sont réalistes, splendides et mettent fortement en valeur le scénario avec ses scènes typiques des grands espaces nord-américains des Westerns. Leur encrage puis coloriage par Michael Garland sont particulièrement réussis.

Les dialogues sont parfois lourds avec des réflexions presque philosophiques qui n’apportent, selon moi, que des lourdeurs dont on se passerait bien. De beaux silences aéreraient les images et rendraient plus facilement compréhensible l’histoire… Mais ce n’est pas ce que semble souhaiter Hickman !

La conclusion de à propos du Comics : The Dying and the Dead #1 [2018]

NURTHOR
75

On vous en avait déjà parlé en novembre ici. Il faudra lire, relire et même re-relire pour effacer toutes les traces d’ombres de l’histoire telle que Hickman nous la raconte avec ses manières complexes et obscures mais oh combien jouissif une fois comprise. Elle nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. On a, du coup, hâte de lire le tome 2 !

On a aimé

  • Histoire aux fils mêlés qui semble complexe mais procure beaucoup de plaisir une fois comprise.
    Le fort côté SF/Fantastique.
    Revivre par flashbacks la vie du héros et de ses camarades.

On a moins bien aimé

  • Mise en scène et narration complexe qui peut rebuter.
    Bientôt le tome 2 ?

Acheter le Comics The Dying and the Dead #1 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Dying and the Dead #1 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de The Dying and the Dead